Le déclin de l’AS Monaco ou le destin de Marco Simone

marco_simone_entraineur_monaco_photo

1998.  Tu sais que l’AS Monaco vient d’échouer honorablement en demi finale de la Ligue des Champions face à la Juventus (qui s’inclinera face au Real Madrid 1-0). Eté 1998: Tu sais que la Coupe du Monde elle est à la maison. Zidane, Henry, Trézeguet apparaissent alors comme les nouveaux héros du football français.

Cet été, Jean Tigana se prélasse au soleil et profite de ses vacances bien méritées. Au même moment, en Italie, Marco Simone, qui vient d’achever une première saison au PSG retourne profiter de sa terre natale et reçoit une invitation à passer quelques jours dans l’une de ses villa de son ancien boss au Milan, Silvio Berlusconi.

Lors d’une soirée « Bunga Bunga » Marco Simone expose à son ancien patron son souhait de se reconvertir très vite. Sentant le déclin approcher à grande vitesse, le buteur du PSG souhaite un parachutage et compte bien sur Il Cavaliere pour lui faire profiter de ses appuis. En effet, ce dernier est justement en conflit avec l’AS Monaco, club dans lequel il vient d’investir dans le cadre d’un accord passé avec La Cosa Nostra pour le blanchiment d’une grosse somme d’argent. Voilà comment, Jean Tigana fût remercié dès son retour de vacances et comment Simone se retrouva entraîneur de l’AS Monaco pour débuter la saison 98-99.

Les sceptiques ? Y’en avait plein, tu te rappelles ? Dédé Deschamps, le 1er à s’exprimer sur cette nomination : « Marco Simone entraîneur de Monaco ? Et pourquoi pas chroniqueur à l’Equipe du dimanche ?« . Raillerie.

Le début de saison…t’en rappelles ?.. Lorient, Sochaux, Toulouse, Lyon infligèrent à L’ASM une branlée mémorable qui laissait présager de la future place de Monaco. 20 buts en 4 matchs. Humiliation totale. Evidemment cette saison fût pour L’ASM une longue et douloureuse sodomie. Même le PSG en grosse difficulté cette année, infligea une déconfiture éhontée. Fait suffisamment rare pour être souligné, Pierre Ducrocq marqua un triplé…

Sur le point de rencontrer les futurs champions de France, les Girondins de Bordeaux, Son Altesse Sérénissime, le Prince Albert soucieux de ne pas se ridiculiser complètement, se rendit lui même dans les vestiaires pour menacer les joueurs, mais cette intiative eu bien peu d’impact. Pascal. Il s’appelle Pascal Feindouno, celui qui fît du stade Louis II la fistinière bordelaise en infligeant à Monaco une branlée historique.

A l’intersaison, Rolland Courbis déclara que « Marco Simone [devait] prendre ses responsabilités ». L’italien interpreta à sa manière la prise des responsabilités et décida d’imposer de profonds changement à son équipe titulaire. On se rappelle notamment l’intrépide décision de titulariser Jean-Marie Aubry et d’envoyer Fabien Barthez sur le banc, ou de miser sur Pontus Farnerud en tant que meneur de jeu. Autant d’initiatives qui, associées à la Une de l’Equipe le 15 février (Saint Claude…) titrant « Envoyez tous vos CV à l’AS Monaco », finirent par décider Sa Majesté à licencier Marco Simone en dépit de ses appuis milanais. Hélas ! Bien peu d’entraîneurs ne souhaitaient reprendre une équipe vouée à descendre à D2 et Son Altesse Albert se résigna et laissa Marco Simone en poste, ce qui contribua à renforcer son image de molasson.

Henry fît alors connaître sa volonté de rejoindre la Juventus à l’intersaison. Marco Simone refusa catégoriquement appuyé évidemment par sa direction, proche de l’AC Milan qui ne souhaitait pas que « titi » rejoigne le concurrent lombard. Les transferts furent bloqués et la banqueroute se poursuivit. Les médias s’attaquèrent vivement au club monégasque: en cause le coach, les joueurs, le staff.

