France-Angleterre : deux visions de la CAN

coupe_d_afrique_des_nations_2012_can_guinée_photo

La Coupe d’Afrique des Nations qui débute demain en Guinée Equatoriale est vécue en France comme un véritable drame. Combien de coachs, de présidents ont tenté de retarder le départ de leurs joueurs sélectionnés et souhaité ouvertement le retour rapide de leurs ouailles, au mépris du parcours potentiel de leur pays respectif dans la compétition ? Et encore, heureusement pour certains que le Cameroun  n’est exceptionnellement pas qualifié….

De l’autre côté de la Manche, on vit cette situation beaucoup plus sereinement. Il faut dire que, mis à par quelques joueurs majeurs (Demba Ba, Yaya Touré, Didire Drogba), la Premier League n’est pas le premier pays fournisseur de joueurs africains. Au total, sur les 368 joueurs sélectionnés, seuls 13 jouent dans des clubs anglais. Et pour certains (Chamakh, Salomon Kalou), pas sur que leur absence soit même remarquée.

La présence de joueurs africains en Premier League est en fait assez récente. Ce n’est que depuis la fin des années 90 – début des années 2000 que l’on voit des joueurs Ivoiriens, Camerounais, Nigérian ou Sénégalais devenir des joueurs majeurs dans les grands clubs anglais. Certes, il y en a bien eu avant, mais pas avec le même statut. Les raisons sont multiples (et il y en a sûrement beaucoup d’autres) :

1. L’Angleterre n’a pas la même relation historique avec ce continent que la France. La couronne britannique n’a pas complètement ignoré l’Afrique lors de ses conquêtes passées mais il faut bien avouer qu’il n’existe pas de lien aussi fort qu’entre la France et l’Afrique. Liens parfois plus que limites (François Miterrand, Jacques Chirac, Charles Pasqua, si vous nous lisez). Preuve en est, il n’y a pas beaucoup de Patrick Vieira ou de Marcel Desailly, soit des joueurs nés en Afrique mais ayant joué pour les Bleus, dans la sélection anglaise.

2. Elle est culturellement plus auto-centrée. Je ne vous apprends rien, le Royaume-Uni est une île. Et comme toute île, elle évite au maximum d’être dépendante des autres. Alors ok, il y a de nombreux joueurs étrangers en Premier League, mais en même temps, il n’y a quasiment aucun joueur anglais jouant en dehors de ce pays. Et puis combien d’entraîneurs britanniques ont tenté l’expérience africaine quand la France elle multiplie les Claude Le Roy, Bruno Metsu ou encore Robert Nouzaret ?

3. La Premier League s’appuie sur une puissance économique sans équivalent en Europe qui lui permet d’attirer les meilleurs joueurs, quelque soit leur nationalité. C’est sur que quand on peut se payer Sergio Agüero ou Edin Dzeko, on a moins besoin de parier sur Mouloungui ou Bagayoko…

4. Elle n’a pas la même politique de formation de jeunes joueurs que la France. Cette raison rejoint évidemment la précédente. Mais d’un point de vue culturel, l’Angleterre version Premier League mise plus sur ses recrues que sur ses jeunes. Ou quand ils font ce choix, c’est à coup de millions (Rooney ou Phil Jones à Manchester United, Oxlade-Chamberlain à Arsenal…).

Le résultat de tout ça ? Pour caricaturer, la France donne sa chance aux jeunes joueurs venus d’Afrique, l’Angleterre les achète quand ils sont bons. Quelques exemples :

Didier Drogba, avant de marquer 150 buts sous les couleurs de Chelsea, s’était d’abord révélé à Guingamp et à l’OM. Si Michael Essien est devenu chez les Blues un des meilleur milieu de terrain d’Europe, statut depuis gâché par de nombreuses blessures, il était déjà un des meilleurs de France sous les couleurs de Bastia et de Lyon. Yaya Touré eu sa chance à Monaco avant de filer à Barcelone et de devenir le joueur de foot le plus payé du monde à son arrivée à Manchester City, trône depuis récupéré avec panache par Samuel Eto’o. Emmanuel Adebayor a trimballé son talent et son melon du côté de Metz et de Monaco avant de prendre une autre dimension sous les couleurs d’Arsenal, Manchester City et aujourd’hui Tottenham. Et si Newcastle a si bien réussi à combler le départ d’Andy Carroll, c’est grâce à un ancien joueur de Rouen, Demba Ba, depuis peu rejoint par son compatriote Papiss Cissé, 2ème meilleur buteur du championnat d’Allemagne l’année dernière et ancien messin.

