Votez pour le meilleur tireur de coup-franc de l’histoire

juninho_coup_franc_lyon_ol_photo

“Lève ton ballon putain !”. “Mais cadre !!!”. “Et voilà, encore dans les tribunes…”. Ces réflexions, la plupart des supporters de club se les sont déjà faites au moment fatidique où un des joueurs de son équipe s’essaye à l’exercice périlleux du coup-franc. Mais ce grand moment d’exaspération et de frustration pour la plupart représente pour d’autres à chaque fois une fantastique occasion de but grâce au talent de joueurs ayant élevé le coup-franc au rang d’art. A l’occasion de l’anniversaire d’un des plus célèbres tireurs d’élite de l’histoire, Juninho, je vous propose donc, en cette époque de remise de prix, d’élire le meilleur tireur de coup-franc de tous les temps. Je préfère vous prévenir tout de suite, Johnny Ecker, Taye Taiwo et Bruno N’Gotty ne sont pas présents. Les nommés sont (par ordre alphabétique)…

DAVID BECKHAM

Le Parc des Princes ne connaîtra donc jamais le frisson de voir le Spice Boy s’élancer pour éxécuter un coup-franc, et par la même occasion le gardien adversaire. Car que ce soit à Manchester, au Real, à Milan ou à Los Angeles, le pied droit de Beckham a toujours fait merveille. Auteur de plus de 45 buts sur coup-franc dans sa carrière, son fouetté lifté unique s’est même à plusieurs reprises mué en sauveur de la patrie, comme lors de cet ultime match de qualification de la Coupe du Monde 2002 face à la Grèce qui vit le n°7 anglais égaliser dans les arrêts de jeu sur un sublime coup-franc et ainsi envoyer la sélection anglaise en Corée du Sud et au Japon.

ROGERIO CENI

Dans la série gardiens de buts tireurs de coup-francs, j’ai donc privilégié le brésilien au paraguayen José Luis Chilvert. Déjà parce qu’il n’a pas eu le mauvais goût de venir jouer à Strasbourg. Ensuite parce qu’il a disputé l’ensemble de sa carrière au Sao Paulo FC, soit plus de 1 000 matchs, a gagné 3 Copa Libertadoires et qu’il a marqué plus de 100 buts. Dont 64 sur coup-franc ! Il a même eu l’élégance de marquer son 100ème but en carrière sur coup-franc lors d’un derby face aux Corinthians. La classe.

ALESSANDRO DEL PIERO

La légende de la Juve a donc repris au début des années 90 le flambeau laissé par l’autre nommé Juventino de cette sélection, le français Michel Platini. Meilleur buteur de l’histoire des Bianconeri, il a offert aux supporters turinois plus de 40 coup-francs sur les 285 buts qu’il a marqué au cours de ses 19 années au club (série en cours). Un maestro.

JUNINHO

Sur les 100 buts marqués pour l’OL par le héros du jour, 44 l’ont été sur coup-franc. Sa spécialité ? Frapper fort du coup de pied pour donner une trajectoire flottante et changeante au ballon, technique depuis reprise par Cristiano Ronaldo avec cependant moins d’efficacité. Et que ce soit à plus de 30 mètres, devant la surface, à gauche, à droite, le résultat était souvent le même. Parmi sa collection, Brême, Munich et Ajaccio font d’ailleurs parti des plus belles oeuvres du brésilien.

DIEGO MARADONA

Gros Dieu n’était pas qu’un dribbleur fou et un buteur de la main (à croire que ce match contre l’Angleterre est le seul qu’il ait disputé…). C’était aussi un excetpionnel tireur de coup-franc. Son truc à lui, c’était plus le coup-francs proche de la surface, ceux que Jean-Michel Larqué annonce de son bégaiement caractéristique “surtout cadrer, surtout cadrer, cadrer, cadre, CADRER, CADRER, CADREEERRR !!!”. Et l’ami Diego, il savait la cadrer la balle. D’un subtil fouetté du gauche, il déposait avec finesse, telle une feuille morte, le ballon dans la lucarne adverse, de Boca à Naples, en passant par Barcelone et bien sûr la sélection argentine. Encore quelque chose que Messi n’a pas (encore…).

SINISA MIHAJLOVIC

Peut-être mon préféré. Le serbe, bourreau des marseillais avec l’Etoile Rouge en coupe d’Europe 1991, maîtrisait à la perfection l’art du coup-franc. Puissant, placé, avec effet, il était la terreur des gardiens d’Italie lors de ses passages à la Roma, la Sampdoria, la Lazio ou l’Inter. Y compris ses propres gardiens qui refusaient, selon la légende, de le laisser tirer les coup-francs à l’entraînement. Légende qui affirme également que ses coups de canon étaient parfois mesurés à plus de 150 km/h. Meilleur buteur sur coup de pied arrêté de l’histoire de la Série A, il a même réussi l’exploit d’en claquer 3 dans un même match.

