Le Fergie Time, légende ou réalité ?

sir_alex_ferguson_fergie_time_manchester_united_guy_truite_photo

Comme le catenaccio définira à jamais le football italien, comme le toque sera pour toujours barcelonais, comme l’efficacité est généralement une qualité bien allemande, le football à Manchester United semble régie par une règle devenue véritable légende urbaine, celle du Fergie Time. Le principe : Quand les hommes de Sir Alex Ferguson parviennent à faire la différence à partir de la 90ème minute, là où tout se termine habituellement. Mais ce concept est-il une réalité ou une vision grotesque de rivaux jaloux ?

Levons un premier doute qui ira dans le sens des supporters de City, d’Arsenal ou de Chelsea. Cet article de la BBC nous prouve en effet que Manchester United profite bien de plus de temps additionnel lorsqu’il est mené que ses principaux concurrents. En moyenne 79 secondes de plus que quand les Red Devils mènent quand arrivent les arrêts de jeu (stat basée sur les trois dernières saisons de Premier League). Beaucoup de temps et peu à la fois. Mais encore faut-il en savoir en profiter de ces précieuses secondes ! Et à ce petit jeu, on ne peut que constater que les hommes de Ferguson sont devenus aux fils des années de vrais spécialistes.

8 avril 1990, début de la légende

Depuis sa prise de fonction en 1986, l’écossais a réussi à changer un résultat à partir de la 90ème minute à 36 reprises toutes compétitons confondues. La toute première fois fut le 8 avril 1990 en demi-finale de Cup. Le but égalisateur de Danny Wallace à la 92ème minute permettra en effet à United de rejouer le match, se qualifier pour la finale lors du replay et de remporter quelques semaines plus tard le tout premier titre de Ferguson sur le banc de Manchester United. Si ce but n’avait pas été inscrit, pas certain que l’écossais serait encore à son poste 26 ans plus tard…

En 1993, un but de Steve Bruce à la 97ème minute face à Sheffield Wednesday permettra aux Red Devils de s’emparer de la première place du championnat à 5 journées de la fin. Cette place, ils ne la laisseront pas et Ferguson remportera son tout premier titre de champion d’Angleterre. Deux premiers titres, deux premiers Fergie Time, le début d’une marque de fabrique.

1999, année fondatrice

Malgré ces prémices, c’est bien l’année 1999 qui  marquera un tournant. Nous avons tous en tête la finale de Ligue des Champions face au Bayern Munich avec les buts de Teddy Sheringham et Ole Gunnar Solskjaer à la 91ème et à la 93 ème minute alors que les anglais été menés 1-0 au début des arrêts de jeu. Cette finale de légende a semble-t’il marqué profondément l’ADN du club puisque sur les 36 fameux matchs au cours desquels Manchester United a pu changer le résultat dans les arrêts de jeu, 30 auront lieu à compter de la saison 1999-2000. La légende du Fergie Time est donc bien née à Barcelone ce 26 mai 1999.

Lille et Nantes, french victims

Les clubs français ont d’ailleurs subi cette malédiction à deux reprises. Au cours de la même campagne de Ligue des Champions, Lille et Nantes encaissèrent en effet des buts dans les arrêts de jeu, par Beckham pour les nordistes, par van Nistelrooy pour les nantais. Les Canaris ne feront en revanche “que” concéder le match nul alors que les lillois s’inclineront eux à Old Trafford. Voir Viorel Moldovan, Nicolas Savinaud, Mathieu Berson ou encore Stéphane Ziani affronter les Red Devils n’ayant pas de prix, je vous mets le match en intégralité, commenté par feu Thierry Roland et Jean-Michel Larqué. À ne pas rater, le lancement du match par Vincent Hardy et Pascal Praud. Vintage.

Federico Macheda, héros sans statue

En cette saison 2008-09, point de Chelsea ou d’Arsenal pour venir disputer le titre à United. Cette saison-là c’était le vrai rival historique, honni, le club que rêvait de faire tomber se son piédestal Ferguson à sa prise de pouvoir : le Liverpool FC. Lors de la 30ème journée, alors que United venait d’enchaîner deux défaites, dont un cinglant 4-1 à domicile contre justements les Reds, les hommes de Fergie reçoivent Aston Villa.

À l’heure de jeu, alors que United est mené 2-1, Ferguson lance Federico Macheda, jeune italien de 17 ans qui fait ses débuts en Premier League, à la place de Nani. À la 80ème minute, Cristiano Ronaldo égalise. Et à la 93ème minute, Macheda et son vilain n°41 revêtent le costume de héros en marquant un superbe but pleine lucarne suite à un contrôle orienté du talon. Manchester United gagnera par la suite 7 de ses huit derniers matchs pour décrocher son 18ème titre, égalant le record de Liverpool. Depuis, United en a gagné un 19ème et Macheda a disparu de la circulation.

Manchester City, la victime ultime

Mais si’l ne devait rester qu’un seul club, ce serait évidemment Manchester City. Car sur ces fameux 36 matchs, 4 se sont produits face aux Citizens, faisant du voisin bruyant la principale victime du Fergie Time. Et pas du temps où ces derniers se battaient pour ne pas descendre en deuxième division. La première fois fut un véritable feu d’artifice à Old Trafford en 2009. Michael Owen sera l’improbable héros avec un but inscrit à la 96ème minute donnant la victoire 4-3 aux Red Devils après que City ait à chaque fois réussi à revenir au score.

Au cours de cette même année, Paul Scholes donnera à son tour la victoire dans les arrêts de jeu lors d’un match retour dans le stade de City bien moins emballant. Assez ironiquement, malgré ces deux derbys rêvés, c’est le Chelsea d’Ancelotti qui sera sacré champion. Et cela prouvera surtout que le club de Mancini était en train de devenir un sérieux rival.

Le troisième épisode sera plus anecdotique puisqu’il se déroulera au cours du Charity Shield, le seul intérêt étant la présence de Guy Truite dans les tribunes. Les Citizens se vengeront en remportant le championnat à la fin de la saison lors de l’ultime seconde de l’ultime match, dans une parodie de Fergie Time. Outrage ultime, Manchester City s’appropriait les vertus du Fergie Time !

On pouvait le croire jusqu’à il y a 10 jours. Robin van Persie écrivait en effet à l’Etihad Stadium une nouvelle ligne de la légende en inscrivant un coup-franc à la 92ème minute, rassurant ainsi les supporters de United sur le mojo de Ferguson. Le Fergie Time n’est donc pas mort, vive le Fergie Time !

SIR GUY, à suivre sur Twitter

À lire aussi : 

Les 10 commandements de Sir Alex

Ferguson-Mourinho, l’amour et la violence

Manchester United – Arsenal, une rivalité en 10 matchs

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Fergie Time, légende ou réalité ? »

  1. Ping : Le libéro Lyon | Tottenham-OL : Bale et les cachous à Juni

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s