Le onze type des Belges de France

Quand on pense aux Belges ayant réussis en France, on cite souvent, dans le meilleur des cas, Jacques Brel, Benoît Poolevoorde ou Arno. Au pire, Jean-Philippe Smet, Annie Cordy ou encore Virginie Efira Mais on pense rarement aux footballeurs. Car, au-delà d’être le pays symbole de la pédophilie dans le monde, la Belgique a en effet fourni de nombreux joueurs aux clubs français. Pour que ce match amical entre les Diables Rouges et les Bleus de ce soir ait donc vraiment un intérêt, je vous propose de revenir sur ces footballeurs belges ayant foulé les pelouses françaises. Avec plus ou moins de réussite.

GARDIEN DE BUT

gilbert_bodart_bordeaux

Gilbert Bodart : gardien international belge ayant réalisé la plus grande partie de sa carrière au Standard de Liège, “Le Gil”, son surnom, rejoindra les Girondins de Bordeaux pour une saison en 1996 pour remplacer Gaëtan Huard. Aux côtés de Stéphane Ziani, Johan Micoud, Ibrahim Ba ou encore Jean-Pierre Papin, il disputera l’intégralité des matchs de championnat avant de repartir en Belgique. Mais depuis qu’il a mis un terme à sa carrière, ce bon vieux Gilbert multiplie les problèmes judiciaires de gangster loser amateur digne de n’importe quel film de Guy Ritchie : affaire des matchs truqués en Belgique, braquage de son employeur, participation à un réseau de faux monnayeur. Le tout pour 4 mois de prison. Les Belges seraient-ils donc vraiment cons ?

DEFENSEURS

eric_deflandre_daniel_van_buyten_eric_deflandre_michel_de_wolf_belgique

Eric Deflandre : arrière droit originaire de Wallonie, comme son nom de l’indique pas, le sosie belge de Grégory Anquetil connaîtra sa seule expérience étrangère à Lyon entre 2000 et 2004. Bien vu, car lui qui n’a gagné qu’un championnat de Belgique dans son pays, connaîtra le début des années fastes de l’OL, remportant une Coupe de la Ligue et 3 championnats. Le belge ne serait donc pas si con ?

Daniel Van Buyten : le meilleur copain de Ribéry débarque à Marseille à l’été 2001 en provenance du Standard de Liège pour 12 M€, somme improbable qui s’explique par le fait qu’à l’époque Robert-Louis Dreyfus avait également des parts dans le club belge. Petits arrangements entre amis…Le géant belge restera deux ans et demi à l’OM, le temps de finir meilleur buteur du club en championnat en 2003 à égalité avec Ibrahima Bakayoko avec 8 buts. En même temps, l’attaque marseillaise était à l’époque constituée, en plus de l’ivoirien, de Cyril Chapuis, Lamine Sakho, Fernandao et Dmitri Sychev. Ce qui relativise l’exploit du défenseur.

Philippe Léonard : en plus d’avoir un père prénommé Guy, ce qui déjà est cool, Philippe Léonard a connu une longue et belle carrière en France, surtout à Monaco. Il restera dans le club de la principauté pendant 7 ans, le temps de remporter deux titres de champion et de cotoyer des joueurs aussi divers que variés, de Thierry Henry à Marco Simone, en passant par Willy Sagnol, Franck Dumas ou encore Victor Ikpeba. Ce joueur aurait en plus pu faire parti du 11 type aux deux prénoms.

Michel de Wolff : international belge ayant disputé 3 coupes du monde en 1986, 1990 et 1994, l’arrière gauche s’offira sa première expérience étrangère au cours de sa dernière année de professionnelle, en D2, sous les couleurs de l’OM. Il constituera aux côtés de Bernard Casoni, Hamada Jambay et Jean-Manuel Thétis la défense type de l’OM devant Fabien Barthez pour la première saison des marseillais à l’étage inférieur. Le tout avec un maillot Reebok.

MILIEUX DE TERRAIN

frankie_vercauteren_marc_wilmots_eden_hazard_enzo_scifo_belgique

Frankie Vercauteren : un des plus beaux palmarès du football belge (4 championnats de Belgique, 1 Coupe UEFA, 2 Coupe des Coupes avec Anderlecht), “Le Petit Prince du Parc Astrid” sera également de l’épopée des Diables Rouges à la Coupe du Monde 86 qui verra la Belgique atteindre les demi-finales. Il passera 3 ans en France sous les couleurs de Nantes, sans le même succès. A noter qu’en plus de ses 3 titres européens, il perdra également 2 autres finales européennes, toujours sous les couleurs mauves d’Anderlecht. Une autre époque.

