La coupe d’europe des pré-reléguables ; une petite mélodie marketing

olympique_marseille_coupe_intertoto_vainqueur_photo

Ce weekend  avec mon pote Guy Leubert, on est allé passer du temps dans le Pas de Calais. C’est au milieu de tous ces chtis désabusés par la récente défaite de Lens face à Monaco et l’humiliation de leur club de secours, Lille, contre d’autres genres de Chtis, que nous avons regardé le match du Paris Saint Germain contre cette brave équipe de Bastia. Ne cachons pas notre engouement initial qui était surtout de voir une bonne baston. Mais aussi belliqueux soient-ils, les Corses n’ont pas cédé aux sirènes de la provocation suédoise. Tant pis pour nous.

Comme tu as pu le remarquer, ce match opposant le théorique futur champion de France au promu Corse manquait un peu d’intérêt malgré ces quatre buts. Nous pensions à ces petits clubs qui montent et dont l’objectif principal est soit : 1/ de limiter l’humiliation 2/ rester en D1 en misant tout sur les matchs contre les clubs de bas de tableau et 3/ profiter de cette année pour se marrer un peu avant de redescendre.

En tant qu’experts Marketing, nous leur offrons l’Europe. Oui, l’Europe. On organisait bien la Coupe des Coupes, les « meilleurs » qui rimaient surtout avec « erreurs », mais à qui on donnait leur chance de se faire un peu de pognon et de ramener une coupe européenne à la maison. Un peu sur le même mode que la Coupe Intertoto, nous sommes persuadés que ces clubs qui frôlent la relégation méritent leur coupe d’Europe.

La bataille de fin de tableau est rude. Tels des hyènes pour un reste d’antilope prémâchée par des lions, les 15ème, 16ème et 17ème méritent largement une Coupe d’Europe qui leur serait dédié exclusivement et sans présélection. Maintenant en tant que marketeur, l’idée est de rendre ce mauvais tableau suffisamment attractif battre le rappel des supporters, des journalistes et des cons d’annonceurs. Un business fondé sur trois piliers.

1 – Quelle attractivité pour le club ?

Nous ne pouvons décemment pas filer du fric à ces mauvais ! Sinon des clubs comme Rennes ou Saint Etienne en France (Everton ou Sunderland en Angleterre) seraient capables de faire exprès d’arriver 15ème. Nous avons donc cherché ce qui fédérerait ces clubs et nous sommes tombés d’accord sur la laideur des maillots de ces clubs. Nous proposons donc au gagnant, de gagner un nouveau design de maillot fait par un styliste de renommée internationale que nous n’aurons aucun mal à convaincre vu l’étendu du désastre stylistique de ces bas de tableaux.

En plus de ce cadeau indispensable qui générera du coup plus de recette en vente de maillot, l’extension du potentiel de remplissage de ces petits stades sera une source indirecte de financement. Qui à Brest ne rêverait pas d’assister à un match opposant le Stade Brestois au Rayo Vallacano ? …

Ci-dessus, de gauche à droite, les maillot de Wigan, Palerme et du Stade Brestois.

2 – Il est beau mon packaging : événementialiser la finale

La petite musique de l’événement marketing. Inventons ensemble un concept qui donnera un  vrai cachet d’une portée historique à cette superbe coupe. Donnons aux supporters de ces clubs l’idée qu’ils vont vivre un moment unique dans leur vie. Un mot. SYN-THE-TIQUE : la finale de cette coupe se jouerait obligatoirement sur un terrain Synthétique. Cette mécanique visant à rendre unique le concept, permettra, par la même, de revaloriser l’image de ces terrains de merde, soit dit en passant. Donc prépares toi peuple de Lorient, de Nancy, de Bakou, de Neuchâtel ou de Dundalk. Prépares toi à recevoir un jour la finale de notre Coupe.

Ci-dessus de gauche à droite le Gundadalur Stadium (Féroé), le Oriel Park (Dundalk) et le Stade du Moustoire (Lorient)

3 – Le nom du produit : le bouquet final

Dans notre plus grande turpitude nous étions tentés d’appeler ça « la Coupe des mauvais », « la Coupe des nuls », mais notre instinct marketing nous force, Dieu merci, à être plus commercial dans notre approche de cet événement unique. « La Coupe des Challengers ? ». « Challengers » est le mot approprié pour nommer ceux qui se battent surtout pour ne pas descendre ? Est-ce que Palerme ou Wigan proposent de vrais challenges à la Juve ou Man U ?.. Sois réaliste, ce n’est pas convenable.

En parallèle, on se dit que l’UEFA ne financera jamais pareil projet. Donc en bons marketeurs, on va proposer aux annonceurs, non pas d’afficher leur logo pourri sur le cul des joueurs, mais plutôt de se payer une coupe d’Europe. Et forcément, on proposerait ça aux marques de bas de tableaux ou aux marques qui veulent conquérir de nouveaux marchés en Europe : Findus, Captain’Igloo, Moulin de Valdonne… et pourquoi pas des MDD : La Coupe Repères ou Eco+

Tu ne vois pas l’affiche sur BeIn Sport ? « Retrouvez votre finale de la Coupe Findus qui opposera le Stade Brestois au FC au FSV Mayence en direct du Stade de Gundadalur aux îles Féroé ». Reste plus qu’à débaucher une grosse pointure de type Pierre Ménès pour faire le commentateur, il adorerait ça. C’est bien décalé comme il aime.

GUY NESS

A lire aussi :

L’hymne du PSG : bande d’Enfoirés va !

Maradona vs. Riquelme : Fusil contra fusil

Les vérités de Jérémy Ménez sur l’Euro 2012 : Le bruit et la fureur

Advertisements

2 réflexions au sujet de « La coupe d’europe des pré-reléguables ; une petite mélodie marketing »

  1. Ping : HorsJeu.net | A la limite du footballistiquement correct | Los bonas du comité du 25 septembrz

  2. Mais ouais, y a la totale là ! On peut rever à un Pescara / Ipswich en finale de la Captain Igloo W9 (feat. Marianne Mako et Didier Roustan) EuroCup avec profusion de feux d’artifices pour la finale à Dunkerque et Croustibat Party à l’entrée du stade. Ne pas oublier que dans toute coupe à la con, recompense à la con, le club vainqueur se voit non seulement garanti sa presence l’année suivante (Total Mennen Euro Challenge for Men) mais dispose d’un billet de protection anti-relegation en bonus, valable qu’un an, faut pas déconner. Quoique si, valable à vie. Sauf si t’es dernier, là t’es trop pourri, tu dégages.
    Je pense qu’on peut attaquer désormais la Coupe du Monde B, avec des bons vieux belges et ecossais au taquet pour se vautrer en qualif et tout miser sur l’étoile (soit demi étoile, soit étoile grise) de vainqueur de la Coupe du Monde B, dans les stades de D2 du pays organisateur de la CM Snickers / Visa / Gilette / Hitachi / Toyota à venir (soit une vraie compet sous toile de bédouin non climatisée pour la Best of The Rest World Cup 2015 au Qatar).
    Stay true to the Manat.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s