11 ans / 11 joueurs : Épisode 4, Valencia CF

santiago_canizares_gardien_valence_legende_photo

Jordi Alba a été la grande révélation de l’Euro 2012. Bon défenseur, très bon attaquant, il s’est même payé le luxe de marquer en finale son premier but en sélection. Grâce à tout ça, il aura gagné un transfert au Barça pour devenir le pendant gauche du funambule Dani Alvès. Ce transfert prouve surtout que, sans tous ses problèmes économiques, le FC Valence pourrait aisément lutter avec les monstres madrilènes et barcelonais. 11 type.

Gardien : Santiago Cañizares, la blonde

Le gardien blond platine de Valence est devenu twitter trendy depuis samedi dernier et les photos de sa femme sous la douche postées à ses 178 000 abonnés. La photo a depuis été retirée mais prouve que les accrocs à la décoloration ne sont pas les plus malins. Il l’aura d’ailleurs déjà prouvé dans sa carrière. En 1998, il parvient enfin à se faire une place au sein de son club formateur du Real Madrid. Mais ayant signé un pré-contrat avec Valence pour la saison prochaine, il sera privé de la finale victorieuse de Ligue des Champions disputée face au Real Madrid. Avec les Ché, il en perdra deux de suite en 2000 et 2001. Peu de temps avant la Coupe du Monde 2002, alors qu’il est assuré d’être le gardien titulaire de l’Espagne, il se blesse en voulant amortir la chute d’une bouteille de parfum avec son pied. Résultat : un tendon sectionné. VDM. Mais ses 10 années passées à Valence, où il disputera 418 matchs et remportera deux Liga, autant de Copa del Rey et une Coupe UEFA notamment, lui permettent de prendre la place de Ludovic Butelle sur le fil.

Défenseur : Jordi Alba, le jeune

14 millions d’euros, le prix du fils de Jessica Alba (ok elle est à chier mais Guy Truite m’a menacé). Sans vouloir faire offense à la belle carrière d’Abidal, je crois que le Barça a fait une excellente affaire avec cet arrière gauche fait pour le jeu des Blaugrana qui aura donc passé 3 ans à Valence. En revanche, Busquets, Puyol et Piqué risquent d’avoir encore plus de boulot qu’avant avec Alvès à droite et Alba à gauche…

Défenseur : Roberto Ayala, l’argentin

Passé par Naples et Milan avant de débarquer à Valence, c’est en Espagne que le défenseur argentin va se révéler, notamment à Valence où il passera 7 ans et se verra confié le brassard de capitaine. Malin, rugueux et technique, il représente à la perfection le défenseur gaucho, viril mais correct. Il a fait parti des années fastes du Valence de Cuper et Benitez et est le deuxième joueur de la plus capé de l’Albiceleste avec 115 sélections après l’increvable Javier Zanetti. Respect à toi Roberto.

Défenseur : Raul Albiol, le madrilène

Formé à Valence, il était un des grands espoirs du football espagnol durant ses quatre années chez les Ché. Mais la broyeuse madrilène l’a fait disparaître de la circulation depuis son transfert pour 15M€ au Real. Depuis 2009, son temps de jeu a en effet fondu comme safran dans une paella (43 matchs, puis 32 et 17 l’année dernière) et il a vu Sergio Ramos devenir monstrueux en défense central aux côtés du psychopathe Pepe (à prononcer Pep’ pour faire plaisir à Denis Balbir). Si le PSG recrutait ailleurs qu’en Italie, il pourrait déjà jouer en France.

Défenseur : Jocelyn Angloma, le vieux

Angloma a connu une seconde jeunesse en Espagne lors de sa signature en 1997 à 32 ans à Valence. Il restera au total 5 saisons dans le sud de l’Espagne dont quatre comme titulaire indiscutable, au point d’être élu meilleur arrière droit de l’histoire du club. Il aurait même pu devenir champion d’Europe 7 ans après la Ligue des Champions remportées avec l’OM en 1993. En 2001, il aurait même pu la soulever avec Didier Deschamps venu faire une dernière pige en Espagne avant de prendre sa retraite. Pendant ce temps-là, Jean-Jacques Eydelie jouait à l’US Avranches.

