Le 11 type des César et des Oscars

Calendrier oblige, ce weekend seront décernées les récompenses que tout le 7ème art attend, à l’exception de Matthieu Kassovitz : les César (ce soir) et les Oscars (dimanche). Pendant que le monde entier se demande si Jean Dujardin va devenir le mec le plus hype de 2012, nous autres truitaunautes n’en perdont pas pour autant le Nord, parce que c’est bien beau tout ça, mais ça vaut pas le foot. Alors, pour faire plaisir à tout le monde, voila l’équipe type des Césars et des Oscars.

Julio Cesar : Lui qui a déja eu les honneurs de figurer dans un 11 antérieur a le profil de l’ex-gloire sur le déclin. Tendance en 2010, il a aujoud’hui la mauvaise idée de garder les buts d’un navire en perdition. En témoigne son désarroi sur le but d’Ayew mercredi soir. Pourra toujours se consoler en se disant qu’il vaut mieux voir Lucio de dos que de face…

Cesar Azpilicueta : L’an passé à la même époque, il occupait ses après-midi à regarder “Un, dos, tres” pendant sa rééducation. Les temps ont changé, le Matt Damon espagnol a su prouver qu’il n’était pas bon qu’à faire des touches. Si ça continue comme ça, il pourrait presque devenir titulaire en équipe nationale…c’est pas Morel qui pourra en dire de même !

Bostjan Cesar : Slovène, il a tout pour être retenu en  compétition  à Cannes ! Arrivé illégalement en France en 2006, il n’a pas réussi à faire son trou à l’OM, mais aura au moins contribué à creuser celui de Grenoble. Depuis, la ville a compris qu’elle avait plus de chances d’organiser les JO d’hiver que de remonter en Ligue 1. Et le défenseur central s’est exilé en Italie. Je sais pas vous, mais ça sent le retour au pays sous peu. Le profil parfait de figurant.

Cesare Maldini : Avant d’être “père de” (sorte de Gourcuff transalpin) Cesare était un défenseur de grande classe. 12 ans au Milan AC – tiens donc, quelle coîncidence – le Jacques Dutronc italien a tout gagné en club. Possible qu’il se soit senti dépassé par le fils. Nommé pour le César d’honneur cette année…à son âge, il vaut mieux ne pas trop tarder !

Oscar Wendt : Tout est sexy chez lui. Son lieu de naissance (Skovde, en Suède), son poste (celui de J. Morel et Sylvain Armand), son club actuel (Monchengladbach). Pas forcément un profil de vainqueur, mais il pourrait créer la surprise. En témoigne l’intérêt que lui ont porté dernièrement des célèbres clubs européens. Un second rôle à surveiller.

Oscar Ewolo : Tout pour être récompensé. Joueur engagé (il est connu pour ses activités parallèles de pasteur), un parcours chargé d’histoire (l’homme qui est né au Congo et qui a atteri à…Brest), un profil de leader (capitaine en club et en sélection). Son profil plait beaucoup à l’Académie.

Oscar Muller : A chaque cérémonie son instant d’émotion “Ils nous ont quitté”, pour rendre hommage à tous ceux qui, dans l’ombre ou sous les spotlights, ont créé du rêve. Cet argentin qui a passé 11 ans à Nantes a fait la démarche de se faire naturaliser français…une sorte de David Trezeguet avant l’heure, un côté José Garcia en plus. RIP Oscar.

Julio César Baptista : Le profil du mec qui joue dans les bons clubs comme d’autres dans les bons films (Séville, Real Madrid, Arsenal, AS Rome…pas dégueu) mais qui n’en a jamais été la vedette pour autant. A sûrement raté l’occasion de gagner un prix à l’époque où il était tendance, parce que là ça commence à sentir la pré-retraite progressive…à moins de nous faire une Ronaldo dans 2 ans ?

Cesar Delgado : S’il attend toujours sa nomination au “Mono sourcil d’or”, il aura au moins le mérite de figurer dans ce palmarès. Physique hybride, à mi-chemin entre Romain Duris et Carlos Tevez, carrière relativement peu intéressante à l’exception de son passage au royaume de Juninho et de Lisandro, tout porte à croire qu’il devra se contenter d’une récompense de seconde zone : les effets spéciaux ou le maquillag, selon que l’on croie ou non à sa pilosité naturelle.

Oscar Cardozo : Pas autant la côite qu’Ewolo auprès des bookmakers, mais un vrai profil d’outsider, parce que les buteurs ont toujours eu plus la côte que les besogneux. Attaquant du Paraguay, il mérite nettement mieux que son surnom de “nouveau Santa Cruz” (sûrement parce que les attaquants paraguayens ça court pas les rues), comme en témoignent ses stats… un vrai goleador !

Julio Cesar Dely Valdes : Du Paraguay au Panama, il n’y a qu’un pas. Les supporters du PSG ne l’ont pa oublié, mais peu seraient sûrement capables de citer son parcours en dehors du périph. Il ambitionne d’être récompensé en tant que meilleur réalisateur, comprenant que sa carrière d’acteur serait limitée. C’est sûrement la raison pour laquelle il s’est reconverti en sélectionneur de l’équipe nationale du Panama. De là à espérer des titres…on dira que le foot vendra toujours du rêve !

Hugguy les bons tuyaux

Publicités

3 réflexions au sujet de « Le 11 type des César et des Oscars »

  1. Ping : Bon anniversaire Steven Seagal – Le 11 type de la queue de cheval | Guy Truite

  2. Ping : Qui es-tu toi, le footballeur devenu acteur ? | Guy Truite

  3. Ping : Le 11 type d’Hollywood – stars et paillettes | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s