ESTAC : Les 10 matchs qui ont fait la légende de Troyes

estac_troyes_2000_2001_rica_lewis_guy_truite_photo

Djukic, Heurtebis, Boutal, Hamed, Niang, Saïfi, Meniri, Célestini, Rothen, Goussé, Ziani…Des joueurs qui auront rendu le football célèbre au pays de l’andouillette. Emmené de main de maître par l’ancien prof de sport de Tony Vairelles, Alain Perrin, le club de Troyes aura réussi à marquer le football français en l’espace de 3 saisons dans l’élite entre 1999 et 2002 et ainsi devenir un symbole éternel du #LeFootballVrai. Le tout avec un maillot Lotto sponsorisé Rica Lewis. Récit de la légende en 10 matchs.

10. PSG – Troyes 1-0 (31 juillet 1999)

C’est au Parc des Princes que cette génération dorée va découvrir l’élite du football français. Ce soir-là, c’est un PSG vrai, bien loin des folies qatariennes, qui reçoit les hommes d’Alain Perrin. Rabesandratana, Algérino, Okpara, Ducrocp, Rodriguez, Madar…les plus grands noms de l’histoire du club de la capitale. Ce bizutage princier se soldera par une défaite pour les troyens, Edouard Thomas déviant dans ses propres buts un coup-franc de Laulent Lobel (Laurent Robert, en VO). La vengeance arrivera plus tard…

9. Amiens – Troyes 0-0 (21 avril 2001, demi-finale de Coupe de France)

Le match qui aurait du permettre à cette génération de valider sa légende par un titre en accédant à la finale de la Coupe de France. Tout était pourtant parfait pour Troyes. Strasbourg venait de se qualifier en finale en écrasant Nantes et représentait un adversaire potentiel à la portée de l’ESTAC. Et c’est surtout un club de National qui se présentait en travers de sa route. Hélas, la magie de la coupe se transformera en cauchemar pour David Hamed and co quand au bout d’une séance de tirs aux buts, les amiénois se qualifieront pour la finale. Regrets éternels.

8. Troyes – MFK Ruzomberok 6-1 (11 septembre 2001, 1er tour de Coupe UEFA)

Alors que les tours s’écroulaient du côté de New-York, on fêtait dans l’Aube avec éclat le premier match en Coupe UEFA du club de Troyes. Après s’être brillamment qualifié en Coupe Intertoto (nous verrons comment plus bas), c’était donc la “vraie” coupe d’Europe qui les attendait. Bien loin d’être paralysé par l’enjeu, les troyens écrasèrent les slovaques avec notamment un triplé de Samuel Boutal et un but de Patrice Loko en fin de match. Quand le talent est là, l’expérience ne compte pas.

7. Troyes – OM 1-0 (26 janvier 2002)

Une victoire contre l’OM est toujours un événement. En 3 saisons en Ligue 1, ce sera la seule fois où les troyens y parviendront. Au cours d’une année rocambolesque pour les marseillais qui verra défiler entraîneurs et joueurs tous plus improbables les uns que les autres, l’ESTAC en profitera donc pour accrocher le scalp olympien à son palmarès grâce à son serial buteur Nicolas Goussé. Preuve de l’exotisme marseillais, voici le 11 qui se rendra dans l’Aube : Runje, Dos Santos, Van Buyten, Tuzzio, Jurietti, Laurenti, Hemdani, Swierczewski, Belmadi, Andé Luiz, Nouma. Delfim et Guillaume Deschamps étaient également rentrés en jeu. Ah Bernard Tapie…

6. Troyes – Bordeaux (23 mars 2002)

Quelques semaines plus tard, ce seront les Girondins de Bordeaux qui subiront la foudre de Troyes et de Nicolas Goussé. Par deux fois, à la 89ème et à la 90ème minute, le n°13 troyen enverra le ballon au fond des filets d’Ulrich Ramé. Cette saison-là, il se classera avec 15 buts quatrième meilleur buteur du championnat, derrière Cissé, Pauleta et Darcheville. Avec lui, la France aurait sûrement au moins marqué un but lors de la Coupe du Monde qui suivait, bien mieux que les melons de Henry, Trezeguet ou Cissé. Enfoiré de Roger Lemerre.

5. Troyes – Metz 3-2 (17 février 2001)

En plein coeur de l’hiver, Aubois et Lorrains nous offrirent un rayon de soleil footballistique dans un match à rebondissement en ce mois de février 2001. L’inévitable Samuel Boutal ouvrira tranquillement la marque à la 31ème minute suite à une sortie hasardeuse de Sébastien Chabbert (1-0). Frédéric Meyrieu égalisera deux minutes plus tard sur un superbe coup-franc à l’entrée de la surface, suite à une faute sur Gérald Baticle (1-1). Après que le match se soit durci, c’est Djukic qui redonnera l’avantage aux troyens juste avant la mi-temps (2-1).