Marc Wilmots : le troisième meilleur buteur de l’histoire de la sélection de Belgique (28 buts) interrompra sa carrière allemande sous les couleurs de Schalke 04 pour poser ses valises aux bords de la Garonne pendant un an. Une année au cours de laquelle il fera valoir sa combativité et son sens du but, inscrivant 8 buts, faisant du belge le deuxième meilleur buteur du club derrière Pauleta. Et le plaçant devant l’actuel super-consultant de Canal+, l’irritant Christophe Dugarry, pourtant attaquant.

Eden Hazard : tout le monde connaît la pépite belge. Cadre de l’équipe lilloise championne de France à tout juste 20 ans, Hazard compte déjà plus de 150 matchs en Ligue 1 et a déjà remporté deux titres de meilleur espoir et un titre de meilleur joueur du championnat de France. Ça, c’est pour ceux qui pensent encore que Hazard n’est pas un phénomène. Seul problème : les chansons sur lui. Le Jerk, c’était quand même mieux non ?

Enzo Scifo : avant Hazard, le joueur le plus talentueux du foot belge était un petit meneur de jeu d’origine italienne, Vincenzo Scifo, plus connu sous le nom d’Enzo Scifo. Révélé à Anderlecht et lors de la fameuse Coupe du Monde 1986 au cours de laquelle il est élu meilleur espoir, Scifo passera en France par Bordeaux, Auxerre et Monaco, disputant 182 matchs (pour 52 buts). Mais c’est bien en Bourgogne que le belge connaîtra ses plus belles années, emmenant le club de Guy Roux en quart de finale de la Coupe UEFA en 1990 et à la troisième place du championnat en 1991 aux côtés de Christophe Cocard, Pascal Vahirua, Stéphane Mahé, William Prunier ou encore Bruno Martini. Malheureusement, la musique semble être un mal belge qui touche ses plus grands talents et qui leur enlève toute crédibilité. Je vous laisse (re)découvrir le 45 tours “Gagné d’avance” d’Enzo Scifo, sorti en 1985 sur une musique composée par Toto Cutugno.

ATTAQUANTS

jurgen_cavens_toni_brogno_belgique

Jürgen Cavens : les attaquants belges n’ont jamais vraiment brillé en France (la jurisprudence Luigi Pieroni). Mais le pire exemple est sûrement Jürgen Cavens, prêté à l’OM à l’été 2001. Ce joueur, qui n’est pas le fils de Joseph Fritzl comme son nom pourrait le faire croire, ne disputera en tout que 7 matchs sous les couleurs olympiennes au cours d’une saison rocambolesque où Bernard Tapie, de retour aux affaires, fera à peu prêt tout et n’importe quoi en termes de transfert (41 joueurs et 5 entraîneurs différents). Le temps de marquer un petit but contre le FC Lorient en décembre 2001. Il joue désormais au Lierse SK, sa vraie place.

Toni Brogno : cet attaquant de poche n’est pas ce qu’on appeler un aventurier. Sa seule expérience à l’étranger, il l’a eu à 10 km de sa Belgique natale, au CS Sedan Ardennes. Mais quel club ! En deux ans, son bilan n’est pas incroyable (10 buts en 33 matchs). Mais il aura surtout participé à l’aventure footballistique française la plus improbable du début du siècle avec le Troyes de Djukic et Nicolas Goussé. Aux côtés des Olivier Quint, Pius N’Diefi, Nicolas Sachy, Cédric Mionnet et autres Modeste M’Bami, c’est toute la région des Ardennes qu’il fera rêver. Y compris Michel Fourniret.

ENTRAÎNEUR

eric_gerets_belgique

Eric Gerets : j’aurais bien évidemment pu mettre sur le banc de cette équipe le regretté Raymond Goethals, mais « Raymond la science » aura sûrement droit à un article dédié de mon éditeur préféré, le brillant Guy Truite. C’est donc un autre entraîneur olympien que j’ai choisi : Eric Gerets. L’accent, les expressions (« Petit vélo », « mettre un goal »…), la gueule, la droiture…j’aime tout chez le « Lion de Rekem ». Y compris sa carrière de joueur marquée par le triplé Championnat – Coupe des Pays-Bas – Coupe d’Europe des Clubs Champions réalisé avec le PSV en 1988. Un très grand.

SIR GUY

Petit cadeau bonus avec le plus beau France-Belgique de l’histoire, marqué par le magnifique retourné de JPP à la 85ème minute et un score final de 3-3 (le résumé complet de la rencontre est à voir ici). Et grâce à nos collègues des Cahiers du foot, retrouvez 30 ans de France-Belgique.

Retrouvez tous les 11 de la rédaction ici

Publicités

9 réflexions au sujet de « Le onze type des Belges de France »

  1. Ping : TRUITES D’OR 2011 : votez pour l’Oursin d’Or | Guy Truite

  2. Ping : Joyeux anniversaire…Olivier Quint et Ryan Giggs | Guy Truite

  3. Ping : Joyeux anniversaire Djamel Belmadi | Guy Truite

  4. Ping : Top 10 des exilés fiscaux français en Belgique | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s