Arsène Wenger le monégasque

arsene_wenger_as_monaco_coupe_de_france_1991_om_victoire_photo

Avant d’entrer la légende en Angleterre, de triompher avec Arsenal et de s’afficher en une des tabloïds pour ses amours déchus avec de jeunes starlettes du football, Arsène Wenger a été entraîneur en France. Malgré sa tête de pédophile Allemand, c’est bien à Monaco qu’il a connu ses premiers émois et qu’il s’est construit comme entraîneur. Alors Arsène, j’ai beau ne pas beaucoup apprécier tes Gunners et détester ce faux club de Monaco, pour ton anniversaire, je vais te rendre hommage, à toi et à l’ASM. Sans rancune.

Première saison, premier titre

Alors qu’il n’avait entraîné qu’une saison l’AS Nancy Lorraine, Wenger débarque en 1987 sur le Rocher dans un club monégasque ambitieux. Preuve en est le recrutement 5 étoiles, symbolisé par la venue du duo anglais, prémisse d’un amour sans fin entre Arsène et les britanniques, Mark Hateley le buteur et Glen Hoddle le créateur. Le grand écart pour lui, imaginez Pablo Correa discuter avec Albert sur un yacht…

L’AS Monaco dominera de bout en bout cette saison, s’appuyant évidemment sur les deux anglais, mais aussi sur une défense redoutable, emmenée par Battiston, Sonor et Amoros et gardée de main de maître par le combo moustache-bouclette de Jean-Luc Ettori et un milieu de chiens de garde sans égal, Claude Puel le mal-aimé et Marcel Dib, sosie officiel de Costa de “Hartley Coeurs à Vif”. Une saison de rêve pour débuter, l’histoire d’amour ne pouvait commencer sous de meilleurs auspices.

AS_monaco_1987_1988_champion_france_football_photo

5 saisons sur le podium et la rivalité marseillaise

Malgré cette saison fabuleuse, Arsène Wenger se rendra vite compte qu’il est tombé au mauvais endroit au mauvais moment. Ce n’était pas Monaco le problème. Mais l’OM. Car les marseillais vont confisquer le titre pendant les quatre saisons suivantes (même 5 sur le moment), nourrissant la frustration de l’alsacien qui a encore du mal à accepter cette domination sans partage et ne renie jamais, sans les confirmer pour autant, les soupçons de corruption entourant la sulfureuse période Tapie. Et Monaco d’accumuler les places d’honneur (3ème en 1989, 3ème en 1990, 2ème en 1991, 2ème en 1992, 3ème en 1993) malgré un effectif qui verra défiler Weah, Petit, Rui Barros ou encore Klinsmann. Un avant-goût de ce qu’il allait vivre face au Manchester United de Ferguson finalement. Dur apprentissage pour l’enfant de Strasbourg.

La victoire vengeresse en Coupe de France 1991

Dans cette grisaille, Wenger connaîtra tout de même un rayon de soleil avec cette victoire en Coupe de France en 1991 face à l’OM. S’étant incliné en 1989 face à ces mêmes marseillais dans une finale de légende (4-3) qui verra Papin claquer un triplé et la bise à Mitterand, l’ASM tiendra sa revanche deux ans plus tard. Peu attristé par la défaite de l’OM à Bari en finale de Coupe d’Europe des Clubs Champions quelques jours plus tôt, les monégasques et Franck Sauzée, qui connaissait une parenthèse princière dans sa carrière marseillaise, se feront un malin plaisir de remuer le couteau dans la plaie. Et c’est Gérald Passi, rentré en seconde période à la place de Youri Djorkaeff, qui marquera l’unique but de la finale à la 90ème minute. Gérald Passi, quel nez quand même…

La transparente Coupe des Coupes 1992

Cette victoire en Coupe de France offrira à Monaco une épopée européenne l’année suivante en Coupe d’Europe des Vainqueurs de Coupe et leur permettra de goûter à l’amer sentiment d’une défaite en finale européenne. Bien fait. D’autant plus qu’on a rarement vu une finale de coupe d’Europe générer aussi peu d’intérêt en France. La raison ? Bon déjà Monaco, c’est pas vraiment la France. Mais il y avait surtout eu quelques jours plus tôt une tribune capricieuse à Furiani qui marquera à vie le football français lors d’une demi-finale de coupe de France. Ironie du sort, c’est encore l’OM qui, indirectement, contrariera les plans de Wenger (Bastia devait affronter l’OM lors de ce drame).

Après avoir éliminé Swansea, Norrköping, la Roma des allemands Hässler et Völler et le Feyenoord Roterdam, Monaco se retrouve ainsi le 6 mai 1992 à Lisbonne pour affronter le Werder Brême de Otto Rehhagel, futur braqueur de l’Euro 2004 avec la Grèce, dans l’indifférence générale. Comme un symbole, c’est l’ancien moustachu marseillais Klaus Allofs qui marquera le premier but du match comme pour montrer à Wenger que l’OM continuera de lui pourrir la vie tant qu’il sera entraîneur de Monaco. Rufer terminera le travail suite à une erreur d’Emmanuel Petit qui aurait peut-être du garder la sienne de moustache. Wenger deviendra par la suite un des rares entraîneur à perdre les trois finales européennes, cette Coupe des Coupes donc, puis la Coupe UEFA en 2000 et la Ligue des Champions en 2006. La seconde place lui va si bien.

Fin de l’histoire et exil japonais

Fatigué par cette malédiction marseillaise, voyant son Monaco lâcher pour la première fois le podium et finir à une triste 9ème place, Wenger quittera définitivement la France en 1994. À la recherche d’un meilleur karma, il partira loin, très loin, dans l’exotique Japon pendant prêt de deux ans avec dans ses valises son totem anti-marseillais, Gérald Passi. Le 1er octobre 1996, il deviendra manager général du Arsenal Football Club. Vous connaissez la suite.

SIR GUY à suivre sur Twitter

À lire aussi :

Le 11 type des japonais d’Europe

Le banquet gargantuesque au Stade Bonal

Joyeux anniversaire à une forte tête : Bruno Germain

Publicités

4 réflexions au sujet de « Arsène Wenger le monégasque »

  1. Ping : #LeFootballVrai selon les footballeurs vrais: Episode 1 – José Saez | Guy Truite

  2. Ping : Manchester United – Arsenal, une rivalité en 10 matchs | Guy Truite

  3. Ping : Ces joueurs à suivre sur Twitter : Emmanuel Eboué | Guy Truite

  4. Ping : ESTAC : Les 10 matchs qui ont fait la légende de Troyes | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s