Bon, on a quand même réussi à rouler nos voisins anglais par moment. Kaba Diawara flambe un peu avec Bordeaux ? Allez hop, direction Arsenal ! Ce fou d’El-Hadji Diouf fait vibrer Félix-Bollaert ? Gérard Houllier le fait venir à Liverpool. Tout ça pout que celui qui se considère comme le meilleur joueur africain de l’histoire finisse à Doncaster…Encore plus fort, été 2003. Ferguson réfléchit à l’avenir de son équipe et songe à faire venir un remplaçant à Roy Keane. Et bien l’heureux élu sera Eric Djemba-Djemba, milieu camerounais de Nantes, qui ne disputera au final que 20 matchs avec les Red Devils, avant de partir ensuite à Aston VIlla, Burnley, Qatar SC et Odense au Danemark. Il est d’ailleurs étonnant de noter que l’Afrique ne réussit pas vraiment à Sir Alex. Manucho, Mame Biram Diouf, Quiton Fortune…on l’a connu plus inspiré niveau transfert l’écossais.

Finalement, cet exemple est très symptomatique de ce qu’est le football français en Europe aujourd’hui. Un formidable vivier de talents mais un championnat de seconde zone. A moins que le fair-play financier cher à Platini et Guyguy Pop ne fasse son oeuvre et rééquilibre les forces.

Et pour vous, qui sera le prochain grand joueur africain de Premier League en provenance de France ? Pour moi, une évidence : André Ayew.

SIR GUY

Sources : lepost.fr, espn.com

A lire aussi : 

– MERCATO – Le PSG, roi des râteaux ?

– Joyeux anniversaire…Godwin Okpara

– Football et politique : les ex-olympiens engagés

Le onze type de l’hiver

Publicités

5 réflexions au sujet de « France-Angleterre : deux visions de la CAN »

  1. A ta liste des joueurs qui manqueront à leur club, ajoutons Tioté (Newcastle), Diamé (Wigan), Kolo Touré (sort of) et Taarabt, un peu (discutable pour ce dernier mais QPR étant faiblard en ce moment, les services du Marocain auraient probablement été appréciés). Bon, y’a aussi Bamba et Pantsil qui feront défaut à Leicester.

    C’est 16 joueurs basés en Angleterre (13 PL et 3 D2) qui participent à la CAN cette année, sensiblement moins qu’en 2010 (24), principalement à cause de la non qualification du Nigéria et du Cameroun dans une moindre mesure.

    Les chiffres de joueurs Africains basés outre-Manche pour les CAN précédentes : 41 en 2008 ; 31 en 2006 ; 23 en 2004 ; 14 en 2002 ; 15 en 2000 ; 4 en 1998 ; 5 en 1996 ; 1 en 1994.

    A ton article très complet Guy, j’ajouterai une raison pour expliquer l’absence d’Africains avant l’ère PL en 1992 : il n’y avait pratiquement pas d’étrangers tout court quand la D1 était dans le giron de la Football League. Saison 1992-93 (première de PL), on comptait 22 étrangers non britanniques et irlandais, soit 1 par club (la PL démarra avec 22 clubs). Aujourd’hui, plus de 400 (en incluant les listes annexes U21 – sans ces listes, environ 260).

  2. Un petit complément signé par l’excellent Kévin Quigagne!! enjoy!!

    A ta liste des joueurs qui manqueront à leur club pendant cette CAN, ajoutons Tioté (Newcastle), Diamé (Wigan), Kolo Touré (sort of) et Taarabt, a wee bit (discutable pour ce dernier mais QPR étant faiblard en ce moment, les services du Marocain auraient probablement été les bienvenus). Bon, y’a aussi Bamba et Pantsil qui feront défaut à Leicester.

    16 joueurs basés en Angleterre (13 PL et 3 D2) participent à la CAN cette année, sensiblement moins qu’en 2010 (24), principalement à cause de la non qualification du Nigéria et du Cameroun dans une moindre mesure.

    Les chiffres de joueurs Africains basés outre-Manche pour les CAN précédentes : 41 en 2008 ; 31 en 2006 ; 23 en 2004 ; 14 en 2002 ; 15 en 2000 ; 4 en 1998 ; 5 en 1996 ; 1 en 1994.

    A ton article très complet Guy, j’ajouterai une raison pour expliquer l’absence d’Africains avant l’ère PL en 1992 : il n’y avait pratiquement pas d’étrangers tout court quand la D1 appartenait encore à la Football League (une autre ère). Lors de la première saison de PL (1992-93), on comptait 22 étrangers non britanniques et irlandais, soit 1 par club (la PL démarra avec 22 clubs). Aujourd’hui, ils sont plus de 400 (en incluant ceux des listes annexes U21 – si on s’en tient aux listes des 25 : environ 260).

  3. Ping : Guy Truite

  4. Ping : Joyeux anniversaire Gabriel Batistuta | Guy Truite

  5. Ping : Didier Drogba et les centenaires de Premier League | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s