Calendrier de l’En Avent : 18 décembre, Stéphane Guivarc’h

calendrier_avent_stephane_guivarch_guingamp

LE CALENDRIER DE L’EN AVENT, UN CALENDRIER DE L’AVENT AVEC DES ANCIENS JOUEURS DE L’EN AVANT (DE GUINGAMP)

Le plus célèbre vendeur de piscine de France est un breton 100%. Après avoir timidement débuté à Brest, Guivarc’h va vraiment lancer sa carrière en Ligue 2 et en National avec Guingamp. Buteur besogneux, Guivarc’h c’est le Steve Savidan des 90’s. Pas beau, pas technique, ça marche quand même. Au point que Guy Roux le recrute après qu’il ait été élu meilleur joueur de Ligue 2.

Et contrairement au Julian Ross de Valenciennes, Steph’ confirmera en terminant deux saisons de suite meilleur buteur du championnat de France, une fois avec Rennes et une fois avec Auxerre. Il marquera même au cours de ces deux saisons 77 buts toutes compétitions confondues.

Ces chiffres lui ouvriront les portes de l’Equipe de France et la place de titulaire chez les horriblement surnommés Black Blanc Beur de 98, dans lequel il est la caution saucisson et  camembert. Estampillé attaquant champion du monde (même sans avoir marqué un but de la compétition, ça marche), il tentera l’aventure à Newcastle avec une forme toute relative de succès…7 matchs, 1 but et le titre éternel de pire attaquant de l’histoire de la Premier League (le top 10 ici).

Il se ressourcera en se rendant sur les terrains de sa gloire passée, à Auxerre et enfin à Guingamp, où il disputera sa dernière saison en professionnel en 2001-02, année où les Bleus quitteront la Coupe du Monde sans marquer un but. Comme un symbole.

Retrouvez tout le calendrier de l’En Avent ici

Publicités

4 réflexions au sujet de « Calendrier de l’En Avent : 18 décembre, Stéphane Guivarc’h »

  1. sinon il s’est recyclé VRP vendeur de piscines, toujours la soif de challenge surement mais en nord Bretagne c’est culotté

    • [take 4…]

      Ah, Guivarc’h, effectivement, souvent cité (terriblement injustement et stupidement) parmi les pires transferts de la Premier League…

      Et pourtant, avec son wagon de buts lors de la saison 1997-1998, Kenny Dalglish croyait vraiment avoir trouvé la poule aux oeufs d’or et le voyait déjà faire un malheur, associé à Shearer. Malheureusement pour le Breton, le taciturne Écossais fut viré fin août par le proprio du club, un beau givré (Freddy Shepherd), comme souvent à Newcastle.

      Arriva l’imbuvable Gullit et son « sexy football » à la noix. Le Néerlandais ne voulut pas entendre parler du Français et lui adressa à peine la parole (Guivarc’h se plaignit qu’il ne lui disait jamais bonjour, sauf pour lui demander dans la foulée : « Au fait, tu comptes partir quand ? »).

      Après une poignée d’apparitions furtives, exit le Breton, refourgué en Ecosse, aujourd’hui silo à brèles de l’Angleterre mais à l’époque honnête option de carrière (il rejoignit son ami Charbonnier aux Rangers).

      L’ex Guingampais dut bien se marrer quand Gullit fut limogé comme un malpropre au début de la saison suivante. Ce couillon avait osé reléguer le roi Shearer au banc et avait refusé de donner un numéro de maillot au capitaine et Toon Legend Rob Lee ! Gullit fut promptement viré, probablement ce qu’il cherchait.

  2. Ping : Calendrier de l’En Avent : 24 décembre, Stéphane Carnot | Guy Truite

  3. Ping : MERCATO – Retour vers le futur en Angleterre | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s