Joyeux anniversaire…Martín Palermo

Martín Palermo fête aujourd’hui ses 38 ans. Je n’ai pas souvent eu l’occasion de voir jouer “El Loco” mais j’ai une énorme affection pour ce joueur, doux dingue alliant un talent fou à une maladresse improbable, destin partagé entre le foot à papa et le foot business de son époque. Et ce n’est finalement pas si surprenant que ça que la grande majorité de sa carrière se déroula à Buenos Aires, dans le mythique club de Boca Juniors, servant habituellement de tremplin aux futures stars du foot européen, de Gabriel Batistuta à Carlos Tevez, en passant par Diego Armandao Maradona. Alors voilà pourquoi je t’aime Martín.

1. Parce qu’il est Argentin
Crespo, Caniggia, Batistuta, Kempes, Tevez, Aguero, Milito…L’Argentine est un pays de n°9, de buteur racé, efficace et impitoyable aux cheveux longs, même si cette dernière tradition tend à disparaître. Je ne parle même pas des artistes Riquelme, Messi ou bien évidemment Maradona. Niveau football, ce pays, en plus d’avoir sûrement le plus beau maillot du monde, transpire donc la classe, l’histoire et la grinta. Bref, tout ce qui fait la beauté du football.

2. Parce que c’est une légende de Boca Juniors
Boca Juniors, c’est 23 titres de champion d’Argentine, 6 Copa Libertadores, 3 Coupes Intercontinentale. En quelque sorte le Milan AC ou le Real Madrid d’Amérique du Sud. Club le plus populaire d’Argentine, il entretient avec son voisin River Plate une des plus fortes rivalités du monde du football, au même titre que le Clasico Real-Barca ou les derby milanais et mancunien. Palermo à Boca, c’est une part d’histoire à lui tout seul : 236 buts en dix ans passés au club, faisant de lui le meilleur buteur de l’histoire du club. Et les larmes qu’il versa lors de son dernier match au Monumental resteront comme un des moments les plus forts de l’histoire de Boca.

3. Parce qu’il a de très mauvais goûts capillaires
Peut-être un des points qui le rend si populaire auprès de la hincha, les supporters de Boca. Palermo a passé sa carrière à se chercher capillairement et à tenter des expériences plus que douteuses. Sorte de David Beckham version tuning, il a régulièrement arboré une décoloration blonde du plus mauvais goût, le sommet étant sa frange Confessions Intimes.

Martin Palermo Panini Boca Juniors
4. Parce qu’il peut se blesser en fêtant un but avec ses supporters
Il n’y avait pas que ses cheveux de ridicule. Ses blessures l’étaient aussi. Le meilleur exemple est cette fracture contractée au cours d’un match de Coupe d’Espagne avec Villarreal lors de sa courte et décevante expérience espagnole. Après avoir marqué un but, il se jette dans les bras des supporters du sous-marin jaune. Malheureusement pour lui, les panneaux publicitaires séparant le terrain des tribunes s’effondrent sur sa jambe. Résultat : une fracture de la jambe. Le plus pathétique dans tout ça, c’est qu’on pourrait croire qu’il y avait des milliers de supporters. Mais non, même pas. Un peu comme si Dado Prso avait voulu fêter un des ses buts à Louis II au cours de son époque monégasque. Touchant mais un peu triste.

5. Parce qu’il a marqué 306 buts dans sa carrière
Ok, à une époque où un mec de 24 ans en a déjà claqué plus de 200 dans un club catalan bien connu, cette stat n’est peut-être pas si impressionnante. Mais, pour remettre ce chiffre dans un contexte plus “normal”, c’est plus que Del Piero, Inzaghi ou Platini. Son secret ? C’est Carlos Bianchi, son ancien entraîneur à Boca et goleador d’exception qui le donne : “Palermo, c’est un optimiste du but”. Tout simplement.

6. Parce qu’il pouvait rater 3 penalty dans un même match
En parlant d’optimiste, voici un match dans lequel il en a sûrement fait preuve d’un peu trop. Sans doute l’épisode le plus connu de sa carrière. Au cours de la Copa America 1999, l’Argentine s’incline face à la Colombie 3-0 et Palermo réalisera l’exploit de rater trois penalty. Mais comme il ne fait jamais rien comme les autres, il les manquera tous de manière différente : un penalty sur la transversal à la 5ème minute, un non-cadré à la 76ème et un arrêté par le gardien dans les arrêts de jeu. Un artiste.

