Le Fair-Play financier selon Guy Truite

michel_platini_fair_play_financier_uefa

C’est officiel, lors de la saison 2012-2013, le vœu de l’UEFA et de son président tout gros Michel Platini va prendre forme avec la mise en place du fair-play financier. Une mesure lourde de conséquences pour le monde du football que nous connaissons aujourd’hui et qui aura surement des répercussions aussi fortes que l’arrêt Bosman.

Pour rappel, il s’agit d’une décision administrative qui porte le nom de cet obscur joueur qu’était Jean-Marc Bosman. Ce mec est celui  qui a le plus fait chier les équipes françaises de ces dernières années puisque cet arrêt a permis la libre circulation des footballeurs européens dans les frontières de l’UE,  entrainant pour conséquence d’offrir les meilleurs joueurs aux plus riches sans autre régulation que la loi de l’offre et de la demande. En France par exemple, la génération championne du monde de 1998 a fui le pays en baissant considérablement le niveau de la ligain. Même des joueurs comme William Prunier ou Ibrahim Ba ont réussi à s’expatrier (ce qui n’est finalement pas un mal)

En deux mots, et histoire de ne pas saouler tout le monde, qu’est-ce que le Fair-Play Financier ? Un truc tout con en définitive : un club ne pourra pas dépenser plus qu’il ne génère de revenus. C’est finalement une idée bien à la mode dans le contexte actuel de l’éclatement des bulles successives. Il est à ce propos intéressant de noter que l’UEFA aime à rappeler que 11 équipes des 32 engagées cette année dans la très lucrative Ligue des Champions ne respectent pas ce principe.Dès la mise en place de cette mesure, ces mêmes équipes seraient exclues de cette compétition.

Tous les footix peuvent pousser un ouf de soulagement et caresser les belles moustaches du bon président Thiriez puisqu’aucun club français n’est concerné. C’est plutôt du côté de nos voisins européens qu’il faut chercher les cibles et pour employer un champ lexical tendance depuis quelques mois, disons que le triple A de Manchester City ou du Real Madrid sont menacés…

La rédaction soutient dans l’ensemble ces mesures, mais pourquoi ne pas aller plus loin ? Guy Truite est du genre à s’engager pour des vraies causes et a étudié ce qui se passe de l’autre côté de l’Atlantique notamment en NBA.

Un Salary Cap ?

Le constat est éloquent dans le football professionnel européen puisque la masse salariale des clubs représente par exemple 90 % chiffre d’affaires des clubs anglais, ou encore 70 % des clubs français. Ce schéma économique ne serait valable dans aucun autre secteur d’activité. Dans la majorité des cas, les clubs sont soutenus par des banques qui misent sur les prix sans cesse en hausse de revente des joueurs. On se situe alors dans de la spéculation pure et simple.

En introduisant une masse salariale contrôlée (au max 50 % du chiffre d’affaire ?), on éviterait de faire gonfler cette bulle et on introduirait une plus grande équité entre les clubs. Dès lors, il serait plus compliqué pour des nébuleuses financières de type Qatar Fondation d’investir sans souci de rentabilité dans des clubs dans le seul but de se créer une image plus glamour à Paris ou Barcelone. L’une des conséquences pourrait être de ne pas pouvoir posséder dans son effectif uniquement des internationaux dont la plupart sont des stars comme le fait Manchester City. En équilibrant la masse salariale, on équilibre les championnats.

Dans ce schéma, Barcelone est un vrai dilemme. Du fait de son centre de formation incroyable, La Masia, Barcelone a dans son effectif une pléiade de stars rémunérées avec des salaires de stars. Peut-être une exception est à prévoir pour les clubs ayant formé leurs joueurs ? Le débat reste ouvert. Dans tous les cas, cette mesure de Salary Cap permettrait d’assurer un avenir plus serein au football car si demain des clubs viennent à faire faillite, les joueurs se retrouveraient libres de tout contrat et inonderaient le marché, créant une forte baisse globale du prix des joueurs. Une autre question se pose, et si l’on supprimait la valeur marchande ?

Le retour du troc ?

Le principe des échanges de joueurs fonctionne bien en NBA. Et plutôt que de prier pour des cas de revente type Drogba de l’OM à Chelsea pour 40 millions, il vaudrait mieux ne pas miser sur des revenus exceptionnels pour établir les budgets des clubs. On pourrait alors se retrouver dans le cas de figure suivant :

« – Bonjour Monsieur Nicollin, c’est Monsieur Labrune

– Comment va ? Chibre mou !

– Ecoutez, fort bien merci. Je voulais vous proposer un échange. Je vous donne Gignac, Brandao, Morel et Diawara contre Giroud, Yanga-Mbiwa et Bedimo.

– Tu peux toujours te séguer, suce miel ! »

Cela donnerait un côté échange de cartes panini, très vintage, et on mettrait fin à un système complètement délirant de surenchère des prix de joueurs. Bon on imagine déjà Crisitiano Ronaldo prétendre qu’il vaut au moins une cinquantaine de joueurs…On encadre cette période d’échange dans le même créneau que le mercato d’été actuel, et on supprime le mercato hivernal, qui ne sert qu’à Footmercato.

Le principe de la Draft ?

C’est sans doute la mesure la plus compliquée à mettre en place, puisqu’on ne peut pas considérer que les universités américaines et les centres de formation européens sont équivalents. Bien qu’ils forment les sportifs de demain, les centres de formation sont liés aux clubs professionnels alors que les universités américaines ne dépendent pas des franchises. Les drafts ont pour mérite de permettra aux clubs les plus faibles de recruter les meilleurs jeunes. Mais là encore, une limite apparait puisqu’il n’y a pas de relégation dans le sport de haut niveau américain.

GUYGUY POP

A lire aussi : 

Le onze type du mercato d’été

Spécial mercato, les intox de Guy Truite (épisode 2)

MERCATO – Retour vers le futur en Angleterre

Top 10 transferts gratuits

Publicités

4 réflexions au sujet de « Le Fair-Play financier selon Guy Truite »

  1. 2 remarques :
    – déjà que le pauvre Ibrahim Ba n’a pas fait partie du 11 des syllabes (alors qu’on y voit Lionel Bah), en plus de ça il se reprend un deuxième coup de couteau dans cet article. Laissez le tranquille le pauvre garçon bon sang d’bonsoir!

    – « 11 équipes des 32 engagées cette année dans la très lucrative Ligue des Champions ne respecte pas », il manque un « nt » quelque part, je vous laisse chercher.

  2. Ping : France-Angleterre : deux visions de la CAN | Guy Truite

  3. Ping : L’apocalypse du foot selon Saint-Guy | Guy Truite

  4. Ping : Le futur du ballon rond ou une touche de truite dans un monde de foot | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s