11 septembre : joyeux anniversaire aux poteaux carrés

Dominique Batheney, Jacques Santini, Jean-Michel Larqué, Dominique Rocheteau, Oussama Ben Laden…Putains de poteaux carrés. Guy Truite aime a répéter « à jamais les premiers ». Si tel est le cas c’est en grande partie parce que les Verts n’ont pas pu gagner cette finale de 1976 face au Bayern de Sepp Maier, Beckenbauer, Gert Muller, Rummenigge…

Bientôt 40 ans que l’on entend parler de ces poteaux carrés de Glasgow, de la déception qui parcourt une France passionnée et ridicule au point de fêter les perdants en grande pompe sur les Champs Elysées… (le fameux complexe Poulidor). Depuis de l’eau a coulé sous les ponts, en Europe les poteaux ne sont plus carrés.

A New York, ils l’étaient… du moins jusqu’en 2001. Le soccer aux USA a décidément toujours du retard…

GUYGUY POP

Publicités

Christophe Galtier : Héros olympien malgré lui


Tout à l’heure les Olympiens accueillent au Vel’ le vieux rival stéphanois. Même si ces dernières années les verts alternent le bon et le moins bon, cette affiche reste toujours capitale à mes yeux car elle voit s’affronter les deux clubs français les plus titrés. Je pourrais en dire plus mais je vais m’arrêter là en ce qui concerne la présentation de ce match de prestige. Celui-ci me donne l’occasion, une fois n’est pas coutume, de rendre hommage à un homme qui va tenter ce soir de stopper la marche en avant des phocéens. Il s’agit du coach stéphanois Christophe Galtier. Aussi paradoxal que cela puisse paraître, il reste à ce jour le seul phocéen qui est entré dans la légende de l’Olympique en tant qu’entraîneur adjoint. Allez comprendre…