Martin Djetou ne supportant plus la pression, sombra dans l’alcool, ce qui n’améliora pas ses performances. Wagneau Eloi le lui fit remarquer, ils se regardèrent, se toisèrent, et accablèrent la hiérarchie..

Situation évidemment intolérable et inacceptable pour Willy Sagnol qui, déprimé de voir si peu de respect envers l’autorité hiérarchique, dans un accès de rage, fonça sur ce pauvre Martin, ce qui provoqua une bonne baston de vestiaire et, par malheur, il enfonça son protège tibia dans la gorge de Djetou qui s’écroula sur le champs. Vestiaire en deuil.

A noter que l’AS Monaco put malgré tout gagner un match lors de cette saison contre Nancy (Tony Cascarino c.s.c dans les arrêts de jeu…). Cet événement marqua cruellement l’équipe qui ne s’en remit jamais et termina le championnat comme prévu à la dernière place, synonyme d’aller simple en D2.

Thierry Henry, dont la décote fût instantanée (seulement 3 buts marqués), fût très touché par l’événement. Il s’envola pour Londres où il put se reconvertir dans la finance et devint un trader de la City et déclara « La finance, c’est bien plus simple que mettre un but avec les pieds.‘’

David Trezeguet, sensible et émotif, vécu très mal l’événément. Après une année sabbatique et à court d’argent, il s’envola pour Turin où il découvrit le monde du porno Gonzo et décida de se lancer dans le milieu où très vite il fût affublé du surnom de Trézégaule.

Willy Sagnol, se trouve encore à Fleury où il purge sa peine de 20 ans de réclusion criminelle. C’est le chouchou des gardiens et du directeur.

Sabri Lamouchi, qui avait raté de peu la sélection au Mondial, décida de se ressaisir et s’envola pour sa Tunisie natale où il figura, quelques années plus tard parmi les meneurs de la révolution qui visa à renverser Ben Ali et instaurer un Roi en Tunisie, nouveau paradis fiscal, sur le même modèle que Monaco.

Franck Dumas, las du sport, retourna dans sa région d’enfance, la Normandie, où il ouvrit un restaurant « Les tripes à la mode de Franck » .

Enfin, Philippe Christanval, décida de monter à Paris, pour ouvrir un cabinet de conseil en coiffure dans le milieu professionnel. Une activité lucrative  puisqu’il pourra compter parmi sa clientèle quelques champions d’aujourd’hui (Sagna, Bafé Gomis).

Et Marco dans tout ça ? L’Histoire se rappelle encore aujourd’hui qu’il aurait mieux fait de ne jamais entraîner…

GUY NESS, invité spécial de Guy Truite

A lire aussi : 

TRUITES D’OR 2011 : compte-rendu et photos de la soirée de remise des trophées

Reportage : le Noël de l’Olympique de Marseille

Foot et dictature : Mussolini – Guy Truite, la rencontre

Fin d’année, ça sent le sapin

Publicités

8 réflexions au sujet de « Le déclin de l’AS Monaco ou le destin de Marco Simone »

  1. Ping : “Si les ricains n’étaient pas là… | Guy Truite

  2. Ping : Alessandro Nesta ou l’histoire du dernier des empereurs romains | Guy Truite

  3. Ping : L’hymne du PSG : bande d’Enfoirés va ! | Guy Truite

  4. Ping : J’étais à la soirée d’anniversaire du décès de Thierry Gilardi chez Christian Jeanpierre | Guy Truite

  5. Ping : Milan AC – FC Barcelone : ils ont porté les deux maillots | Guy Truite

  6. Ping : Joyeux anniversaire Teddy Sheringham, le roi du featuring | Guy Truite

  7. Ping : Le 11 type “C’est pas moi, c’est mon frère” | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s