MICHEL PLATINI

Comme Maradona, Platoche s’était fait une spécialité des coup-francs à 20 mètres du but. Parfaitement enroulé au-dessus du mur, cette faculté lui a permis d’être trois fois de suite Capocannoniere (meilleur buteur du championnat d’Italie avec la Juve). Paradoxalement, son coup-franc le plus célèbre, face à l’Espagne d’Arconada en finale de l’Euro 84, n’est pas celui rendant le plus hommage à son incroyable talent. Mais bon, pas sur que Michel s’en émeuve…

ROBERTO CARLOS

Le brésilien a acquis ses galons de tireur d’élite un soir de juin 1997. Ce jour-là se disputait le premier match du Tournoi de France, préparation à la Coupe du Monde un an plus tard. On disputait la 21ème minute et le Brésil bénéficie d’un coup-franc à 30 mètres. Le latéral gauche se présenta face au ballon, prit plusieurs mètres d’élan, commença par des petits pas et frappa avec une puissance inouie le ballon. Le reste appartient à l’histoire (y compris l’égalisation de Marc Keller).

PIERRE VAN HOOIJDONK

Joueur atypique à la carrière atypique. Hollandais d’origine surinamienne, PVH était un véritable globe-trotter, jouant tour à tour aux Pays-Bas, en Ecosse, en Angleterre, au Portugal et en Turquie avant de revenir dans son pays. Du fait de grande taille (1,93), il était évidemment très bon de la tête. Mais chose plus étonnante, il était également un excellent tireur de coup-franc. Un peu comme si Jan Koller envoyait les mêmes frappes que David Beckham…Une rareté.

ZICO

Quatrième brésilien de la liste, Zico prouve l’attirance carioca pour les coups de pied arrêtés. Et encore, j’ai volontairement exclu de cette sélection Ronaldinho, Rivelino ou encore Rivaldo pourtant pas mauvais dans l’exercice…Ayant passé la majorité de sa carrière à Flamengo, équipe pour laquelle il marqua 568 buts (!!!), il décida en 1983 de rejoindre l’Italie, à l’Udinese, pour se mesurer niveau coup-franc à Michel Platini. Mais comme le triple Ballon d’Or était sur une autre planète, il retourna à Flamengo, sans perdre pour autant sa redoutable précision sur coup-franc.

SIR GUY

A lire aussi :

– Le onze type des animaux (ou 30 millions d’amis)

– Votez pour le joueur que vous auriez voulu être (spécial Premier League)…

– Pourquoi je t’aime David Beckham par Gay Truite

– Joyeux anniversaire…Martín Palermo

Publicités

16 réflexions au sujet de « Votez pour le meilleur tireur de coup-franc de l’histoire »

  1. je trouve dommage encore une fois que tu oublies les plus importants, et pour n’en citer qu’un, Richard Tarasiewicz, internationale polonais, évoluant à l’ASNL début 90’….

  2. Ping : Top of the Pops Premier League – Janvier 2012 | Guy Truite

  3. Ping : Le 11 type des César et des Oscars | Guy Truite

  4. Juninho et Sinissa sont du même niveau dans ce domaine et largement devant tout les autres

    Etant Lyonnais j’ai eu l’occasion de voir Juninho dans ses oeuvre plus souvent que Sinissa (même si Youtube corrige bien le probleme).

    Et se dire, à chaque fois que l’abitre siffle faute en faveur de l’OL dans le camp adverse, que l’action va entrainer une action de but bien chaude pour l’adervsaire; c’est un sentiment incomparrable de confort !

  5. Ping : Teófilo Cubillas, hommage à une légende du football sud-américain | Guy Truite

  6. Ping : France vs. Argentine : pourquoi j’ai toujours rêvé d’être argentin | Guy Truite

  7. Ping : Alessandro Nesta ou l’histoire du dernier des empereurs romains | Guy Truite

  8. Ping : Top 10 des pires transferts de plus de 30 millions d’euros | Guy Truite

  9. Ping : Joyeux anniversaire Djamel Belmadi | Guy Truite

  10. Ping : Votez pour le pire arrière gauche de l’histoire de l’OM | Guy Truite

  11. Ping : Joyeux anniversaire Mourad Meghni et les ex-futurs Zinedine Zidane | Guy Truite

  12. Ping : Jupp Heynckes ou l’Allemand glorieux du Real Madrid | Guy Truite

  13. Ping : 11 ans / 11 joueurs : Episode 2, Ajax Amsterdam | Guy Truite

  14. Ping : Etre gardien N°3 et gagner la Coupe du Monde : Imposture ? | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s