Sylvain Kastendeuch : Quand ballon rime avec menton.

Nous sommes le 19 mai 2001. Le soleil brille sur le stade Saint-Symphorien qui s’apprête, pour oublier une saison difficile, à rendre un vibrant hommage tout en simplicité à l’emblématique capitaine du FC Metz, Sylvain Kastendeuch. Les grenas reçoivent les Girondins de Bordeaux qui jouent une place en tour préliminaire de Ligue des Champions.

37 ans et la tête sur les épaules

 Juste avant de disputer son 577eme match en D1, il se voit remettre un bouquet de fleur par ses deux enfants lorsqu’il pénètre sous la pelouse. Il semble presque gêné ou alors concentré, tout simplement. Car Sylvain est un immense professionnel. Il a joué près de 20 ans au plus haut niveau (dont 13 saisons en Moselle) et a l’extraordinaire particularité pour un défenseur de n’avoir reçu aucun carton rouge. Seul Maxime Bossis a fait mieux en ne récoltant aucune biscotte, que ce soit au beurre ou à la confiture de fraise. Espérons donc que Sylvain ne rate pas sa sortie en se faisant bêtement expulser. Mais vu l’intelligence du garçon, on n’ose l’imaginer.

Un Jérôme Bonissel incisif

S’ils veulent jouer la plus prestigieuse des compétitions européennes, les joueurs d’Elie Baup  se doivent d’attaquer ce match pied au plancher. Message bien reçu par Jérôme Bonnissel qui à la 5eme minute déboule sur le côté gauche et adresse un centre pour… le menton du héros du jour.  Celui-ci reste KO durant de longues minutes. Lorsqu’il est évacué sur une civière, on craint le pire. Je me souviens qu’avec mes potes devant la télé on s’est imaginé un mythique mais macabre scénario : « Imagine il meurt sur le terrain pour son dernier match, il serait élevé au rang de véritable héros ». Au final plus de peur que de mal pour Sylvain qui reprendra connaissance quelques minutes plus tard. Le lendemain dans Téléfoot, la voix de Pascal Praud nous retranscrit à merveille la dramaturgie du moment.

Aujourd’hui, quand on évoque ce joueur, on ne retient que ce moment, certes d’anthologie, qui nous fait oublier l’homme et le joueur remarquable que Sylvain fut. Nous n’en reverrons pas de si tôt. Il était donc naturel que ce grand monsieur inaugure cette rubrique.

Guy Truite (Suivez Guy sur Twitter)

A Lire aussi:

Bon anniversaire Reynald Pedros : #LeFootballVrai tu incarnes

Pourquoi le Sporting Club de Bastia mérite sa place en Ligue 1 ?

Joyeux anniversaire à une forte tête : Bruno Germain

Publicités

5 réflexions au sujet de « Sylvain Kastendeuch : Quand ballon rime avec menton. »

  1. Ping : HorsJeu.net | A la limite du footballistiquement correct | Los bonas du comité du 15 octobre | HorsJeu.net

  2. Ping : #LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 2: Antoine Maes | Guy Truite

  3. Ping : #LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 4: Matteu Maestracci | Guy Truite

  4. Ping : #LeFootballVrai selon les footballeurs vrais: Episode 2 – Jeremie Janot | Guy Truite

  5. Ping : Wayne Rooney a tout à envier à François Calderaro | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s