Milieu : David Albelda, le capitaine

Formé à Valence, titulaire entre 1999 et 2012, capitaine à partir de 2001, Albelda aurait pu être l’homme d’un seul club sans quelques prêts Villarreal. Associé à Ruben Baraja, qui aurait d’ailleurs pu faire partie de ce 11 type, pendant plusieurs saisons dans l’entre-jeu valencian, il était chargé du travail de l’ombre, ratissant et relançant mais avait l’honneur de soulever les trophées en premier, comme cette saloperie de Coupe UEFA 2004. Il n’a en revanche pas fait que du bien aux clichés sur le style espagnol avec sa nuque longue et ses mèches blondes…

Milieu : Gaizka Mendieta, l’arnaque

Monstrueux aux cours de ses 9 saisons avec Valence au point de devenir un des meilleurs milieux de terrain d’Europe, Mendieta est un des plus grands mystères de l’histoire du football. Car sa carrière se termina à l’été 2001 avec un transfert pour 48 millions d’euros chez l’ambitieuse Lazio de Rome. Ce qui devait être la confirmation d’un très grand talent sera le début de la fin pour le basque. Au point de perdre sa crinière blonde.

Milieu : Miguel Angel Angulo, le banni

J’aurais pu mettre Kily Gonzales, Vicente ou Joaquin. Mais j’ai choisi Angulo, ses 13 ans au club, son vilain nez et son éternel statut de joueur pas complètement titulaire, pas vraiment indispensable mais toujours là. Tellement là qu’il est désormais le quatrième joueur à avoir disputé le plus de match avec le FC Valence (430). L’arrivée de Ronald Koeman a bien failli en revanche mettre un terme à l’histoire. Visiblement irrité par les faux blonds, Ronald Koeman l’aryen, tout juste arrivé au club, le mettra de côté en compagnie de Cañizares et Albelda. Quatre mois plus tard, il était toujours là et l’ancien barcelonais s’était fait gentiment virer. On ne touche pas aux légendes. N’est-ce pas Villas-Boas ?

Milieu : Juan Manuel Mata, l’anglais

Récupéré par Valence en 2007 à un Real Madrid ne faisant pas confiance à ses joueurs formés au club, Mata sera revendu quatre ans plus tard 23,5 millions d’euros à Chelsea. Joueur le plus efficace du dernier Euro avec un but marqué pour seulement 6 minutes de jeu disputé, il aura connu une année 2012 faste avec deux titres européens, un avec les Blues, l’autre avec la Roja. Si sa première année à Londres fut encourageante, il va devoir confirmer cette année et s’affirmer face à la concurrence de Hazard et Marin.

Milieu : David Silva, le chinois

Énorme avec City toute la saison, devenu titulaire indiscutable en sélection espagnole, premier buteur de la finale de l’Euro face à l’Italie, Silva est sans aucun doute actuellement un des plus meilleurs joueurs du monde et surtout un des plus fins pied gauche. C’est bien simple, même en étant supporter de United, on ne peut qu’aimer ce joueur. S’il est encore un peu léger pour le Ballon d’Or, il a déjà bien grandi depuis ses années à Valence au point d’imposer son petit 1,70 mètres au sein de l’impitoyable Premier League. Il sera également un des pourvoyeurs de fonds le plus important du FC Valence en rapportant environ 35 millions d’euros au club Ché avec son départ à Manchester.

Attaquant : David Villa, le rescapé

David Villa représente une espèce en voie de disparition en Espagne, le buteur. Depuis sa grave blessure au championnat du monde des clubs, compétition qui ne sert absolument à rien, Barcelone et l’Espagne ont décidé de se passer d’attaquant. Si les catalans peuvent s’appuyer sur un Messi capable de tout, l’Espagne a connu elle de sérieux problèmes offensifs pendant l’Euro à peine occulté par son carton face à l’Italie. S’il a tout gagné à Barcelone en deux ans, ses plus belles années personnelles resteront sans aucun doute à Valence, club dans lequel il disputera 212 matchs et marquera 128 buts. Sans les problèmes financiers de Valance, il serait très certainement encore du côté de Mestalla aujourd’hui.

SIR GUY

À lire aussi :

11 ans / 11 joueurs : Episode 1, FC Lorient

11 ans / 11 joueurs : Episode 2, Ajax Amsterdam

11 ans / 11 joueurs : Episode 3, l’AJ Auxerre

Publicités

2 réflexions au sujet de « 11 ans / 11 joueurs : Épisode 4, Valencia CF »

  1. Ping : Le 11 type des français aux Glasgow Rangers | Guy Truite

  2. Ping : Espagne 2008-2010-2012 vs. France 1998-2000 : le match des générations dorées | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s