#LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 1: Yohann Hautbois

Il est le premier à s’essayer à un exercice difficile qui consiste à répondre au « questionnaire de #LeFootballVrai ». Yohann Hautbois est journaliste à l’Equipe et commence à connaître comme sa poche les plus beaux stades de l’hexagone tels que Bonal ou encore L’Abbé-Deschamps. Difficile de trouver meilleur client pour débuter cette série d’entretien. Et vous allez voir que cette homme respire le football vrai comme Franck Provost maîtrise l’art complexe du brushing.

– Le match qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Par définition, un Sochaux-Troyes, un samedi de décembre. Mais dans mes souvenirs personnels, il y a un Rennes-Beauvais en deuxième division, en 1989 (3-0). J’étais ramasseur de balle et le gars chargé de nous encadrer nous avait dit avant le match : « si Rennes mène, vous gardez la balle le plus longtemps possible ». Ma plus belle leçon de football.

– Le stade qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

J’ai un faible pour Francis-Le-Basser et quelques mémorables Laval-Rennes. Mais, pour sa vue sur la rade de Brest, sa tribune principale quasiment à la verticale, son positionnement en ville, le parking avec ses nids de poule, je vote pour un autre Francis, Francis-Le-Blé, l’anti-SDF par excellence.

– Le joueur qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

François Denis, défenseur du Stade Rennais pendant dix ans (1987-1997). Une coupe de cheveux en brosse, un nom et prénom qui sentent plus la DH que la Ligain, plus de matches de D2 que de D1, quatre rencontres Intertoto et, surtout, il a été mon prof de tennis.

– Le But qui pour toi symbolise #LeFootballVrai

Tous les buts du pointu, de la pointe, du pointard, comme vous voulez. Mon premier entraîneur, à l’ES Brie, Abel Jagault, me disait quand il me voyait tenter une « feuille morte » (expression typiquement #LeFootballVrai) : « arrête de tirer comme une fiotte ! »

-Le maillot qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Celui de Roberto Mancini à la Sampdoria Gênes, bleu avec, sur la poitrine, les bandes horizontales rouge, blanche et noire. Je l’avais acheté à un vendeur africain sur un marché de Rome lors d’un voyage scolaire : 25 francs. Je l’ai encore.

Mancini et Vialli avec la Sampdoria

-Le club qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Châteauroux. Pour son nom un peu trivial déjà, La Berrichonne. Et pour tous les joueurs qui ont bénéficié du réseau Denisot pour quitter ou rejoindre le PSG : Algérino, Lachuer, Murati, Yanovski… Ibra likes this.

-Le Coach qui pour toi symbolise #LeFootballVrai

Patrice Heaulmé, ancien entraîneur de Rouen dans les années 2000. Sa vie s’est peut-être jouée à un prénom et un accent. Sinon, vis ma vie de Lionel Charbonnier, sélectionneur de Tahiti.

– Le sandwich qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Le Club sandwich poulet-mayonnaise (et surtout pas de légumes) offert par les dirigeants de l’AJA à la mi-temps. Beaucoup plus raffiné que les petits fours de Louis-II.

– La boisson qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Le « Pschiit », cette boisson jaune ou orange, bourrée de sucre, pétillante qui, gamin, te piquait les yeux. Une fois que j’ai eu ma carte de presse, la Grimbergen, descendue à Nieuwport, il y a deux ans, lors de mon premier match de foot féminin, Belgique-France. Elle était servie en bord de terrain, sur de petites tables. La vraie raison de l’exil de Bernard Arnault.

– La compétition qui, pour toi, symbolise #LeFootballVrai

Les barrages Division 1-Division 2. Comment a-t-on pu les supprimer ? Une hérésie. Je n’oublierai jamais le doublé de ce salaud de Jacky Paillard (né à Laval, il aurait pu être mon #FootballeurVrai) qui, avec Strasbourg, relégua Rennes en D2 lors du barrage retour en 1992 (4-1).

– La coupe de cheveux qui symbolise pour toi #LeFootballVrai

Sans hésiter, celle de l’attaquant de Rennes (encore), Marco Grassi. J’ai cherché pendant des années à copier cette raie au milieu, légèrement négligée, avec cet effet cheveux mouillés. En vain. Le Suisse poussa l’ironie jusqu’à terminer sa carrière sur la Côte-d’Azur (Monaco, Cannes, Nice), pays de la coloration chez les hommes.

Suivez Yohann Hautbois sur Twitter.

Propos recueillis par Guy Truite et Alex Cariou.

A lire aussi

Joyeux anniversaire…Olivier Quint et Ryan Giggs

Star de la fin des 90s – début des années 2000 : L’écarteur de narine

Hommage à Xavier Pentecôte

Publicités

5 réflexions au sujet de « #LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 1: Yohann Hautbois »

  1. Ping : Banquet gargantuesque au stade Bonal | Guy Truite

  2. C’est une hygiène de vie que « Guy Truite décrypte le foot » s’est imposée !! Sauf que tous les lundis je me dois de me la coller au Ricard dans un bar du 11ème arrondissement parisien…Résultat, je me suis enfilé 6 flancs bien tassés entre 20h30 et 23h et je me suis engagé vis-à-vis de mes collègues à rédiger le bilan du mois de janvier Olympien. Alors je vais essayer d’être le plus prompt et synthétique possible en chiant 3 paragraphes. Un pour chacune des compétitions nationales disputées en ce début d’année.

  3. Ping : #LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 2: Antoine Maes | Guy Truite

  4. Ping : #LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 4: Matteu Maestracci | Guy Truite

  5. Ping : #LeFootballVrai selon les footballeurs vrais: Episode 2 – Jeremie Janot | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s