#LeFootballVrai selon les footballeurs vrais: Episode 1 – José Saez

Il y a un peu plus d’une semaine, un journaliste vrai en la personne d’Antoine Maes m’a demandé si j’avais l’intention de réaliser une interview de José Saez. Je lui ai évidemment répondu positivement mais que pour ce faire on avait besoin du numéro de téléphone du Valenciennois. Antoine ne tarda pas à nous mettre en contact et après plusieurs tentatives, j’ai réussi hier matin à avoir José au téléphone. Un entretien que je ne suis pas prés d’oublier car c’est, je l’espère, le premier d’une longue série.
De plus, le Nordiste a joué le jeu à fond. ce fut un véritable régal de discuter avec lui. Un joueur vrai, un mec vrai, comme je l’avais imaginé.

 Quel est le nom du tout premier stade sur lequel tu as évolué ?

 Je ne me souviens plus exactement du nom du stade mais c’était à Halluin, dans le Nord. C’est là où j’ai eu ma première licence à l’âge de 11 ans. Ca peut paraître tardif pour débuter en club mais je préférais jouer dans la rue avec mes potes. Et puis mes parents n’avaient pas forcément les moyens de m’offrir cette licence quand j’étais plus petit.

Te souviens-tu de ton tout premier but en club ?

 Oui parfaitement. J’évoluais en pupilles et à l’époque je jouais attaquant. J’étais parti de mon camp et j’avais dribblé plusieurs défenseurs avant d’aller tromper le gardien. Un but à la Ronaldo, le vrai, le brésilien, pas Cristiano. Lui n’a jamais fait ce genre d’exploit et n’est pas prés de le faire. Tu te rappelles le but qu’il avait mis avec le Barça contre Saint-Jacques de Compostelle ? Et bien j’ai mis presque le même (rires).

Le premier maillot que tu as acheté ou qu’on t’a offert ?

Celui de l’Espagne lors de la Coupe du Monde 1994. Logique vu que je suis d’origine espagnole.

As-tu déjà porté un cycliste ou un collant sous ton short ?

Aucun des deux ! j’ai toujours joué en short et en maillot manches courtes parce que je trouve que les maillots manches longues c’est gênant, t’es tout le temps en train de les retrousser et ça me gave !! tu penses que dans le Nord vu les températures c’est de la folie de pas se protéger un minimum du froid mais non. Quand tu cours, t’as vite chaud alors pourquoi s’encombrer ?

Avec ta première paye de joueur pro t’as offert un rseto à tes potes ou tu t’es acheté un écran géant ?

Je ne suis pas du genre à faire beaucoup de folies. Faut savoir que j’ai eu ma première paye à l’âge de 14 ans, au centre de formation de Lille. A l’époque, je gagnais environ 3 000 francs par mois. C’est quand même pas mal quand t’es gamin. Mais je viens d’un milieu modeste et je suis plus tendance à faire plaisir à mes amis et mes proches. donc j’opte pour le resto.

Après une victoire, pour récupérer, t’es plutôt du genre à boire un litre d’eau ou un litre de Kro ?

Je vais dire bière en général, pas obligatoirement Kro. Mais je dois avouer que ma petite faiblesse c’est le Whisky coca. Je sais que c’est pas raisonnable mais je n’en bois pas que les soirs de victoire… J’ai 30 ans et c’est quand t’es plus jeune qu’il faut avoir une hygiène alimentaire et une hygiène de vie irréprochables. Ça fait plus de 10 ans que je suis pro. Je sais parfaitement comment mon corps et mon organisme réagissent et récupèrent. Donc je sais que je peux me permettre quelques excés. Le plus important pour rester en forme à mon âge, c’est de bien dormir.

T’es plutôt merguez frites ou sandwich au pâté ?

Merguez Frites bien sûr !! tu sais bien que chez moi on fait les meilleures frites du pays et j’aurais tort de m’en priver. Mais j’avoue que les meilleures tu les trouves en Belgique. Ils les font cuire dans de l’huile mais aussi dans de la graisse animale. Graisse de bœuf il me semble. Et c’est ce truc qui leur donne un goût incomparable.

