Spécial Marseille-Arsenal : une touche d’OM chez les Gunners

kaba_diawara_arsenal_marseille_photo

Si Marseille a plus d’affinité avec Manchester, Liverpool et Chelsea, il existe tout de même depuis dix ans des passerelles entre les Gunners et l’OM qui ont été empruntées par plusieurs joueurs. Car si Arsène Wenger a toujours eu un oeil avisé sur le championnat de France pour faire ses emplettes, il faut bien avouer que les ex-olympiens ont bien souvent été de très bon renforts pour les londoniens. L’inverse a lui été plus rare et avec un résultat bien plus mitigé. Retour sur 5 joueurs ayant franchi la Manche dans un sens ou dans l’autre en ayant tour à tour revêtu du rouge ou du bleu ciel avec leur blanc (j’ai volontairement mis de côté Sylvain Wiltord et Guillaume Warmuz, pas envie).

Robert Pires : le fidèle

Pires à l’OM, c’est presque un titre de champion en 1999, une presque relégation en 2000, un but en Champion’s League face à Chelsea et la doublette des PP flingueurs reformés avec son ancien accolyte de Metz, le triste Cyrille Pouget. Pas de quoi exciter les grands clubs. Sauf qu’être décisif en finale de l’Euro, ça peut changer un destin. A l’été 2000, la barbichette la plus grotesque du football français signe à Arsenal pour 7 M€. Sa mission : remplacer Marc Overmas parti lui à Barcelone pour 30 M€. Après des débuts difficiles, Robbie s’imposera définitivement comme un cadre des Gunners aux côtés des Henry, Vieira, Ljunberg, Wiltord et du sublime Bergkamp. Au final, Pires à Arsenal ce sera 6 saisons, 284 matchs joués, 84 buts marqués, 2 championnats d’Angleterre et 3 Cup.

Mais comme dans toute historie d’amour, la fin sera plus douloureuse. Lui qui était tombé sous le charme du flegmatique Wenger, il se verra pousser vers la sortie par son âme-soeur footballistique, qui le juge trop vieux pour l’équipe. La jeunesse aura toujours été la faiblesse de tonton Wenger. Robert se consolera dans les bras d’un bel éphèbe espagnol habitant dans un sous-marin jaune au Villarreal CF. Mais n’oubliera jamais Arsène…

William Gallas : le traitre

Coéquipier de Pires à l’OM, on retiendra principalement du côté de Marseille son pointu face à Manchester United en Ligue des Champions. Et aussi le fait qu’il inspira plus tard le transfert de Ronald Zubar, la staff marseillais voulant réaliser le même coup qu’avec lui, sans le même résultat…Mais avant d’atterrir à Arsenal, William a découvert Londres avec Chelsea. En 5 saisons chez les Blues, il deviendra un des meilleurs défenseurs d’Angleterre. Mais le problème, c’est que Gallas n’a pas qu’une voix désagréable, il a aussi un caractère de merde. Vexé par la prolongation de contrat insuffisante proposée par les Blues, il refusera de s’entraîner et menacera même de marquer contre son camp. Bien que l’intéressé réfute ses accusations, il sera finalement transféré chez l’ennemi intime Arsenal contre Ashley Cole (plus 5 M€ pour Arsenal).

Mais, malgré 4 saisons chez les Gunners, dont deux en tant que capitaine, Gallas ne laissera pas un souvenir mémorable aux supporters. Il aura même le mauvais goût de récupérer le n°10 laissé vacant par Bergkamp, un sacrilège. Et une nouvelle fois, le contrat proposé par les Gunners n’étant pas suffisant pour Willy, il signera en 2010 chez un autre club rival de Londres, Tottenham, faisant de lui le seul joueur de l’histoire à avoir porté le maillot de Chelsea, Arsenal et Tottenham dans une même carrière. Un peu comme si Eric Besson passait du PS à l’UMP et finissait au FN. Ah c’est le cas ?

