Un haut et Debbah

james_debbah_guy_truite_photo

Une praline de 30 mètres pleine lulu précédée d’un petit pont dans le rond central face à Auxerre un soir d’hiver à Gerland. Cela valut à James Debbah une superbe place au Top But de Telefoot et un souvenir éternel des supporters lyonnais présents ce soir là. Le sommet d’une carrière. Car pour le reste, l’homme méritait bien son nom. Un haut, et beaucoup Debbah.

Mais comment un attaquant international ayant évolué à l’Olympique Lyonnais et au PSG a-t-il pu finir défenseur central en Indonésie ? C’est pourtant le parcours exotique qu’a connu James Debbah.

Présenté comme le cousin (très éloigné) de George Weah, le libérien a découvert le football français à Vallauris puis à Alès où l’AS Monaco pouvait le garder à l’œil. Et c’est à la surprise générale qu’il débarqua à Lyon pendant l’été 1992 après 6 mois réussis à Monaco et une finale de coupe des coupes vue des tribunes.

L’OL cherchait un grand avant centre pour succéder aux inoubliables Milos Bursac et Aziz Bouderbala. Et elle se dégota ce qu’elle espérait être un grand buteur : James Debbah. D’abord, on y crut. Quelques matchs flamboyants dont un doublé pour son premier match à Gerland contre Marseille… Debbah avait tout pour enflammer le public : dribbles chaloupés, physique puissant, nom évocateur. Mais il devait surtout rester le cousin de Weah qui conduisait dans l’Ouest Lyonnais une Porsche immatriculée à Monaco. Capable du meilleur comme du pire, Debbah se montrait particulièrement doué pour le pire. Il avait peut-être la faculté de réussir 9 dribbles sur 10… Problème, le 10e était invariablement réservé aux matches à Gerland.

Et c’est ainsi que commença la glissade de Debbah. Il prit la direction de Nice pendant 2 ans puis signa à Anderlecht (où il fut présenté comme un grand attaquant de carrure internationale) et y resta un peu plus de 3 mois. La carrière du buteur connut un palier. Alors que le PSG cherchait à suppléer Marco Simone blessé et Patrice Loko mentalement fatigué et que la presse annonçait une arrivée possible de Romario ou de Sonny Anderson, c’est bel et bien ce grand gaillard de James qui signa comme joker. Là encore, bien loin de tutoyer les sommets, il se contentait de les vouvoyer. 500 minutes de jeu, 0 but marqué. Il y gagna un billet de tobogan pour l’étranger, où son CV faisait encore de l’effet. Turquie, Grece, Abu Dhabi, Bahrein et enfin l’Indonésie où il jouait stoppeur à plus de 43 ans en 2011 !

Anecdote autour de James Debbah :

– Il a gagné la Coupe de France deux années d’affilée avec 2 clubs différents (ogc nice, psg)

– Il reste tristement célèbre à Lyon pour son dégagement manqué/dévissé lors d’un derby contre St Etienne à Geoffroy Guichard qui aura permis l’égalisation stéphanoise à la 90ème minute.

– Il se murmure que la brouille entre Arsene Wenger et Raymond Domenech, amis de plus de 10 ans, trouve son essence dans ce transfert car Wenger, alors entraineur de Monaco, avait recommandé James Debbah à l’OL comme buteur.

Lyonnais Gourmet (Suivez le sur Twitter)

À lire aussi :

Le Havre, un recrutement mi-figue mi-stère

Signez la charte du #LeFootballVrai

Le onze type de la moustache

Publicités

3 réflexions au sujet de « Un haut et Debbah »

  1. Ping : HorsJeu.net | A la limite du footballistiquement correct | | HorsJeu.net

  2. Je me souviens assez bien de son passage à l’OAC où il faisait plaisir à voir jouer avec quelques autres , Chastel, Mangione, Lamouchi etc…

  3. Ping : Ces joueurs à suivre sur Twitter : Emmanuel Eboué | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s