Le 11-type du X (bis)

Interdit aux mineurs

Guy est grivois. Devant le succès rencontré par l’équipe du X, nous avons décidé de vous proposer l’équipe A’ du X, constituée de joueurs plus ou moins méritants qui attendent le prochain Salon de l”Erotisme pour être transféré chez les grands.

Fabien Audard : Le fond et la forme. Le physique de HPG et un nom évocateur pour le portier de Lorient, qui aurait pu envisager une carrière au garde à vous sous les couleurs de la légion étrangère, mais qui a préféré jouer les derniers remparts pour passer ses journées à tâter de la pelouse. N’aime pas trop mettre des cols roulés, il trouve que ça lui fait une tête de gland.

Ronald Koeman : Déja prisé dans d’autres équipes confectionnées par la rédaction, le pilonneur hollandais n’aura jamais été un modèle de classe footballistique, mais il a tout au long de sa carrière su profiter de son membre fort : sa jambe droite. En témoigne son pion en finale de la Champion’s en 1992. Dégainez, armez, et bim au fond !

Igor Lolo : Correspondant ivoirien de Néné, le défenseur peut sans doute se vanter d’être un des rares africains à avoir un prénom de méchant dans James Bond (ou de gardien de foot alcoolisé dans le film Les Collègues, pour les aficionados). A croire qu’il occupe ses RTT à faire le proxénète dans les rues de Krasnodar. Remarque, son parcours en club donne l’impression de regarder une émission sur les réseaux de prostitution d’Europe de l’Est présentée par BDLV : Beveren, Donetsk, Genk, Dnipro…pas très sexy tout ça !

Franck de Boer : Avec Koeman, ils forment une charnière inébranlable, même s’ils ont tendance à s’emmêler les pinceaux…qui fait le stoppeur, qui couvre derrière…? Malgré tout, Franck (tout comme son frère) resteront dans les mémoires comme des grands du foot européen, que ce soit pour son parcours en club (Ajax, Barcelone) que par ses prestations sous le maillot Oranje (Coupe du Monde 98, souvenir ému). Un mec droit qui sait quoi faire.

Franck Queudrue : Complète parfaitement cette défense solide. Il a toujours été apprécié pour son sens de l’alignement, jamais pris à défaut au jeu du hors-jeu. Son jeu tout en tension a fait le bonheur de Lens et d’une floppée de club anglais, où ses coéquipiers le surnommaient “Hard dick” sans qu’il ait jamais compris la vanne parce qu’il avait abandonné ses sessions Wall Street Institute en cours de route.

Nicky Butt : Malgré un CV de référence (12 ans chez les Red Devils), il ne sent pas vraiment à son aise dans cette équipe. En même temps, on le comprends : quand on s’appelle “Butt” et qu’on joue les matches avec dans son dos Koeman, Queudrue et de Boer, y’a de quoi devenir parano. Il y a appris à jouer en pivot, ça le rassurait, et en même temps, ça a développé sa vision panoramique du jeu.

Zizinho (Tomas Soares de Silva, de son vrai nom) : N’a jamais vraiment connu les joies de la croissance à la puberté, lui qui ne mesurait qu’1m69 (c’est pas moi qui l’ai inventé). Peu de gens se souviennent de lui, mais il faut savoir qu’il était le prédécesseur de Pelé au poste de meneur de jeu de la Selecao. Il n’en avait pas assez dans le pantalon pour se faire respecter, alors il a fait place au roi. Décédé en 2002.

Nicolas Godemeche : En voila un qui a dû avoir une enfance difficile. Autant Koeman ou Queudrue, ça inspire la confiance en soi et le respect, en mode super-héros du sexe, autant Godemeche t’as du mal à visualiser la virilité, surtout qu’il arbore régulièrement une coupe à la Ken. Adepte des crampons moulés, God’ a préféré tester sa résistance au froid en s’exportant en Roumanie au dernier mercato. Pour finir vendu dans futur vulgaire un vide grenier ?

Philippe Barraud : Joueur au diapason du reste de l’effectif, pour le coup lui c’est un vrai cadeau qu’on lui fait de le mettre dans un effectif aussi fourni. Ce n’est pas son parcours qui laissera une trace indélébile : Tours, La Roche sur Yon, Poitiers…on dirait un palmarès Challenges des écoles d’ingé de 3ème zone. Une carrière qui ne fait pas bander !

Just Fontaine : Affectivement surnommé le Roi du Hat-Trique dans le vestiaire (il en a notamment marqué un lors de la Coupe du monde 58), Just a toujours pris beaucoup de plaisir à jouer, et ça s’est ressenti. Appels en profondeur (il aurait visiblement une vraie complicité avec Godemeche), profusion de buts, effusions de joie, célébrations collectives, il reste encore aujourd’hui une référence pour tous dans le foot français. Les filets de Reims en trembent encore…

Bengali-Fodé Koïta : Si jeune et déja malgré lui un nom qui fleure bon le passé simple et la nostalgie des premiers émois. Après 4 ans à cottoyer Loulou Nicollin à la Mosson, BFK vient d’être prêté à Lens pour arrêter de se tourner les pouces et faire enfin ce qu’il sait faire de mieux : la mettre au fond. Il y prouvera, je l’espère, toute l’étendue de son jeu de jambes (en l’air).

HUGGUY LES BONS TUYAUX

A lire aussi : 

Le onze type du X

Le onze type des humoristes

Le onze type de la littérature

Le onze type des joueurs qui ont des noms de 7 nains

Le onze type de la syllabe

Publicités

7 réflexions au sujet de « Le 11-type du X (bis) »

  1. Sinon désolé pour Koita, mais ça ne se prononce pas du tout comme le coït mais comme « quoi »…

    et c’est lui même qui le dit!

  2. Ping : Franck Ribéry – histoires de Poissons d’avril | Guy Truite

  3. Ping : 11 ans / 11 joueurs : Episode 1, FC Lorient | Guy Truite

  4. Ping : Joyeux anniversaire Dennis Bergkamp | Guy Truite

  5. Ping : Le 11 type des français aux Glasgow Rangers | Guy Truite

  6. Ping : Le 11 type des français aux Glasgow Rangers | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s