Joyeux anniversaire Lionel Jospin … et une pensée pour Ulrich Le Pen !

Il y a 14 ans, Guivarc’h prouvait au monde entier qu’une équipe nationale pouvait être championne du Monde sans grand attaquant. Mais le 12 juillet est avant tout la date d’anniversaire (75 ans pour être précis) de Lionel Jospin, l’homme qui s’est retiré de la politique après un échec cuisant. Le nom qui hante ses cauchemars depuis 10 ans ? Le Pen. Profitons donc de l’occasion pour rendre hommage au malheureux Le Pen, Ulrich de son prénom.

Il a le prénom d’un cycliste allemand dont le seul vrai tort est d’avoir trouvé sur sa route un italien et un américain plus chargés que lui, sans quoi il serait au Tour de France ce que Nadal est devenu à Roland Garros. Un abonné des secondes places qui restera malgré tout dans les mémoires des amateurs et des roux.

Pour d’autres, plus mélomanes, le prénom du batteur de Metallica, l’un des membres du Hall of Fame musical de ce cher Guy Truite. Sans doute pas un poète, mais une sacré frappe qui fait de lui un incontournable du genre (remember « One »).

Avec ces références, on pourrait s’attendre à ce que le jeune breton soit devenu une figure emblématique du championnat de France, à deux doigts d’une nomination aux Trophées UNFP. Mais le hic, c’est la suite. Le Pen. Pas de bol. T’as beau retourner la situation dans tous les sens, tu finis toujours par te dire que quelqu’un dans sa famille a dû faire une connerie il y a des décennies pour mériter un tel sort.

Je ne rentrerai pas dans des considérations politiques, ce n’est pas là l’objectif de cet article. Mais quand même, Le Pen, c’est pas de bol. Surtout que ses parents devaient sûrement se douter en 1974 (année de naissance de ce cher ULP, ouille) qu’une vie compliquée l’attendait, Jean-Marie ayant déja fait quelques sorties médiatiques de haut vol et en route pour durer. Une pénitence en quelque sorte.

Et au vu de l’évolution actuelle du paysage politique français, Ulrich n’est pas prêt de revendiquer sa fierté pour son patronyme.

Attention analyse psychologique à deux (trous) de balle : c’est sûrement cette gêne permanente qui a poussé le joueur à se faire petit dans la plupart des clubs qui l’ont vu évoluer : Rennes, Laval, Lorient, Ipswich, Strasbourg, Lorient, Laval…à croire qu’il avait des tendances bègues, ou la mémoire très courte. La raie d’Auray comme on l’a surnommé pendant longtemps (Note pour comprendre la blague : Auray est sa ville de naisance) n’aura pas bien marqué les esprits, si ce n’est laissé un vague souvenir aux collectionneurs Panini qui regardaient Téléfoot le dimanche matin, à l’époque où il y avait vraiment du foot à regarder.

Puisque nous faisons partie de cette catégorie de personnes, rendons donc hommage à un illustre figurant du championnat de France avec l’un des grands moments de sa carrière (vous verrez qu’un futur joueur de poids marseillais s’est glissé dans cette séquence) , et souhaitons un bon anniversaire à Lionel !

Hugguy les Bons Tuyaux

A lire aussi : Anniversaire Djamel Belmadi

Spécial Présidentielles 2012

Foot & Politique

Interview Mussolini

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s