Joyeux anniversaire Lucho Gonzalez

lucho_gonzales_guy_truite_photo

Je me souviens l’été 2009. Deschamps arrive sur le banc de l’OM après le travail admirable et admiré du second sorcier belge qu’ait connu La Commanderie, Éric Gerets. Les noms clinquants défilent Heinze, ou Morientes (qui auront des trajectoires bien différentes). De l’expérience avec Diawara ou l’informaticien Edouard Cissé. De la jeunesse avec le Colonel Reyel aka Stéphane Mbia.

Surtout Deschamps insiste sur LE joueur qu’il veut par dessus tout : Lucho. Et Là, comme tous les marseillais 2.0, je file sur YouTube et j’hallucine. Les vidéos de ce gars sont folles : des frappes sous la barre après avoir traversé le terrain, des coups francs…que ce soit avec le maillot de l’Argentine ou de Porto. Des passes géniales pour le futur terroriste islamiste Lisandro Lopez. Et en bonus, le physique de LA star qui va faire kiffer les cakes marseillais en mal d’identification depuis le départ de Marcel Dib.

Faut dire que Lucho, c’est quand même plus sexy que Laurent Bonnart. Et puis l’Argentine, ça fait rêver. La première saison commence moyennement, on sent le potentiel mais le fameux temps d’acclimatation, bla bla bla, « Souvenez-vous de la première saison moisie de Rai au PSG bla bla bla. ».

Deuxième partie de saison, la magie opère. Le mec devient meilleur passeur du championnat, enchaîne les gestes de classe, les passes précises, et les corners… C’est simple, on a l’impression à ce moment-là que tous les corners vont finir en but. Lucho dépose au choix le cuir sur la tête de Niang, Diawara, Mbia ou la nuque longue de Brandao (qui est à l’époque un mix parfait entre Philippe Candeloro et Mohamed Ali). On connaît la suite de l’histoire, Marseille finit champion. Premier titre depuis un bail. Deschamps est un héros. Lucho est dans l’équipe type de Ligain. Recrutement réussi pour le transfert le plus cher de l’histoire du club.

La deuxième saison est bien différente. C’est simple, rien ne va plus pour le bellâtre qui cherche dans ses tatouages le plan pour fuir Marseille et ses problèmes de mafia. Au niveau stat, c’est pas mal puisque Lucho a marqué plus de buts que lors de sa première saison. Mais on a souvent eu l’impression qu’il manquait de force, de vitesse, et même d’envie. A la fin de saison, le divorce semble consommé. Lucho veut se barrer. L’OM est ok mais pas à n’importe quel prix et recrute Morgan Amalfitano qui vient de finir meilleur passeur de ligain pour le remplacer. Niveau sex appeal, Amalfitano, c’est pas Lucho mais bon… Les cagoles se rattraperont avec les caleçons de Valbuena.

Finalement, Lucho reste et continue de jouer au ralenti. On sent que le mec a quelque chose dans ses passes, dans son intelligence de jeu. Mais le problème est le même ; il a la caravane de la famille Gignac accroché au dos (la caravane avec la balle de tennis à l’arrière). Et pourtant, l’OM va mieux et espère une fin de saison folle.

Aujourd’hui, Lucho a 31 ans, et on se dit que le meilleur cadeau possible, c’est plutôt lui qui peut le faire. C’est simple, s’il sauve sa fin de saison et enchaine les bonnes prestations en se mettant au diapason de ses coéquipiers, l’OM finira très fort. Pierre Menès n’aura plus rien à dire dans le CFC. Marseille lui pardonnera tout et il pourra partir vers d’autres horizons en laissant dans quelques années un grand souvenir.

GUYGUY POP

A lire aussi : 

– REPORTAGE Red Star – OM au Stade de France avec Guy Truite

– OM : le bilan à mi-parcours

– REPORTAGE – Le Noël de l’Olympique de Marseille

– Calendrier de l’En Avent : 12 décembre, Fabrice Abriel

Advertisements

8 réflexions au sujet de « Joyeux anniversaire Lucho Gonzalez »

  1. Ping : Le onze type des animaux (ou 30 millions d’amis) | Guy Truite

  2. Ping : BILAN OM janvier 2011 – A la chasse au maillot jaune ! | Guy Truite

  3. Ping : Joyeux anniversaire Gabriel Batistuta | Guy Truite

  4. Ping : France vs. Argentine : pourquoi j’ai toujours rêvé d’être argentin | Guy Truite

  5. Ping : Joyeux anniversaire Djamel Belmadi | Guy Truite

  6. Ping : Pour toi le supporter marseillais, 10 raisons de gagner la Coupe de la Ligue | Guy Truite

  7. Ping : Maradona vs. Riquelme : Fusil contra fusil | Guy Truite

  8. Ping : Maradona vs. Riquelme : Fusil contra fusil | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s