Le onze type franco-allemand

sarkozy_merkel_entente_france_allemagne_photo

Les guerres aidant, les allemands ont longtemps figuré sur la liste des pires ennemis de notre nation. Mais depuis quelques années, nos relations se sont peu à peu détendues. En témoigne la confiance mutuelle que se font le nain et la sexy chancelière… En plus de cela, le match de ce soir me donne l’opportunité de me pencher sur ces joueurs qui se sont à la fois illustrés en Bundesliga et en Ligain (ou ex Déhain).

GARDIEN DE BUT

Andreas Köpke : Comment oublier son style si particulier ??!! Certainement qu’il a dû se
passer en boucle les VHS de Rocky et les combats de Mohamed Ali. Ce grand adepte de la sortie aux poings est arrivé à Marseille en 1996 avec le statut de champion d’Europe avec la Mannschaft. Il effectua deux saisons pleines avant que Rolland Courbis décide de faire confiance à Stéphane Porato…J’adore Rolland mais parfois il partait sérieusement en biberine !!

DEFENSEURS

Karl-Heinz Förster : Après avoir fait l’essentiel de sa carrière au VFB Stuttgart, il débarque en 1986 à L’OM en étant considéré comme un des meilleurs stoppeurs du monde. Bernard Tapie en fait un de ces hommes de base dans la reconstruction de l’équipe marseillaise avec laquelle il réalisera le doublé en 1989 et remportera un autre titre de champion l’année suivante. En sélection il remporte l’Euro 1980 et joue 2 finales de coupe du monde en 1982 et 1986.

Manfred Kaltz : Il fut aussi champion d’Europe 1980 et comme Förster il n’a connu qu’un
seul club dans son pays, le SV Hambourg avec lequel il remporte la coupe des coupes en 1977 puis la C1 en 1983 face à la Juventus de Michel Platini. En 1989 il débarque en France, plus précisément à Bordeaux, et il termine la saison à Mulhouse…Il était normal pour un allemand de l’ouest d’aller faire un coucou à ses amis alsaciens. (j’aurais pu mettre Worms à sa place qui a joué un an à Paris mais le fait que Kaltz ait joué à Mulhouse, un bon bled paumé, a fait pencher la balance).

Bixente Lizarazu : Le super pote de CJP évolue au poste de latéral gauche et débute sa
carrière à Bordeaux. Lors de sa dernière saison en Gironde, il perd en finale de la coupe
UEFA face au Bayern Munich qu’il rejoindra 1 an plus tard après un passage à Bilbao dans
son Pays Basque natal. Avec les bavarois il va tout gagner : 6 titres de champion, 4 coupes d’Allemagne et 1 Ligue des champions en 2001 avec un autre français, son pendant côté droit, Willy Sagnol. Bixente passera 10 saisons en Allemagne entrecoupées d’un passage quelque peu foireux à Marseille entre août et septembre 2004.

Guy Demel : Incontestablement Sagnol avait sa place côté droit mais Guy Demel, qui a la
double nationalité franco-ivoirienne, a passé 9 saisons entre Dortmund et Hambourg et puis surtout il s’appelle Guy donc il se doit d’être d’office titulaire.

MILIEUX

Gernot Rohr : Ce rugueux milieu défensif a débuté sa carrière dans les années 70 au Bayern Munich avec lequel il remporte la C1 (1974). Il passe 6 saisons au Pays avant de s’installer définitivement à Bordeaux pour 12 ans. Il mettra fin à sa carrière en 1989 après avoir remporté 3 titres de champion et 2 coupes de France. Ensuite il enfile rapidement le costume d’entraîneur. Son plus grand fait d’arme est d’avoir mené les bordelais en finale de L’UEFA en 1996 face…au Bayern. Comme l’histoire est bien faite !! Aujourd’hui, il a fait de sa propriété en Gironde un centre de formation pour les amateurs de noyade.

