Le Brésil, nouvel eldorado du football ?

clarence_seedorf_bresil_botafogo_bresil_guy_truite_photo

Véritable pays du football où l’amour du ballon rond est vécu comme une religion, le Brésil fait depuis longtemps office de référence, de pépinière de nouveaux talents. On ne compte plus en effet le nombre impressionnant de joueurs évoluant hors de leurs frontières dans les différents championnats étrangers.

Le Brésil a effectivement laissé filer bon nombre de jeunes talents, ou du moins présumés, sur l’ensemble de la planète foot et ce depuis plusieurs années. Une floppée de clubs a ainsi exploité cette filière qui semble jusqu’ici inépuisable. On doit à celle-ci des découvertes et des révélations tels que Ronaldo, Rivaldo, Romario et cie ,quand dans les années 90, tout club cherchait son « sud-américain » technique et spectaculaire pouvant endosser le rôle de star, ou du moins apportant la touche de folie et d’exotisme à des formations en manque de football spectacle , adage du foot européen d’il y’a 20 ans.

Les noms que l’on pourrait énumérer sont beaucoup trop nombreux pour pouvoir les citer tous, mais à titre indicatif, la Fédération brésilienne de football a recensé depuis l’année 2000 une moyenne d’un millier de départ de joueurs brésiliens vers l’étranger ! Et ce chaque année. C’est dire le nombre de brésiliens écumant le mode du football !

Mais, depuis 2007 , la situation semble prendre un nouveau tournant. Cette année-là, en date du 24 novembre, le président de l’époque, le bien-connu LULA (non son prénom n’est pas 3615), met en place une commission pour justement éviter l’exode de ces jeunes talents ; et même si l’on voit encore et toujours de nouveaux joueurs éclore chaque saison dans les championnats européens, (notamment au Portugal où l’atout d’une langue commune est plus qu’un atout pour attirer dans leurs filets ces jeunes pousses), la tendance n’est donc plus au pillage des équipes et  des centre de formation du pays.

Désormais 6ème puissance mondiale, et toujours en pleine croissance économique, le Brésil sait se donner les moyens de retenir ses actuelles et futurs stars. On pourrait citer Ganso ou encore Damiao mais le meilleur exemple reste Neymar, affublé du statut de « nouveau phénomène du foot » et courtisé par les plus grosses écuries européennes. Ce dernier est pourtant resté a Santos prolongeant son contrat avec le club jusqu’en 2015 pour un salaire de 14 millions par an !! Ce que l’Europe, excepté les clubs au mains des magnats russes ou qataris, ne peut plus se permettre.

Par ailleurs les joueurs réalisant un « come-back » sont de plus en plus nombreux. On a enregistré ces dernières années les retours des Fred, Juninho, Denilson, Ronaldinho, Ronaldo, Adriano, Gilberto Silva, Fabio Aurelio ou encore Louis Fabiano et bien d’autres, avec il est vrai des réussites relatives pour certains…On entend aussi de plus en plus dans les clubs européens les joueurs clamant leur envie rentrer au bercail (le dernier en date étant Robinho), mais ce n’est plus désormais que par amour ou nostalgie du pays.

La folie ambiante, les stades pleins a craquer,le beau jeu, le foot « spectacle » et bien évidemment l’argent, qui n’est (presque) plus un problème pour les clubs brésiliens y contribue.

Et nouveauté, le Brésil attire maintenant les joueurs européens, le monde à l’envers ! Pas du tout, le Brésil est un pays attractif avec un championnat passionnant, difficile où le niveau s’améliore justement avec le retour de ces stars qui reviennent au pays avec dans leur valise l’expérience européenne.

Il n’est donc plus étonnant de voir sur les tablettes des clubs bresiliens apparaître des noms ronflants de joueurs évoluant pourtant chez les « grands » d’europe. Certains sont certes sur le déclin comme Seedorf, Forlan ou Malouda ( les 2 premiers ayant rejoints les rangs brésiliens cette année) mais d’autres, en manque de temps de jeu ou de reconnaissance, lorgnent avec envie de l’autre coté de l’atlantique.

A l’heure où le monde du foot semble toujours régit par le diktat du modèle européen, qui s’auto-proclame comme « mecque du football » et véritable exemple à suivre, le Brésil  ne serait-il pas en fait le nouvel eldorado du football moderne ? Affaire a suivre avant que l’on « samba »-lle…

GUY YANN, invité spécial de Guy Truite

A lire aussi :

Joyeux anniversaire Gabriel Batistuta

Iván Zamorano, l’hélicoptère chilien

Joyeux anniversaire Martín Palermo

Publicités

Une réflexion au sujet de « Le Brésil, nouvel eldorado du football ? »

  1. Ping : TRUITES D’OR 2012 : Votez pour le Poisson pané d’or | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s