Mathieu Flamini : le généreux

Le minot aime bien faire des cadeaux à ses nouveaux clubs. Et son cadeau préféré, c’est de leur éviter d’avoir à payer un transfert coûteux pour le recruter. La méthode : refuser de signer une prolongation de contrat avec son club actuel et attendre gentiment son échéance pour signer chez  un autre.

A Marseille, il ne sera resté que 6 mois dans le groupe pro, le temps de s’affirmer au milieu de terrain comme un vrai chien de garde enragé lui permettant de participer à la campagne européenne de 2004 en Coupe UEFA aux côtés de Drogba. C’est donc ensuite à Arsenal qu’il signe, Wenger ayant senti la bonne affaire. Le pari était risqué pour le joueur de 20 ans puisqu’il débarquait dans le club champion d’Angleterre comptant déjà à son poste des joueurs comme Vieira, Gilberto Silva ou encore Fabregas. Mais son profil à la Gattuso lui permettra de rester 4 ans chez les Gunners et de disputer plus de 150 matchs. Quand il en a eu marre de Londres et de ne pas gagner de titres, Mathieu s’est donc dirigé vers le Milan AC, toujours sans indemnité, toujours dans la difficulté (Ambrosini, Gattuso, Pirlo, Seedorf, il y a plus simple comme concurrence). Avis aux amateurs, il sera libre l’été prochain…

Samir Nasri : l’artiste malheureux

Quatre ans après Flamini, Arsène Wenger s’est pris d’amour pour un autre minot. Mais contrairement au joueur du Milan AC, Nasri resignera avec son club formateur avant d’être transféré pour 16 M€. Classe. Le petit prince de Marseille (quel surnom horrible !) a depuis troqué la tenue des Gunners pour celle des Blues de Manchester City contre 28 M€ suite à un bras de fer avec Arsenal. Moins classe.

Niveau résultat, ses passages au Vélodrome ou à l’Emirates auront été tout aussi prometteurs que frustrants. Dans ces deux clubs, il restera respectivement quatre et trois ans, fera profiter avec intermittence de son talent mais ne remportera aucun titre. Pire encore, il perdra trois finales, deux de Coupe de France avec l’OM et une de Carling Cup avec Arsenal. La seule chose qu’il aura gagné, c’est désormais un salaire de 10 M€ par an avec les Citizens. En attendant un premier titre ?

Kaba DIawara : l’énigme

Le joueur le plus improbable de cette liste est également le seul ayant fait le voyage inverse entre Arsenal et Marseille. Cet attaquant qui ne marque jamais est en effet étrangement recruté au mercato d’hiver par Arsenal en 1999 pour 3 M€. Chargé d’être la doublure d’Anelka, Diawara disputera 12 matchs avec les Gunners pour aucun but marqué. Ces stats vertigineuses ne feront pas peur aux dirigeants marseillais puisqu’ils investiront 3,5 M€ à l’été 99 pour recruter le phénomène. Et avec raison puisque Diawara confirmera en n’inscrivant pas un seul but en 15 matchs disputés.

Peu habitué à rester plus de 6 mois dans un club, l’OM refourgue le talent au PSG. Il enchainera ensuite une carrière digne d’un Xavier Gravelaine version exotique. Jugez plutôt : Blackburn, West Ham, Racing de Ferrol, Nice, PSG, Al Gharrafa Doha, Al Kharitiyath, Ajaccio, Gaziantepsor, Ankaragücü, Alki Larnaca et enfin Arles-Avignon pour finir en beauté. Tout ça avec des stats faisant passer Messi ou Ronaldo pour des amateurs : 67 buts en 345 matchs. Un mystère.

SIR GUY

Publicités

4 réflexions au sujet de « Spécial Marseille-Arsenal : une touche d’OM chez les Gunners »

  1. Ping : Top 10 transferts gratuits | Guy Truite

  2. Ping : France-Angleterre : deux visions de la CAN | Guy Truite

  3. Ping : Anniversaire : Le fabuleux destin de Pascal Feindouno (31 ans) | Guy Truite

  4. Ping : Joyeux anniversaire Mourad Meghni et les ex-futurs Zinedine Zidane | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s