TOP 10 – Demi-finales retour de Ligue des Champions

jose_mourinho_victor_valdes_barcelona_inter_milan_champions_league_1-0_photo

Accéder à la finale de Ligue des Champions. Tous les clubs en rêve. Cette semaine va désigner les deux heureux élus de Munich. Tout le monde annonçait un nouveau Clasico en finale, mais c’était sans compter sur le Bayern Munich et Chelsea pour le plus grand plaisir de mon collègue Hugguy. Cette semaine, le Real Madrid comme le Barça doivent inverser la tendance à domicile avec des très grands matchs en perspective. Et les demi-finales de Ligue des Champions ont souvent réservé de très grand matchs. Top 10.

1967-68 : Real Madrid – Manchester United (3-3)

Vainqueur à l’aller à Old Trafford 1-0 grâce à un but de George Best, les Red Devils se rendent en Espagne avec pour mission de qualifier pour la première fois de l’histoire un club anglais en finale de Ligue des Champions. À cette époque, le Real l’a déjà remporté à six reprises. Après 45 minutes de jeu, les espagnols mènent déjà 3-1. L’espoir de finale semble s’envoler. Mais cette fois-ci, ce ne sera ni Best, ni Charton, ni Denis Law qui habilleront le costume de héros mais les défenseurs David Sadler et Bill Foulkes qui qualifieront les hommes de Matt Busby en finale. 15 jours plus tard, les Red Devils soulevaient la première Ligue des Champions de leur histoire grâce ç une victoire 4-1 face au Benfica d’Eusébio.

1970-71 : Panathinaikos – Red Star Belgrade (3-0)

Dans le style retournement de situation, les grecs ont fait fort en 1971. Ayant perdu 4-1 à Belgrade, il l’emportèrent 3-0 à domicile au retour grâce notamment à un doublé de leur attaquant Antonis Antoniadis, meilleur buteur de la compétition avec 10 réalisations. En finale, ils perdront en revanche face à l’Ajax de Johan Cruyff, premier titre des hollandais qui gagneront également les deux éditions suivantes. Depuis, on n’a plus revu de club venu du pays de la féta atteindre ce niveau de la compétition malgré Boumsong, Cissé ou Govou.

1983-84 : AS Roma – Dundee United (3-0)

Le voyage aller en Écosse n’avait pas été de tout repos pour le magnifique Agostino Di Bartolomei et ses coéquipiers, battus 2-0 par Dundee. La finale étant prévu à Rome dans leur stade de l’Olimpico, les joueurs romains furent comme touchés par le feu sacré au match retour et inversèrent la tendance en l’emportant 3-0 grâce notamment à deux buts de la moustache Roberto Pruzzo. Malheureusement pour eux, ce sont des larmes de tristesse que la Ville Éternelle versera quelques semaines plus tard, la faute aux diableries du gardien de Liverpool Bruce Grobbelaar.

1985-86 : Barcelone – Göteborg (3-0)

25 après avoir disputé sa seule et unique finale de Ligue des Champions (perdue face à Benfica), le Barça avait à nouveau l’occasion de se qualifier et d’enfin remporter un titre dans la compétition favorite de l’ennemi du Real Madrid. Mais après le match aller perdu 3-0 en Suède, il n’y avait que peu d’espoirs pour les hommes de Terry Venables. C’était sans compter sur Pichi Alonso, auteur d’un triplé au retour, et sur le gardien de but Urruti, buteur lors de la séance des tirs aux buts et décisif sur l’ultime penalty suédois. Cet entraînement ne suffira en revanche pas aux catalans en finale face au Steaua Bucarest puisqu’ils ne parviendront jamais en 4 tentatives à battre le héros malheureux roumain, le gardien de but Helmuth Duckadam.

1988-89 : Milan AC – Real Madrid (5-0)

Match au sommet avec deux légendes du football européen en ce printemps 1989. Après avoir ramené un excellent résultat nul 1-1 de Madrid, les hommes de Berlusconi se devaient de remporter le plus prestigieux titre européen 20 après leur dernier sacre. Et malgré les Míchel, Butragueño, Bernd Schuster et Hugo Sánchez, le Real subira ce soir là une véritable humiliation face à la tactique révolutionnaire d’Arrigo Sacchi et aux talents des coéquipiers de Franco Baresi. Le trio magique van Basten, Gullit et Rijkaard marqueront chacun un but, Ancelotti et Donadoni ouvrant et fermant la marque. Cet incroyable Milan remportera 5 joursplus tard un 3ème titre européen au cours d’une nouvelle démonstration 4-0 face au Steaua Bucarest.