Mais comme suite à l’ouverture du score, les messins reviendront à égalité dès la début de la seconde mi-temps grâce un but de Jonathan Jager (2-2). Le tournant du match aura lieu à l’heure de jeu : Metz se retrouve réduit à dix suite à l’expulsion de Christophe Bastien mais bénéficie dans la foulée d’un penalty. Le bouc d’Heurtebis repoussera la frappe de Meyrieu et c’est finalement Mamadou Niang, tout juste entré en jeu, qui donnera la victoire aux locaux à la 89ème minute (3-2). Épique.

4. Lyon – Troyes 1-3 (3 décembre 1999)

La toute première victoire significative de Troyes à l’extérieur. Les Coupet, Carteron, Violeau, Anderson et Vairelles ne pourront rien faire pour stopper la furie troyenne. Christophe Delmotte aura beau répondre à l’ouverture du score de Boutal, Troyes profitera de l’expulsion de David Linarès pour marquer deux buts par l’intermédiaire de Djukic. Une victoire qui comptera à la fin de saison puisque Troyes se sauvera d’un petit point en première division. Le début de la légende.

3. Troyes -Leeds 3-2 (1er novembre 2001, 2ème tour de Coupe UEFA)

Après un match aller compliqué à Ellan Road (défaite 4-2), l’ESTAC accueille au stade de l’Aube le Leeds United de Ian Harte, Olivier Dacourt, Harry Kewell et Mark Viduka, demi-finaliste de la Ligue des Champions la saison précédente. La qualification semblait compromise, mais cela n’empêchera pas les troyens de rêver quand Amzine enverra une frappe surpuissante sous la barre anglaise dès la 8ème minute.

L’égalisation de Viduka n’entamera pas le moral des troupes de Perrin et David Hamed et Jérôme Rothen donneront deux buts d’avance à Troyes à l’heure de jeu. À ce moment du match, les français sont qualifiés. Mais les britanniques sont fourbes et Robbie Keane marquera le but les qualifiant à la 78ème minute. L’épopée européenne troyenne débutée en Intertoto s’arrêtait dès le 2ème tour mais l’Espérance Sportive Troyes Aube Champagne pouvait la quitter la tête haute. Un jour l’Europe parlera troyen.

2. Newcastle – Troyes 4-4 (21 août 2001, finale retour de Coupe Intertoto)

Un exploit européen, un vrai. En finale de cette compétition qui restera à jamais comme le seul titre remporté par Robert-Louis Dreyfus de son vivant (putain de claquettes), Troyes affronte les Magpies de Newcastle. Tenu en échec sur son terrain 0-0 au match aller, les troyens se devaient donc de réaliser une grosse performance en Angleterre pour continuer en Europe. Et face à Shay Given, Gary Speed et Craig Bellamy, ce sera un véritable festival offensif qu’il offriront à l’europe du football.

À l’heure de jeu, l’ESTAC menait déjà 4-1 grâce à Medhi Leroy, Nicolas Goussé et le goleador Samuel Boutal (x2). Mais ça aurait été trop facile. Les hommes de Perrin testeront donc leurs limites en laissant revenir Newcastle à la 90ème minute pour ainsi s’offrir des arrêts de jeu dantesques à St-James Park. Avec au bout une qualification signée dans le panache aubois.

1. Troyes – PSG 5-3 (6 septembre 2000)

C’est un PSG arrogant qui débarque début septembre dans l’Aube dont le symbole est la recrue star de l’été, l’enfant du pays Nicolas Anelka. L’occasion rêvée pour les troyens de leur faire payer leur défaite inaugurale en 1999. Ce sera chose faite dans un match fou avec deux penalty de Djukic et Arpinon, un coup-franc dans la surface et un csc de Laurent Robert, un coup-franc devant la surface de Jérôme Rothen, un concours de tir de loin entre Anelka et Djukic. En fin de saison, Troyes se classera 7ème, deux places devant leur adversaire du jour. Avec une différence de 75 M€ de transfert. Et si on pariait la même chose cette année ?

SIR GUY, à suivre sur Twitter

À lire aussi : 

Arsène Wenger le monégasque

Sylvain Kastendeuch : Quand ballon rime avec menton

Bon anniversaire Reynald Pedros

Pierre Issa, le plus français des sud-africains

Advertisements

2 réflexions au sujet de « ESTAC : Les 10 matchs qui ont fait la légende de Troyes »

  1. Ce podium. Les trois plus beaux matchs que j’ai vu dans un stade, malgré ma dizaine d’années à l’époque. Merci pour ce top, le plus beau top 10 footballistique de l’année.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s