Johan Micoud : Il se révèle à Cannes au milieu des 90’s sous la houlette de Luiz Fernandez. Il rejoint ensuite Bordeaux où il décroche le titre de champion en 1999. A l’issue de cette saison, il est transfèré à Parme. Après 2 années passées en Italie il rejoint le Werder Brême et deviendra une des stars de la Bundesliga. En 2004 il réalisera le doublé coupe-championnat.

Pierre Littbarski : il démarre sa carrière pro en 1978 à Cologne et atterrit chez nous en 1986 sous les couleurs du Matra Racing, second club parisien de notre Déhain de l’époque. Il n’y restera qu’une saison avant de retourner dans la ville célèbre pour son eau avec laquelle il ne fait pas bon se parfumer au risque de faire peur aux gonzesses, même les moins pinables. Il est le premier buteur de la légendaire demi-finale de 1982. il a disputé 3 coupes du monde pour autant de finales (défaites en 82 et 86 et victoire en 90).

Klaus Allofs : Il était attaquant mais je me permets de le faire jouer milieu gauche tellement son pied gauche envoyait du lourd. Il fait ses gammes à Dusseldorf avant de partir pour Cologne. Il débarque à L’OM en 1987 et retrouve Forster, son coéquipier en sélection. Il devient le complice idéal de JPP et fait partie de l’équipe doublement sacrée en 1989. La saison suivante il s’en va chez l’ennemi, à Bordeaux. Il inscrit même le 3ème but du succés girondin face aux marseillais à Lescure, succédant à un doublé de Ferreri. En 1992 il remporte la feu C2 sous les couleurs de Brême face à Monaco et plante même un pion. A l’époque tout le monde s’en branle et peu de gens s’en souviennent…La faute à une tribune qui avait perdu l’équilibre la veille du côté de Bastia.

ATTAQUANTS

Jürgen Klinsmann : Le champion du monde 1990 débarque sur le rocher monégasque en 1992 après être notamment passé par l’Inter Milan. En 2 saisons il inscrira la bagatelle de 39 buts en 65 matches. Ensuite, il mènera la Mannschaft au titre de champion d’Europe 1996. Durant la finale c’est un autre joueur passé par Monaco qui va s’illustrer : Oliver Bierhoff, premier buteur en or de l’histoire. Perso, je trouve que Jürgen était un super attaquant mais, ce qui m’a marqué le plus lors de son passage en France, c’est son face à face avec Barthez en novembre 1992. La règle alors fraichement instaurée oblige Fabien à jouer au pied suite à une passe en retrait. Il dispute ce soir là son premier match au Vélodrome. C’est à 2 minutes pile sur la vidéo.

Rudi Völler : Il était le complice de Klinsmann en sélection. Pendant que ce dernier partait à Monaco, Rudi choisissait l’OM. Putain, quand on voit la vidéo précédente et qu’on se rend compte que la doublette d’attaquants championne du monde en titre est sur le terrain, on se dit qu’il avait une putain de gueule notre championnat à l’époque… Orphelin de Klinsmann, Völler se consolera avec Alen Boksic et fut un des grands artisans de la victoire olympienne en 1993.

GUY TRUITE

A lire aussi : 

 “Si les ricains n’étaient pas là…

– 1996-97 ou l’année du Borussia Dortmund

– Joyeux anniversaire…Michael Ballack

– Le onze type du IIIème Reich

Publicités

9 réflexions au sujet de « Le onze type franco-allemand »

  1. Ping : Les infidèles – 11 type | Guy Truite

  2. Ping : Benoit Tremou-Vinasse? | Guy Truite

  3. Ping : L’apocalypse du foot selon Saint-Guy | Guy Truite

  4. Ping : Franck Ribéry – histoires de Poissons d’avril | Guy Truite

  5. Ping : Joyeux anniversaire Teddy Sheringham, le roi du featuring | Guy Truite

  6. Ping : Elisez le Président… de l’OM 2012-2013 | Guy Truite

  7. Ping : 11 type Karaoké | Guy Truite

  8. Ping : Les infidèles – 11 type | Guy Truite

  9. Ping : L’OM à Bordeaux: parfois si prés, souvent trop loin. | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s