1995-96 : Nantes – Juventus (3-2)

Dominique Casagrande face à Angelo Peruzzi, Eddy Capron face à Antonio Conte, Benoît Cauet face à Dider Deschamps, Nicolas Ouédec face à Gianluca Vialli, Japhet N’Doram face à Del Piero. Le match était déséquilibré et cela s’était vu lors du match aller à la Turin remporté 2-0 par la Juve. Mais les champions de France 1995 étaient bien décidé à profiter de cet instant historique et firent chavirer le stade de la Beaujoire en cette soirée d’avril 1996 en battant les futurs champions d’Europe grâce à des buts de Capron, N’Doram et Renou. Ils étaient éliminé les Canaris mais ils pouvaient être fiers…

1998-99 : Juventus – Manchester United (2-3)

Sur la route de leur triplé historique, les hommes de Ferguson durent aller chercher leur qualification pour la finale à Turin après avoir miraculeusement arraché le nul 1-1 au match aller à domicile. La tâche s’annonçait ardue face à une équipe s’état qualifiée pour les trois dernières finales. Encore plus dur quand après 11 minutes, Pippo Inzaghi avait déjà claqué un doublé. Mais c’était sans compter sur le caractère exceptionnel des Red Devils qui recollèrent au score avant la mi-temps grâce à Roy Keane et Dwight Yorke avant qu’Andy Cole ne donne définitivement la qualification à Manchester en fin de match. Même Denis Irwin avait failli marquer…

2003-04 : Chelsea – Monaco (2-2)

L’épopée la plus improbable du football français. Après avoir éliminé le Real de Figo, Zidane et Raul, après avoir battu le Chelsea de Desailly, Makélélé et Crespo au match aller 3-1, les hommes de Didier Deschamps se rendaient à Londres dans l’espoir d’atteindre la finale de Ligue des Champions, une première pour un club français depuis l’OM en 1993. Après 44 minutes, le rêve semble s’envoler suite à des buts de Gronkjaer et Lamapard. Mais la belle histoire ne pouvait pas se terminer ainsi et l’arrière droit Hugo Ibarra marquera son seul but sous les couleurs de l’ASM juste avant la mi-temps avant que Morientes n’égalise en deuxième. Malheureusement pour Didier Deschamps, le Porto de Mourinho était trop fort en finale pour Rothen, Prso and co. Comme même mon pote Google ne trouve pas de vidéos du match, je vous propose juste le but de Gronkjaer.

2007-08 : Chelsea – Liverpool (3-2)

Après 2004-2005 et 2006-2007, les Reds et les Blues se retrouvaient pour la troisième fois en demi-finale de Ligue des Champions. Avec cette année, quelques nouveautés. Tout d’abord, l’entraîneur de Chelsea n’était plus un portugais à l’égo surdimensionné mais un Israëlien totalement inconnu, Avram Grant. Ensuite, il y allait y avoir des buts cette fois-ci. Enfin, pour la première fois, c’est Chelsea qui se qualifia. Après s’être séparé sur un 1-1 à l’aller à Liverpool, les deux équipes eurent besoin de prolongations pour se départager, Drogba et Lampard faisant la différence malgré Fernando Torres et Ryan Babel. Le résumé du match est voir ici (attention, un but de Fernando Torres s’est gissé dans cette vidéo).

2009-2010 : Barcelone – Inter Milan (1-0)

L’oeuvre de José Mourinho. Certains crient au scandale, j’applaudis moi des deux mains. Parce qu’on oublie un peu vite que l’Inter avait battu logiquement le Barça au match aller 3-1. Parce qu’on oublie aussi que Sergio Busquets en avait fait des tonnes pour faire expulser Thiago Motta (qu’est-ce qu’on dirait si Pepe faisait la même chose ?). Parce que les italiens ont défendu héroïquement pendant plus d’une heure à 10 contre 11. Parce que convaincre Eto’o de joueur défenseur n’est pas donné à beaucoup d’entraîneurs. Parce que le concept de Remuntada était vraiment grotesque. Parce que l’arrosage automatique, c’était quand même pas classe pour un club défendant les belles valeurs du football.

SIR GUY

A lire aussi : 

10 raisons de vouloir une finale Bayern – Chelsea

18 avril 1990 – Benfica-OM : Bien loin de la main de Dieu

Jupp Heynckes ou l’Allemand glorieux du Real Madrid

1996-97 ou l’année du Borussia Dortmund

Publicités

2 réflexions au sujet de « TOP 10 – Demi-finales retour de Ligue des Champions »

  1. Ping : Enfin voir Anfield : Guy Truite envoyé spécial pour Liverpool-Chelsea (4-1) | Guy Truite

  2. Ping : Le triplé inversé ou les plus grands clubs losers de l’histoire | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s