Niveau pompes, t’es plutôt Diadora ou Patrick ?

Mes premières pompes étaient des Patrick et j’ai joué en Diadora entre 2006 et 2008. Après je me suis bien senti dans les 2. Niveau couleur c’est blanc ou noir. Je ne suis pas quelqu’un de très fantaisiste, à part une fois où j’ai chaussé une godasse bleue et une autre rouge mais c’était par obligation vis-à-vis de mon sponsor.

T’es plutôt 16-18 en alu ou crampons moulés ?

16-18 alu parce que vers chez nous les terrains sont souvent très humides. Mais avant tout je préfère l’alu parce que quand tu mets un coup à un adversaire, il va avoir plus mal que si tu lui mets le même avec des moulés.

Ton modèle de voiture préféré ?

Mercédes. Mais je te vois venir… il faut savoir que quand j’ai marqué l’année dernière contre Marseille le Canal Football Club m’a suivi jusqu’à ma sortie du stade et on me voit mettre mon sac dans un utilitaire. Ce n’était pas ma voiture mais celle de l’intendant du club qui devait récolter les affaires de toute l’équipe. Ensuite Pierre Ménés a fait une vanne sur le plateau en disant que c’était ma caisse. Un peu lourd mais bon je ne l’ai pas mal pris.

T’es plutôt Jour de Foot ou Téléfoot ?

Téléfoot parce que ça a plus marqué mon enfance. Mais en règle générale je suis un peu déçu par la surexposition médiatique de mon sport dans le sens où tu peux voir des matches tous les jours. Tu ne prends plus de plaisir devant ton poste. Avant le foot à la télé c’était bien parce que c’était rare et donc l’occasion de se retrouver en famille. En plus ce qui est dommage aujourd’hui c’est que les gens qui ne roulent pas sur l’or ne peuvent plus rien voir car il faut obligatoirement payer pour avoir accès à tout. C’est triste pour eux.

L’homme qui a marqué ta carrière ?

Eric Guérit. Ancien pro à Monaco, Cannes et Bordeaux notamment. Il était mon entraîneur en CFA à Lille puis je pars avec lui à Angers, en National, sous forme de prêt en 2002. Bon choix puisqu’on monte en D2 à l’issue de la saison. C’est avec lui que j’ai fait mes premiers pas en pro donc je lui dois beaucoup.

Le meilleur souvenir de ta carrière ?

La montée avec Angers c’était génial mais le meilleur ça reste les deux successives avec Valenciennes, de National en Ligue 1. Avec mon pote Savidan qui finit à chaque fois meilleur buteur et qui rate le triplé en 2008 en finissant avec 13 buts juste derrière Pauleta. On était une vraie bande de copains et on a vécu une aventure humaine incroyable. C’est entre autre pour ça que j’aime le foot.

Quand je te dis « Le Football vrai », ça t’inspire quoi ?

Pour moi le football vrai c’est le mec qui bosse à l’usine, qui s’entraîne 2 fois par semaine et qui joue son match le dimanche avant tout par plaisir. En clair c’est le monde amateur. Honnêtement je me voyais faire toute ma carrière en National voire CFA, je n’avais pas spécialement l’ambition de devenir pro. Puis avec Angers et VA on va dire que j’ai accroché le bon wagon, que j’étais aux bons endroits aux bons moments. J’essaie donc au maximum de garder cet esprit amateur car à notre niveau, beaucoup ne sont plus là pour le plaisir du foot mais pour l’argent. On ne parle que d’argent et rien d’autre. Et ça, ça me désole profondément.

José Saez parrain du football vrai

Propos recueillis par Guy Truite

A LIRE AUSSI

Signez la charte du #LeFootballVrai

Arsène Wenger le monégasque

Banquet gargantuesque au stade Bonal

Publicités

2 réflexions au sujet de « #LeFootballVrai selon les footballeurs vrais: Episode 1 – José Saez »

  1. Ping : HorsJeu.net | A la limite du footballistiquement correct | Los bonas du comité du 26 octobre | HorsJeu.net

  2. Ping : #LeFootballVrai selon les footballeurs vrais: Episode 3 – Nicolas Dieuze | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s