Espagne 2008-2010-2012 vs. France 1998-2000 : le match des générations dorées

espagne-france_1998_2010_match_photo

Dans “Rocky Balboa”, un combat virtuel entre Rocky “L’étalon Italien” Balboa et Mason “The Line” Dixon permet de savoir qui de l’ancien champion du monde de boxe ou du nouveau remporterait le combat s’ils pouvaient se rencontrer. Et si la France de 1998-2000 affrontait ce soir à Madrid l’Espagne de 2008-2010-2012, qui gagnerait ? Ou la version footballistique de l’éléphant et du rhinocéros.

Gardien de but : Espagne 1 – France 0

La bataille se résume à un face à face entre Barthez et Casillas. D’un côté, un chauve avec un bouc qui s’est tapé Linda Evangelista, a joué à Marseille et à Manchester United mais a terminé sa carrière en se barrant comme un voleur de Nantes. Et de l’autre, un mec qui aura fait toute sa carrière au Real Madrid, capitaine des Merengue et qui s’affiche au bras de Sara Carbonero. Honnêtement, il n’y a pas match. Au niveau des numéros 2, avantage confirmé pour les ibériques avec un beau face à face Lama del Reina.

Défense : France 1 – Espagne 0

Les deux secteurs qui auront le moins bougé des deux côtés. Dans l’axe, une paire aussi solide que complémentaire des deux côtés (Desailly-Blanc vs. Piqué-Puyol). À noter que si Laurent Blanc avait un peu plus de fantaisie capillaire, il pourrait très certainement aborder la même crinière bouclée que Puyol.

À droite, même constat d’égalité, un axial faisant très bien le boulot avec des convictions politiques fortes, Thuram en porte drapeau de la mémoire de l’esclavage et Sergio Ramos en…symbole vivant du mauvais goût hispanique. C’est à gauche en revanche que la France prend l’ascendant. Certes, Jordi Alba a survolé l’Euro 2012 mais lors des succès précédents, c’était Capdevilla le titulaire. Et même si ces mèches, pour le coup très ibériques, et ses 6 mois à Marseille me restent en travers de la gorge, Lizarazu, c’est quand même autre chose.

Sur le banc, Raul Albiol n’aura jamais la prestance de Franck Leboeuf (Franco La Carne) et Vincent Candela pourrait encore aujourd’hui être titulaire à la place d’Arbeloa, au Real comme en Espagne. Le vent tourne donc à la faveur des français sur ce secteur de jeu, la défense ayant été à la base des succès de 98 et 2000.

Milieu : Espagne 1 – France 0

On commence à noter une vraie différence de style sur cette zone de jeu. Là où la France faisait parler son physique, l’Espagne joue sur la technique. L’opposition aurait pu être superbe, elle ne le sera que par l’esprit.

Chez les grands, Vieira peut clairement batailler avec Busquets mais il n’a été titulaire que lors de l’Euro 2000. La principale différence est que le barcelonais est une tête à claque et que l’ancien Gunner était plutôt du genre à en distribuer, des claques. Chez les basques, Xabi Alonso a un Deschamps dans chaque chaussette mais la science tactique et le leadership de l’actuel sélectionneur des Bleus est sans égal.

Un point commun des deux côtés des Pyrénées, le vrai génie se trouve dans les pieds d’hommes arborant des calvitie précoces. Même élégance, même classe avec le ballon, Zidane et Iniesta sont deux joueurs fantastiques, bien que radicalement différents physiquement. Et si Zizou a eu le Ballon d’Or en 1998, Iniesta le méritait 100 fois en 2010.

Chez les autres milieux offensifs, on peut trouver aussi des points communs même si le moule espagnol des milieux techniques de moins de 1m75 semble sans égal. Aux Silva, Mata, Pedro, la France répond Pirès, Djorkaeff, Wiltord. Un autre style mais trois joueurs qui se seront quand même fait une place dans les plus grands clubs européens.

La différence se fait finalement sur un Xavi ou un Fabregas. Les français n’ont jamais eu d’équivalent et ont privilégié l’aspect physique au milieu avec des Petit, Boghossian ou Karembeu. Si l’ancienne queue de cheval d’Arsenal savait manier le ballon, on est très loin du niveau technique du général de Barcelone ou de l’ex de Wenger. Avantage Espagne donc.

Attaque : France 1 – Espagne 0

Deux hommes ont réussi à se faire une place dans la sélection espagnole qui évolue désormais sans véritable numéro 9 : David Villa et Fernando Torres. Le premier a été indispensable en 2008 et 2010, l’autre a surtout marqué le seul but de la finale en 2008. Du côté français, on a Henry et Trezeguet, le premier a participé activement aux deux titres, même s’il n’était pas titulaire en 98 et le second s’est montré décisif en finale en 2000. Match nul en apparence donc.

Mais si on compare les carrières en club, l’avantage est clairement à la France. D’un côté, le meilleur buteur de l’histoire d’Arsenal > Le 5ème meilleur buteur de Valence. De l’autre, le meilleur buteur étranger de la Juventus > Le mec qui a fait quelques très bonnes saisons à Liverpool avant de s’enterrer à Chelsea. Qui pour dire le contraire ?

Le banc ne permet pas de faire pencher la balance côté espagnol. Il nous offre en revanche un beau duel de Gui entre Daniel Güiza et Stéphane  Guivarc’h. Pas mal de ressemblances entre eux, même esthétique besogneuse, même impact nul sur leur sélection, même surprise quand on voit dans leur palmarès un Euro pour le premier et une Coupe du Monde pour le second.

Au décompte final, les juges affichent donc un match nul 2-2. D’un côté, la force et l’efficacité française, de l’autre le génie technique et mobile espagnol. Difficile donc de départager ces deux générations de légende, les deux dernières à avoir pu enchaîner deux victoire dans deux compétitions internationales, les espagnols poussant même la domination à trois. Il est sans aucun doute plus facile de faire un pronostique pour le vrai match de ce soir…

SIR GUY

À lire aussi : 

Les Tweets des Bleus après Espagne-France (Euro 2012)

Nostalgie : Mourad Meghni et les ex-futurs Zinedine Zidane

11 ans – 11 joueurs, épisode 4 : FC Valence

Publicités

Une réflexion au sujet de « Espagne 2008-2010-2012 vs. France 1998-2000 : le match des générations dorées »

  1. Ping : Etre gardien N°3 et gagner la Coupe du Monde : Imposture ? | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s