Joyeux anniversaire…Nicolas Ouédec (et le FC Nantes 1994-95)

ouedec_nantes_1994_1995

Il était une fois un club qui faisait partie de la haute société footballisitique française. Un club qui parvenait à associer succès et beau jeu, un club à l’identité forte et au centre de formation unique qui vit naître notamment les futurs champions du monde Marcel Desailly et Didier Deschamps. Aujourd’hui, ce club se morfond dans le ventre mou de Ligue 2 et traîne une crise identitaire datant du passage aux années 2000. Pour l’anniversaire d’un de ces plus illustres représentants, Nicolas Ouédec, qui fête aujourd’hui ses 40 ans, la rédaction a décidé de revenir sur la saison 1994-95 faste pour le club breton (ou pas, je vous laisse débattre) qui le vit être sacré champion de France.

Eté 1994. A cette époque, l’Equipe de France suit la Coupe du Monde disputée aux Etats-Unis derrière la télé, le PSG est champion en titre et fait figure d’archi favori avec ses stars Weah, Ginola, Rai et Francis Llacer. L’OM est en D2 suite à l’affaire VA-OM, Youri Djorkaeff flambe à l’AS Monaco et Laurent Blanc est à Saint-Etienne. Une autre époque. Mais c’est le 5ème du dernier exercice qui va briller au cours de cette saison. Le FC Nantes emmené par Jean-Claude « Coco » Suaudeau, sorte d’Arrigo Sacchi du pauvre, va en effet enchainer 32 matchs sans défaite (record en cours), ne va être battu qu’à une seule reprise par le RC Strasbourg de Franck Leboeuf, Olivier Dacourt et Alexander Mostovoï, va terminer meilleure attaque, meilleure défense, infliger dix 3-0 sur 19 matchs à domicile (la manita à trois doigts) et humilier le PSG au Parc des Princes sur le même score. Retour sur cette équipe qui offrit le 7ème titre aux nantais.

GARDIEN

casagrande_nantes_95

Dominique Casagrande : miss météo
Arrivé à l’été 1994 en doublure de David Marraud, Casagrande va profiter de la blessure du gardien titualire pour devenir le n°1 dans les buts nantais. Bien joué Dominique. Sauf qu’il ne sera pas non plus épargné par les blessures. A l’occasion du quart de finale aller de coupe UEFA face à Leverkusen, c’est même l’entraineur des gardiens qui prendra place dans les buts suite à la blessure du 3ème gardien nantais. Un peu comme si Joël Bats avait pris la place de Lloris face au Real Madrid. Au-delà de sa carrière de footeux, Casagrande est surtout connu pour être le mari de l’ex-miss météo de Canal+, Cécile Simeone.

DEFENSEURS

pignol_ledizet_capron_decroix_nantes_95

Christophe Pignol : 36 37
Avant d’avoir presque sa place dans le 11 type de la mort pour finalement être titulaire dans celle du X, Pignol squattera celle d’arrière gauche au cours de cette saison historique. Le joueur formé à Saint-Etienne restera encore deux saisons au FC Nantes avant de filer à l’AS Monaco.

Serge Le Dizet : mais personne ne l’écoutait
L’autre latéral de cette équipe était l’actuel entraîneur d’Angers. Le Dizet est comme une main tendue de la Bretagne vers son incestueux cousin Nantes, puisqu’avant de terminer sa carrière chez les canaris, il avait multiplié les allers-retours intra-Breizh entre le stade Quimpérois et le stade Rennais.

Eddy Capron : c’est fini
Joueur formé à Nantes, il restera 7 saisons chez les canaris, le temps de disputer 152 matchs en jaune et vert. Mais ce que je retiens le plus de ce joueur, c’est surtout qu’il a connu les années fastes du stade Louis-Dugauguez sous les couleurs du CS Sedan Ardennes aux côtés d’une véritable dream team emmenée par Regnault, Mionnet, Quint, N’Diefi et l’attaquant du onze type du X, Alex Di Rocco.

Eric Decroix : et de bannière
Decroix arrive à l’été 94 en provenance de Lille et y restera 5 ans. Particularité de l’homme : il est l’un des joueurs étant resté le moins longtemps à l’OM. 4 mois, de juin à septembre 1999 avant d’être envoyé à Montpellier. Pas encore assez fort pour lutter avec Lamine Diatta et ses 15 jours…

MILIEUX

ferri_karembeu_makelele_cauet_nantes_95

Jean-Michel Ferri : le faux explorateur
Pur produit du centre de formation nantais, Jean-Mi était le capitaine de cette jeune équipe. Il disputera au final 290 mlatchs avec les canaris. A l’approche de la trentaine, Ferri fit le bilan et, comme tout homme n’ayant connu qu’une seule femme, ressentit l’appel de l’inconnu. Résultat : une saison 1998-99 partagée entre Istanbulspor en Turquie et Liverpool. Avant de revenir en France pour retrouver un semblant de jaune au FC Sochaux. Mais Nantes restera à jamais son seul amour.

Christian Karembeu : le Carambar
Le kanak est le symbole de cette équipe partagée entre l’ambition d’un jeu léché et la réalité d’une technique limitée compensée par des capacités physiques hors normes. Le futur champion du monde fut l’un des piliers de l’équipe championne, que ce soit au milieu ou en défense. Il quittera la Loire-Atlantique après ce titre pour s’essayer au football italien, plus précisément à la Sampdoria, où il rejoindra Mihajlovic, Seedorf, Chiesa ou encore Mancini avant de connaître la gloire avec le maillot du Real Madrid. Sans blague.

