Foot et mode, la chronique d’Anna Guyntour : Ibiza ou Capri ? (épisode 2)

vicente_del_bosque_cesare_prandelli_italie_espagne_euro_2012_photo

Guy l’heure est grave! Le mois de juin est arrivé, été dans 10 jours, impossible de décider où partir en vacances. Ibiza ou Capri?  que faire? Qu’à cela ne tienne, je décide alors de laisser mon sort estival entre les mains de Cesare Prandelli (c’est aussi une marque de souliers n’est-ce pas? un ami de Berluti non?), et celles d’un vieux monsieur aux costumes froissés sur le banc de la Roja.

Signe de compassion numero 1. Il me semble avoir déjà vu ce monsieur…ou ce costume? Oh mon dieu ! Mais oui ! Lui, moi, Durban 2008. Guy, je connais ce costume, je l’ai moi même souillé de rage un soir de » va te faire enculer sale fils de pute ».

Signe de compassion numéro 2. Ce qui m’amène à cette réflexion, le monde du foot est-il en crise lui aussi? Le staff recycle les costumes de la coupe du monde? Ou ça ne concerne que les espagnols ? Parce que les ritals en face ils avaient la classe quand même… De vous à moi Guy, je soupçonne Stefano Mauri d’avoir organisé un petit vide grenier avant le départ, celui de l’équipe vers l’Ukraine j’entends…

Signe n°3. Ce soir je joue mon bronzage au loto foot, j’enfile la tenue BalenciaGuy de rigueur, qui se compose du look 10 de la collection spring summer 2012 de Balenciaga assorti d’une paire de  Nike Mercurial Vapor Superfly VIII FG Coupe d’Europe noire et rose (oui oui  tout ça). Ma première réaction est de me dire que c’est pas sérieux de donner un nom si long à une paire de baskets, la 2ème, les crampons sont certainement aussi inconfortables que des talons de 12. J’avais prévu un maillot flambant neuf de Messi, on me fait gentiment remarquer qu’il ne serait pas nécessaire de le porter ce soir. Ah bon?  Moi qui l’attendait avec impatience, le Messi…pfffff oui je passe la soirée avec Laurent Ruquier.

Mi temps, toujours pas de buts, j’ai mal aux pieds, ça me rappelle ma vie, signe de compassion n°4. J’ai préparé 2 valises, une Gucci de crise achetée sur le marché de Vingtimille pour l’Italie, l’autre du Rayon d’Or pour l’Espagne pour ne vexer personne une fois sur place.

But de Di Natale à la 61ème (voyez Guy comme je commence à maitriser les termes techniques), je dégage la valise rayon d’or pleine de Zara, Cheri ! La crise ne passera pas par nous, on va rejoindre Berlu à Napoli ! L’Italie a gagné ouf ! 64ème minute, but de Farbregas (un parent de la branche hispanique des Fabergé sans doute), il sont sexy ces espagnols quand même, je lui remonterais bien sa note moi au Casillas.

Quitte à parader dans le tiers monde je me casse à Mykonos Guy, à Mykonos ! D’ailleurs ils jouent quand les Grecs ? Signe de compassion n°5,  ça me rappelle mon parfum.

ANNA GUYNTOUR

A lire aussi : 

– Foot et mode, la chronique d’Anna Guyntour : le caleçon Pull-In (épisode 1)

–  Les accessoires du foot : hommage à la chasuble

– Les accessoires du foot : le cycliste

Publicités

4 réflexions au sujet de « Foot et mode, la chronique d’Anna Guyntour : Ibiza ou Capri ? (épisode 2) »

  1. Ping : France-Suède, Thierry Roland et chemisettes : la chronique d’Anna Guyntour | Guy Truite

  2. Ping : Les Soldes de la Ligain | Guy Truite

  3. Ping : Le 11 type des marques de fringues | Guy Truite

  4. Ping : La chronique d’Anna Guyntour: Victime de la Zlatanisation de la France | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s