Brest-OM: Les Olympiens s’aiment peu à Francis Le Blé

Inutile de dire que L’OM nage en eaux troubles après la bifle reçue 2 jours plus tôt face à Lyon. Et si l’on se fie à l’historique des confrontations entre Brestois et Marseillais, le vent qui souffle sur les plaines de la Bretagne armoricaine tourne rarement en faveur des bleus et blanc. En 9 matches de championnat, les Marseillais ne s’y sont jamais imposés (6 défaites et 3 matches nuls). Les 2 clubs ne se sont pas croisés énormément mais suffisamment pour se livrer des joutes qui ont souvent laissé des traces aussi bien physiques que psychologiques.

27 mai 1980 : Un match sans enjeu et la D2

Ce match comptant pour l’ultime journée de la saison est délesté de tout enjeu. Et pour cause, les deux clubs sont déjà relégués en seconde division. C’est la dernière fois que L’OM a connu sportivement cette situation (en 1994 il a été rétrogradé administrativement suite à l’affaire VA-OM) et il quitte la D1 sans briller, bien au contraire. Les olympiens reçoivent une des plus belles raclées de leur histoire (7-2). A noter que dans le 11 de départ figurent l’attaquant international tricolore Didier Six ainsi que Jean Fernandez. Au coup de sifflet final, l’actuel entraîneur nancéen n’a pu affirmer que ses coéquipiers ont fait un bon métch.

24 mars 1990 : Jean Castaneda, figure incontournable de la VHS « Le foot en folie »

L’ancien gardien stéphanois doit suppléer Gaétan Huard victime d’une fracture ouverte du tibia perronet suite à un choc avec Hristo Stoïchkov lors du quart de finale de C1 OM-Sofia. Pour ce match au Stade Francis Le Blé, Gérard Gili aurait mieux fait de laisser Jean Pierre Papin dans les buts. Lui qui avait suppléé son gardien blessé quelques minutes et ce 3 jours auparavant. Alors qu’ils ouvrent le score par ce bon Bruno Germain, les Phocéens ont pour bourreau Roberto Cabanas qui inscrit un doublé. Au-delà de ses pirouettes qui sont un vulgaire plagiat de celles d’Hugo Sanchez, je me souviens que le Paraguayen, quand il s’agissait de simuler,  possédait un Nenê et un Valbuena dans chaque jambe. Si son 2eme but sur coup franc n’est dû qu’à son seul talent, il peut remercier Jean Castaneda sur son premier but. L’OM s’incline 2-1

Suite à la déroute de l’ex-moustache forezienne, les dirigeants marseillais décident de recruter Pascal Rousseau, gardien de but à Laval, pour terminer le championnat. Celui-ci n’étant pas qualifié en Coupe d’Europe, il verra Castaneda impuissant face à la main de Vata.

1er mai 1991 : L’attentat de Mozer et le bouquet final de Boli

L’OM fraichement qualifié pour la première finale de Coupe d’Europe des clubs champions est attendu de pied ferme par les joueurs et le public armoricain. Le premier fait du match intervient à la 27eme minute lorsque Carlos Mozer dit bonjour, à sa façon, à Franck Robin. Jugez-en par vous-même mais de nos jours, ce genre de caresse tibiale peut signifier une bonne dizaine de matches de suspension.

Le Brestois sort sur civière et l’arbitre le carton rouge pour le brésilien. Sous l’impulsion de David Ginola les bretons poussent. A dix minutes du terme c’est un futur Olympien, Bernard Ferrer, qui prolonge d’une tête plongeante un coup franc de Joel Cloarec.

Brest tient son exploit mais à la dernière minute Boli surgit pour finalement offrir un point précieux aux siens dans la course au titre. #LeFootballVrai était à deux doigts de triompher.

26 février 2012: Coup d’envoi d’une série noire

Avant ce déplacement en terre brestoise pour la 25eme journée de Ligain, tout va pour le mieux pour L’OM qui joue sur tous les tableaux. En effet, il est en passe de se qualifier pour les quarts de finale de la Champions League après sa victoire In extremis face à L’Inter Milan. Il va jouer un quart de finale de Coupe de France à priori à sa portée face à Quevilly. Il doit jouer pour la 3eme année d’affilée la finale de la Coupe de la Ligue est n’est qu’à 6 points de la 3eme place du occupée par Le LOSC. Beaucoup s’accordent à dire que la fin de saison va être palpitante et que les Olympiens ont les moyens de finir en trombe car ils se posent toujours en grands spécialistes du sprint final pour jouer le titre ou un ticket en C1.

D’entrée de jeu l’homme en noir oublie un pénalty flagrant sur Brandao. Le Brésilien trouve ensuite le poteau, imité en deuxième mi-temps par Rod Fanni qui a bien failli inscrire le but de l’année. En plus d’avoir ses montants avec lui, Steve Elana est en feu et réalise des parades stratosphériques. L’OM ne marque pas à Francis Le Blé. Pire, suite à un corner venu de la droite, Paul Beysse, le meilleur défenseur de L1 à l’échelle de #LeFootballVrai bat Mandanda d’une tête rageuse. On est loin d’imaginer que ce match va inaugurer la pire série de l’histoire du club en championnat: 9 matches sans victoire dont 7 défaites consécutives. (Si l’on tient compte des résultats de CDF et C1, nous arrivons à 10 défaites consécutives). Croisons les doigts pour ne pas revivre un scénario similaire.

Guy Truite

A LIRE AUSSI

Christophe Galtier : Héros olympien malgré lui

OM: Fabrice Apruzesse will never walk alone

VIDEO : le multiplex de Ligue 1 avec Guy Truite – 38eme journée – Part 2

Publicités

3 réflexions au sujet de « Brest-OM: Les Olympiens s’aiment peu à Francis Le Blé »

  1. Ping : OM-Saint Etienne: Une longue et belle série à poursuivre | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s