Courrier des lecteurs : peut-on réussir dans le foot en s’appelant Kevin ?

kevin_gameiro_psg_photo

Cher Guy, je suis un fidèle lecteur de ton blog que j’apprécie au plus haut point même si tu chahutes parfois mon club. Car oui, je suis footballeur professionnel. Et en plein doute. Il y a encore quelques mois, un avenir brillant m’attendait, titulaire en club et régulièrement appelé en équipe nationale. Mais depuis plusieurs semaines maintenant, j’ai perdu mon mojo footballistique et vit chaque match, chaque entraînement comme une souffrance. Et si je n’étais pas fait pour le football ? Souvent on se moque de mon prénom, Kevin. J’y vois parfois une vraie malédiction pour ce sport. Je t’en prie Guy, je fête aujourd’hui mes 25 ans et l’avenir me paraît chaque jour plus sombre. Aide-moi !” Kevin G.

Très cher Kevin, je ne connais pas tes parents, ni ta famille mais il est très probable que ton père apprécie fortement Johnny Hallyday, que ta soeur s’appelle Jenifer et que ta mère aime la danse country. En effet, ta famille est frappée d’un mal qualifié dans le jargon médical de “Americandreamithe aigüe”. Fasciné par le pays de l’Oncle Sam et du gros Ronald, tes parents auraient fait de parfaits conservateurs, fier de leur pays et défendant coûte que coûte le premier amendement. Papa aurait peut-être même monté une police du voisinnage pour chasser les “étrangers” de sa petite banlieue bien tranquille, brandissant avec fierté son arme légalement achetée.

Mais voilà, ils sont français et le fossé est là. Alors quelle meilleure solution que de vivre à travers ses enfants ses rêves envolés ? Ils ont donc choisi de t’appeler Kevin. Comme Kevin Costner, symbole vivant de ce qu’était l’Amérique au tout début des années 90. Tu ne connais peut-être pas cet acteur mais il a eu ses heures de gloires, faites d’épopées cinématographiques défendant avec force les principes fondateurs de l’Amérique des explorateurs, des aventuriers et des hommes droits, se dressant devant le destin, torse bombé. Si je te dis tout ça Kevin, c’est pour que tu n’en veuilles pas à tes parents, la décision absurde de t’infliger ce prénom venant au départ d’une très noble intention.

Niveau football, il faut bien reconnaître que l’Amérique n’est pas le meilleur des pays. Pour réussir là-bas, il faut soit être une ancienne gloire européenne, ce que tu ne sembles pas être à la lecture de ta lettre, soit s’appeler Landon, soit arborer un physique particulier, de préférence des cheveux longs et un bouc roux comme Alexi Lalas. Les Kevin qui réussissent dans le sport sont plus orienté NFL, NHL ou NBA (Kevin McHale, Kevin Garnett, Kevn Durant…).

Cependant, cher Kevin, reprend espoir ! Car ils sont plusieurs à avoir au début de leur carrière du surpasser ce terrible handicap. Certains ont même marqué l’histoire du football mondial de manière forte. Il est vrai qu’aucun d’entre eux n’était français. Mais ces hommes courageux et triomphants doivent être pour toi de véritables sources d’inspiration. En voici trois exemples.

Le plus célèbre est Kevin Keegan. Double Ballon d’Or, vainqueur de la Ligue des Champions, légende Liverpool, l’attaquant anglais doit être ton Graal, ton but ultime. Si les Kevin avaient un Dieu, il tiendrait une place de choix dans les votes. Seule ombre au tableau, Keegan se maria avec une dénommée Jean. Alors, à moins que tu trouves une femme ayant le même problème de prénom que toi en France, il te faudra assumer une relation homosexuelle dans le football, véritable handicap dans ce milieu.

Si tu es attaquant, et je sens que tu l’es, tu pourras toujours regarder dans la direction d’un autre attaquant anglais, Kevin Phillips. Alors certes, ton palmarès risque d’être vierge, tu ne joueras jamais dans un très grand club, mais tu seras respecté comme un des meilleurs buteurs de ta génération. Cela serait également l’assurance de terminer meilleur buteur au moins une saison, dans un club moyen de Ligue 1, comme Phillips l’a fait avec Sunderland en 2000 (30 bts en 36 matchs). Attention tout de même, l’idéal serait que ton nom soit en fait un prénom.

Troisième et dernier exemple, plus actuel, avec Kevin-Prince Boateng. Dans ce cas précis, on est dans une logique différente. Pour faire oublier un prénom ridicule, le joueur du Milan AC a choisi d’y ajouter un autre, de préférence celui d’une pop star. Dans ton cas, évite cependant une vedette américaine comme le ghanéen, redondant avec ton prénom. Je te recommande d’axer plus sur un ou une artiste français, au diminutif en un seul et unique mot. Les exemples sont nombreux : Lorie, Zazie, Garou…Il faudra en revanche assumer également un look original et ne marquer qu’avec des frappes en lucarnes. La prétention doit être également ta deuxième nature.

Voilà cher Kevin, j’espère que ces quelques mots t’auront remonté le moral. Je ne suis pas magicien, ni devin, et ne peut t’assurer que ton avenir sera plus beau que ton présent. Que tu aies un prénom difficile à porter, peu de monde pourra dire le contraire. Au lieu de le cacher et d’en avoir honte, il faut clairement l’assumer, le regard fier et les épaules droites en te disant qu’en France, les plus grands joueurs de l’histoire se nomment Just, Michel ou Zinedine. Il y a donc peut-être bien une place pour un Kevin…

À très bientôt mon petit

Je t’embrasse

SIR GUY

A lire aussi : 

Le Courrier des Lecteurs de Guy Truite – Episode 1

Le Courrier des Lecteurs de Guy Truite : le meilleur buteur de tous les temps

Exclusif : La lettre de motivation de Luis Suarez à Leonardo

11 ans / 11 joueurs : Episode 2, Ajax Amsterdam 

Advertisements

6 réflexions au sujet de « Courrier des lecteurs : peut-on réussir dans le foot en s’appelant Kevin ? »

  1. Ping : Les tweets des non Bleus | Guy Truite

  2. Ping : Le Tournez-Manège de la ligue 1 : “Montre-moi quel footballeur tu es, je te dirai qui tu peux choper” – Episode 1 Montpellier HSC | Guy Truite

  3. Ping : EURO 2012 : Bilan du nouveau paysage footballistique européen | Guy Truite

  4. Ping : Moi, Philippe, supporter du PSG tout juste sorti du coma | Guy Truite

  5. Ping : Manifeste des Pigeons du PSG | Guy Truite

  6. Ping : TRUITES D’OR 2012 : Votez pour le Poisson pané d’or | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s