Le 11 type d’Hollywood – stars et paillettes

A l’occasion de la sortie attendue cette semaine du film « Les seigneurs » (pas par nous en tout cas mais nous respectons tous les goûts), nous avons décidé de nous prêter à l’exercice du 11 type, de retour après de longues vacances, sur le thème d’Hollywood. L’occasion de vous proposer un casting qui laisse Olivier Dahan jaloux. Ah on fait moins le malin maintenant, hein Oliv’ ?

Tim « Ron » Howard : Apollo 13

« Houston, on a un problème… » : un gardien avec des mains en mousse, c’est pas toujours facile à gérer. Le gardien américain n’est en effet pas le plus agile de la Tourette, et pour cause il souffre du syndrome depuis sa plus tendre enfance…salope! Du coup, les défenseurs savent jamais trop comment se placer avec lui. Pour autant, on ne pourra jamais lui enlever ses années en Premier League (ManU puis Everton depuis 6 ans). Connard !

Lucas « Eva » Mendes : Ghost Rider

En tant que supporter marseillais que je suis, j’aimerais dire du bien du jeune brésilien, mais depuis son transfert, on n’a absolument pas pu savoir ce qu’il avait dans les jambes. C’est qu’on se méfie maintenant des brésiliens sur la Canebière, n’est-ce pas messieurs Adriano (le faux), Marcelinho, Edson, Dill et autres buveurs de caïpi ? Allez Lucas stp, laisse-nous croire que tu régaleras autant qu’Eva !

Bobby « Roger » Moore : Le Saint

Ceux qui l’ont vu jouer (entre 58 et 78) le considèrent comme un grand défenseur central, de ceux en tout cas qui méritent une statue à Wembley, c’est dire. La preuve ? Il faisait partie de l’équipe anglaise championne du monde en 66 (prends ça John  Terry). Nul doute que d’où il est il saura trouver les mots pour assurer à cette défense une stabilité à toute épreuve.

Frédéric « Marlon » Brando : La Poursuite impitoyable

Reconverti arrière droit pour l’équilibre de ce onze, « sourcil » ou « 3 poumons » a probablement bouché plusieurs fois l’évacuation des douches du Vel’ avec ses tifs, mais restera pour beaucoup comme un modèle d’état d’esprit. Au milieu des stars plus ou moins légitimes, il a su se faire une place de choix à l’OM, dans la grande tradition des joueurs qui ne lâchent jamais rien !

Darron « Mel » Gibson : Braveheart ?

Red devil par intermittence, l’irlandais fait lui aussi partie de l’effectif d’Everton qui réalise un excellent début de saison, et qui, je l’affirme aujourd’hui, pourrait venir perturber le nouveau Big Four ! Une bonne tête de buveur de Guiness, pas forcément réputé pour ses coups de sang antisémites ni pour sa passion pour les langues mortes, il semble enfin avoir trouvé un club auquel il pourra apporter son expérience dans l’entrejeu.

Danny « Eddy » Murphy : Boomerang

Il est parti de Crewe Alexandra (ce n’est pas un titre de film érotique) et y est revenu. Puis il est allé chez les Reds, en est parti et y est revenu. Sans nul doute la période glorieuse de sa vie, puisqu’il a connu l’année parfaite en 2001 (UEFA, Supercoupe, Cup, Coupe de la Ligue, Community Shield). Possible qu’il ait ainsi un palmarès plus complet que celui de l’ex-star de la comédie américaine.

Joe « Woody » Allen : Match Point

22 ans au compteur et déja une belle pression sur les épaules pour le jeune gallois tout juste arrivé à Liverpool à l’intersaison (pour 20 millions d’euros tout de même) alors que le club traverse une période délicate de son histoire. La balle est dans ton camp l’ami : seras-tu la relève de l’immense Stevie G (comme dirait l’autre) et tout le monde dira « I love you », ou bien seras-tu plutôt du style escroc (un peu trop) ?

Dan « Ryan » Gosling : Les marches du pouvoir

Poursuivons la tournée de nos choristes post-puberté pour nous intéresser à Daniel le magpie. Contrairement à son homonyme machouilleur de touillette, le jeune anglais n’a pas été la révélation de l’an passé. Pas de coup du scorpion, pas de fan en folie, pas vraiment d’avis non plus à vrai dire vu son nombre limité d’apparitions sur les terrains de Premier League. Ressaisis-toi mon grand, à ce rythme même Lucas Mendes voudra bientôt plus de toi !

Julio « Penelope » Cruz : To Rome with love

Julio Cruz. La preuve qu’on peut réussir dans le sport le plus macho du monde avec un nom de latin lover. Figure marquante de l’Inter des années 2000, l’argentin aura eu le mérite d’exister malgré son statut régulier de remplaçant dans un effectif où brillait déja le suédois dont tout le monde parle. La preuve que le banc peut vraiment servir à quelque chose, n’est-ce pas Kevin G ? Malgré tout notre respect, ça restera quand même moins caliente que Penelope.

Denis « Jude » Law : Le talentueux Monsieur Ripley

Mon confrère Sir Guy ayant déja rendu un vibrant hommage à l’attaquant écossais, je préfère m’effacer derrière ses mots et vous parler brièvement de Jude : acteur plus reconnu pour sa plastique que pour son jeu (le contraire de Denis en somme), il a collaboré avec les grands noms (Spielberg, Scorsese, Cronenberg, Niccol, Eastwood, Mendes, Gilliam, Soderbergh, Ritchie…), preuve indéniable que son talent ne se limite pas à la pub Dior.

Johnny Rep : The brave

Si je continue à me demander si Mickey 3D n’est pas une escroquerie de la chanson française, force est de leur reconnaître le culot d’avoir rendu hommage au buteur néerlandais dans la chanson qui porte son nom. A l’époque, le partenaire de Cruyff chez les Oranje avait tout de même enchaîné 2 ans à Bastia puis 4 ans chez les Verts. J’en connais pas beaucoup des attaquants de classe mondiale qui en diraient autant aujourd’hui. A croire que la France pour lui c’était un petit coin de paradis…

Hugguy les Bons Tuyaux, aussi sur Twitter

A lire aussi : Le 11 des Oscars et des César

Le 11 des infidèles

Advertisements

2 réflexions au sujet de « Le 11 type d’Hollywood – stars et paillettes »

  1. Ping : Le 11 type des ministres | Guy Truite

  2. Ping : Le 11 type des japonais d’Europe | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s