Claude Makelele : jeune mi-cuisse
A tout juste 22 ans, Maké était déjà un titulaire indiscutable du FC Nantes au poste de milieu droit et avait sans aucun doute déjà défloré quelques douzaines de jeunes filles imprudentes. Les lecteurs n’ayant pas connu le foot des années 90 doivent être supris de l’imaginer déborder, centrer, dribbler et même marquer, eux qui ne l’ont connu que sous les couleurs du Real Madrid, de Chelsea ou du PSG à tacler et distribuer des taquets devant sa défense. Claude marqua pourtant 3 buts au cours de cette saison. Soit à peine un de moins que lors de ces 548 derniers matchs en carrière avec les trois clubs cités plus haut. Image d’archive pour les sceptiques : son but face à Saint-Etienne avec le numéro 7 dans le dos (attention, Pascal Praud aux commentaires).

Benoît Cauet : la méthode
Joueur formé à l’OM, il arrive à l’été 94 à Nantes en provenance de Caen. Inspiré capillairement par Richard Dean Anderson AKA MacGyver, il connaîtra ses plus belles années en Italie, tout particulièrement à l’Inter aux côtés des Ronaldo, Zamorano, Djorkaeff et de l’improbable Taribo West.

ATTAQUE

ndoram_pedros_loko_ouedec_nantes_95

Japhet N’Doram : Japhet est fini
Le seul joueur de foot de haut niveau originaire du Tchad que je connaisse. Surnommé “Le sorcier de la Beaujoire” (les clichés ont définitivement de beaux jours devant eux), N’Doram restera 7 ans au FC Nantes. Véritable âme créatrice de cette équipe, il ne connaîtra pas ensuite le même succès avec l’AS Monaco puisqu’il ne disputera que 13 matchs sous les couleurs princières à cause de blessures récurrentes qui l’obligeront à mettre un terme à sa carrière à 32 ans.

Reynald Pedros : Gwendal Ferreira
Formé à Nantes, l’ailier gauche était un vrai distributeur de caviar aux FC Nantes, terminant deux années de suite meilleur passeur du championnat. Malheureusement pour lui, son départ de Nantes en 1996 marquera la fin de sa carrière. Car après avoir raté le penalty décisif en demi-finale de l’Euro 96 avec les Bleus, l’homme mi-breton mi-portugais ne parviendra à simposer dans aucun des clubs qu’il connaîtra, de Marseille à Bastia, en passant par Parme ou encore Lyon.

Patrice Loko : loca, loca, loca
C’est au cours de cette saison 1994-95 que Loko connaîtra sa plus belle année de footballeur. Meilleur buteur du championnat avec 22 réalisations, il est également l’auteur d’un des plus beaux buts de l’histoire du FC Nantes (vidéo plus bas). C’est d’ailleurs dans le club de la capitale qu’il partira à la fin de cette saison pour le meilleur (une sur-estimée Coupe des Coupes remportées avec un but de l’arnaque N’Gotty) mais surtout pour le pire (dépression et arrestation après avoir montré son appareil génital à une policière sur les Champs-Elysées…). Ça valait bien une chanson de Shakira.

Nicolas Ouédec : prépa HEC
Le héros du jour symbolise un peu la lose faite football. Meilleur buteur de l’exercice 94 (à égalité avec Youri Djorkaeff et…Roger Boli !), il flambera encore l’année du titre avec ses compères d’attaque, inscrivant 18 buts. Mais à partir de 96, tout va partir en couille : blessé gravement, il perd sa place chez les Bleus pour l’Euro 96 au profit de la plus célèbre gourmette du foot français, Mickaël Madar. Il enchainera ensuite les clubs pour finir dans le championnat de Chine. Même la reconstitution du trio magique canari avec Pedros et Loko sous le maillot montpelliérain au cours de la saison 1999-2000 ne parviendra pas à le sortir de sa torpeur. Aux dernières nouvelles, il travaille dans la gestion hôtelière dans la région nantaise.

SIR GUY

Retrouvez tous les anniversaires de la rédaction dans la rubrique « Anniversaires »

Publicités

14 réflexions au sujet de « Joyeux anniversaire…Nicolas Ouédec (et le FC Nantes 1994-95) »

  1. Ping : Joyeux anniversaire…France-Bulgarie 1993 | Guy Truite

  2. Ping : Spécial Montpellier-OM : Loulou Nicollin, un coeur gros comme ça ! | Guy Truite

  3. Ping : Joyeux anniversaire…Olivier Quint et Ryan Giggs | Guy Truite

  4. Ping : Joyeux anniversaire…Salomon Olembé | Guy Truite

  5. Ping : Calendrier de l’En Avent : 15 décembre, Eric Loussouarn | Guy Truite

  6. Ping : Joyeux anniversaire…Alberto Facundo « Tino » Costa | Guy Truite

  7. Ping : France vs. Argentine : pourquoi j’ai toujours rêvé d’être argentin | Guy Truite

  8. Ping : Le 11 type “C’est pas moi, c’est mon frère” | Guy Truite

  9. Ping : Jupp Heynckes ou l’Allemand glorieux du Real Madrid | Guy Truite

  10. Ping : TOP 10 – Demi-finales retour de Ligue des Champions | Guy Truite

  11. Ping : Joyeux anniversaire à une forte tête : Bruno Germain | Guy Truite

  12. Ping : Joyeux anniversaire … Patrice Loko | Guy Truite

  13. Ping : Bon anniversaire Reynald Pedros : #LeFootballVrai tu incarnes | Guy Truite

  14. Ping : #LeFootballVrai par un journaliste vrai – Episode 3: Thibault Le Rol | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s