Le onze type de la syllabe

jacek_bak_lyon_photo

Les amis nous traversons depuis quelques mois une lourde crise économique. Ce n’est pas de mon ressort d’en parler mais je voudrais mettre en avant un métier, plus particulièrement une fonction qui a du mal à survivre et ce quelque soit la conjoncture. Les dirigeants du Syllabe FC ont chaque année énormément de mal à sauver la place de leur floqueur de maillot car le chômage technique le guette sans cesse. Regardez plutôt la gueule de cette équipe et vous comprendrez…

GARDIEN

Robin Huc : Il a débuté à Montpellier, sa ville natale, en 1981 avant de signer successivement à Toulouse, Saint Etienne et enfin Nice. Le club où il évolua le plus longtemps fut le Téfécé (1985 à 1992). Lors de sa dernière saison sur les bords de la Garonne, il se fait chiper sa place de numéro 1 par un certain Fabien Barthez. Il remporte une coupe de France avec Nice face à Guingamp en 1997 mais c’est Bruno Valencony qui joua la finale remportée aux tirs aux buts.

DEFENSEURS

Jacek Bak : Avec un nom pareil il aurait pu faire partie du onze type consacré à la rentrée scolaire. Ce solide défenseur polonais débarque en 1995 à l’OL en provenance du Lech Poznan. Il a fait partie de ceux qui ont emmené Lyon au sommet mais juste avant de gravir la dernière marche, il n’a pas été verni. Lors de la saison 2001 / 2002, il ne joue qu’un seul match et est transféré à Lens au mercato d’hiver. Et Lors de la 38 eme journée Lens se présente en leader à Gerland et les Lyonnais l’emportent 3-1 et décrochent leur premier titre de champion de France avec notamment un but de Pierre Laigle.

Rigobert Song : Ce camerounais fut le pilier de la défense du FC Metz au milieu des 90’s, la période la plus glorieuse du club lorrain. Il y remportera une coupe de la Ligue en 1996. Comme Jacek Bak il termine vice-champion de France en 1998 à égalité de point avec Lens. Il a ensuite bourlingué en Angleterre (Liverpool et West ham) avant de passer 2 ans à Lens et de finir en Turquie (à Galatasaray puis Trabzonspor). En sélection nationale, il raflera 2 CAN (2000 et 2002).

Philippe Thys : Ce latéral droit a réalisé le doublé coupe-championnat en 1989 avec l’OM. Mais c’est l’année suivante qu’il entra dans la légende Olympienne en donnant la victoire aux siens à Sofia en quart de finale aller de la C1. Le match retour vit les marseillais l’emporter également avec Jean Pierre Papin dans les buts qui avait remplacé Huard en fin de match, sorti sur une grave blessure.

Cyril Rool : Même s’il a peu joué lors de la saison 2009 / 2010 du côté de Marseille, il acheva sa carrière sur un titre de champion de France. Malheureusement pour lui, ce que beaucoup retiendront, c’est son engagement, situé souvent au-delà de 10 sur l’échelle de la tolérance défensive de Richter. Cependant, lors de ces passages à Bastia, Lens, Bordeaux et Nice, il a été titulaire indiscutable. Mais il a été victime de sa réputation, notamment auprès des arbitres, et on l’assimile avant tout à un boucher.

MILIEUX DE TERRAIN

Didier Lang : Ce messin pur souche a joué de 1989 à 1997 dans son club de cœur avant de quitter la Moselle pour le Sporting Lisbonne. Mal lui en a pris puisqu’il n’a pas vécu la saison du vice titre de champion. De plus, il n’a jamais su trouver sa place là-bas et est ensuite revenu en France, errer dans plusieurs clubs. En même temps quand on est le sosie de Cyrille Pouget, un de ses partenaires à Metz, il ne faut pas s’attendre à flamber en dehors du cocon familial. Pour l’anecdote, les portugais ont dû vouloir l’acheter suite à ce magnifique coup franc.

Lionel Bah : Cet Ivoirien de bientôt 32 ans a effectué la majorité de sa carrière chez nos amis de l’En Avant Guingamp. Il inscrit d’ailleurs son premier but en D1 au Vélodrome, le 5 avril 2003, pour une victoire bretonne avec un autre but de Didier Drogba.

Graham Rix : Cet ailier gauche anglais, au nom prédestiné pour la bagarre, a joué la plupart du temps à Arsenal (1975 à 1988) avant de signer à Caen pour 3 saisons et ensuite une au Havre (1988 à 1992). Il a été international à 17 reprises et a disputé la coupe du monde 1982. En 1979, il est auteur de la passe décisive sur le but qui donne la victoire à Arsenal face à Manchester United. Celui-ci fut inscrit par Alan Sunderland, encore un footeux avec un nom de ville !!

Alan Ball : Avec un nom pareil cet autre anglais ne pouvait être que joueur de foot !! Il est à l’origine de l’un des faits les plus contestés de l’histoire du foot. Le ballon a-t-il franchi la ligne sur 2ème but de Joeff Hurst en finale de la coupe du monde 1966 ? Ce qui est certain c’est qu’Alan, après un débordement côté droit, a centré pour son attaquant. Il était le plus jeune membre de sa sélection (21 ans). Il est décédé en 2007 à l’âge de 61 ans suite à une crise cardiaque.

ATTAQUANTS

Tore André Flo : Ce géant norvégien débute sa carrière en 1993 à l’âge de 20 ans à Sogndal. Mais on lé découvre en 1997 lorsqu’il signe à Chelsea. Il passe 3 saisons chez les Blues avant d’aller aux Glasgow Rangers, Sunderland et Sienne dans le Calcio. Malgré des stats relativement honnêtes voire bonnes dans ces clubs, le moment de gloire de sa carrière c’est ce match décisif que la Norvège doit disputer à Marseille face au Brésil. La victoire est impérative pour les norvégiens s’ils veulent participer au 2ème tour de la Coupe du Monde 1998. Flo est le héros de la nation puisqu’il inscrit le but égalisateur et obtient le pénalty de la victoire contesté durant prés de 24 heures (merci la caméra suédoise) et transformé par Rekdal.

Gregory Thil : ce symbole de Boulogne réalise la meilleure saison de sa carrière en 2006/2007 où il inscrit 31 buts en championnat National et permet à son club d’accéder à la L2. Après 2 bonnes saisons ponctuées par une montée en L1, Greg est très attendu et doit permettre à son club de se maintenir. Mais au mois de septembre il est victime d’une grosse entorse du ligament exterieur de la cheville droite qui lui flingue une bonne partie de la saison. Il inscrit malgré tout 4 buts en 15 matches mais ne peut empecher la descente des boulonais. Après une saison satisfaisante en L2, il a rejoint Dijon cet été où il a du mal à s’imposer.

Faire une équipe avec 39 lettres, j’espère pouvoir faire encore moins la prochaine fois (j’ai gardé Ibrahim et Demba Ba en réserve et quelques autres).

GUY TRUITE

A lire aussi : 

Le onze type de la littérature

Le onze type du nez

Le onze type de la chanson française

Le onze type de l’apéro

Le onze type de la Bible

Publicités

6 réflexions au sujet de « Le onze type de la syllabe »

  1. Ping : MERCATO – Le PSG, roi des râteaux ? | Guy Truite

  2. Ping : Le onze type des humouristes | Guy Truite

  3. Ping : Le 11-type du X (bis) | Guy Truite

  4. Ping : Joyeux anniversaire à une forte tête : Bruno Germain | Guy Truite

  5. Ping : Le 11-type du X (bis) | Guy Truite

  6. Ping : #LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 5: Alexandre Pedro | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s