7. Parce qu’il pouvait marquer des buts de fous
Palermo était surtout un joueur de surface, un n°9 à l’ancienne (voir l’excellent dossier à ce sujet dans le numéro 90 de Sofoot). Mais il pouvait également marquer des buts exceptionnels. Petit florilège : but du milieu de terrain, but de la tête de près de 40 mètres ou encore une bicyclette pour son 200ème but sous les couleurs de Boca. Classe.

8. Parce que Maradona l’adore
Ils ont joué ensemble à Boca Juniors entre 1995 et 1997 (pas la meilleure période de gros dieu c’est vrai). Maradona a rappelé Palermo en sélection nationale. Palermo nous a offert la glissade la plus grotesque de l’histoire du foot par le néo-phoque Maradona (voir vidéo). Maradona a sélectionné Palermo pour la Coupe du Monde 2010. Palermo est devenu le plus vieux joueur à marquer sous les couleurs de l’Albiceleste. Une vraie histoire d’amour.

9. Parce qu’il a battu a lui tout seul le Real Madrid
En 2000, Palermo est au sommet de la première partie de sa carrière à Boca. Avant de se perdre pendant 3 ans en Espagne, il offrira à Boca sa troisième Coupe Intercontinentale, match opposant le vainqueur de la Copa Libertadores au vainqueur de la Champion’s League et ancêtre de l’horrible championnat du monde des clubs. En 2000, Palermo fait donc plier le Real Madrid galactique v1 de Raul, Figo, McManaman et Roberto Carlos en marquant un doublé en moins de 5 minutes à Iker Casillas.

10. Parce qu’il formait avec Juan Roman Riquelme un duo à l’ancienne
Entre Palermo et Riquelme, c’est “je t’aime, moi non plus”. Ils ont offert à Boca deux Copa Libertadores, ils se trouvaient les yeux fermés sur le terrain et ils ont fini fâché. Les deux joueurs partagent également une carrière espagnole mitigée. Mais ce duo, c’était surtout une version old school du football, avec un vrai n°10 distributeur et un n°9 buteur. Les derniers mois ont été épiques entre les deux puisqu’ils ne s’adressaient plus la parole. Ce qui n’empêcha pas Riquelme d’offrir à Palermo son 218ème but sous les couleurs de Boca synonyme de record…

11. Parce qu’il adorait les derby
On l’a vu avec la Coupe Intercontinentale, Palermo n’était pas le genre de joueur à se cacher lors des grands rendez-vous (n’est-ce pas Mr Higuain ?). La preuve : il a marqué au cours de sa carrière 15 buts contre River sous les couleurs de Boca au cours du Superclasico, faisant de lui le meilleur buteur de l’histoire de Boca face à River et le deuxième meilleur buteur de ce derby. Il marqua même lors de son ultime match face à Boca, dans une Bombonera en fusion.

Pour tout ça ¡ te quiero pendejo !

SIR GUY

Publicités

13 réflexions au sujet de « Joyeux anniversaire…Martín Palermo »

  1. Ping : Joyeux anniversaire…Olivier Quint et Ryan Giggs | Guy Truite

  2. Ping : Les quadruplés en Champion’s League ou le destin de Bafé | Guy Truite

  3. Ping : Le onze type des confiseurs | Guy Truite

  4. Ping : Joyeux anniversaire Iván Zamorano | Guy Truite

  5. Ping : Votez pour le meilleur tireur de coup-franc de l’histoire | Guy Truite

  6. Ping : Joyeux anniversaire Gabriel Batistuta | Guy Truite

  7. Ping : Teófilo Cubillas, hommage à une légende du football sud-américain | Guy Truite

  8. Ping : France vs. Argentine : pourquoi j’ai toujours rêvé d’être argentin | Guy Truite

  9. Ping : Maradona vs. Riquelme : Fusil contra fusil | Guy Truite

  10. Ping : Les quadruplés en Champion’s League ou le destin de Bafé | Guy Truite

  11. Ping : Le onze type des confiseurs | Guy Truite

  12. Ping : Le Brésil, nouvel eldorado du football ? | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s