Football et politique : les ex-olympiens engagés

Basile Boli reçoit la Légoin d'honneur des mains de son ami le président Nicolas Sarkozy

Après d’âpres semaines de campagne et une occupation intense du terrain médiatique, les socialistes ont enfin vu leur candidat désigné. François Hollande portera les espoirs de la gauche lors de la prochaine bataille présidentielle. Avoir le choix entre un flan ou un nain, cela m’importe peu pour le moment. Vous devez vous en douter, c’est l’OM qui m’inquiète et le nouveau match nul obtenu ce week end à Toulouse. Malgré un semblant d’état d’esprit retrouvé, les olympiens font du sur place au classement. La visite de Margarita cette semaine à la Commanderie n’aura pas eu l’effet escompté. Et quand on parle de président, le seul qui à mes yeux aurait pu gérer cette situation délicate, c’est le grand Pape Diouf. Pour mémoire, à l’occasion de l’élection d’Obama à la présidence des USA il y a 4 ans, j’avais crié haut et fort via un célèbre réseau social : « Il n’y a qu’un seul président noir, c’est Pape Diouf ». J’avais été quelque peu agacé par tout le cirque médiatique qui avait entouré cet événement. La primaire socialiste a provoqué chez moi ce même agacement. Alors pourquoi pas se servir de cette actualité pour évoquer les anciens olympiens qui se sont engagés en politique.

Titi Camara

Cet attaquant Guinéen qui, avant de signer à Marseille avait fait le bonheur de St-Etienne et Lens, débarque sur la Canebière en août 1997 afin de former une doublette redoutable avec le Yougoslave Miladin Becanovic. Pari perdu puisque l’ancien Lillois n’inscrira pas le moindre but en 12 matches alors que Camara ouvrira son compteur but à Bastia lors de la 13ème journée. Il avait même prévu de marquer ce jour là car il jouait avec 2 maillots et avait donc jeté le premier dans le parcage des supporters olympiens pour célébrer son but. L’année suivante, toujours à Bastia, il finit par scorer après avoir vendangé comme jamais. Juste après son but il est remplacé et finit en larmes au micro de Laurent Paganelli, tellement la pression pesait sur ses épaules. Après cet épisode, le public marseillais s’est pris d’affection pour Titi et exultait à chaque fois qu’il amorçait une accélération qui se finissait la plupart du temps derrière les panneaux publicitaires. Le 28 décembre dernier, nous apprenons qu’il est nommé ministre des sports par le président de la république Guinéenne Alpha Condé. Son mandat semble être positif pour l’instant puisque son pays s’est qualifié pour la prochaine CAN avec à sa tête l’ancien gardien de l’AS Cannes, Michel Dussuyer.

Georges Weah

Le meilleur joueur de l’histoire du football africain a évolué à Marseille entre octobre 2000 et mai 2001. Il y terminera d’ailleurs sa brillante carrière en évitant la relégation à l’OM en marquant 5 buts en une demi-saison. A cette époque il portait l’équipe à bout de bras avec Djamel Belmadi. Même quand il était joueur, Mister George s’investissait énormément pour son pays, le Liberia. Au-delà d’être une idole, il en est devenue un messie. Il veut faire cesser la guerre civile qui ravage son pays depuis des années et c’est tout naturellement qu’il se présente aux élections présidentielles en 2005. Il s’inclinera face à Ellen Johnson qui est depuis peu devenu co-détentrice du Prix Nobel de la Paix 2011.

Yordan Letchkov

Ce milieu de terrain Bulgare qui a effectué la majeure partie de sa carrière dans les années 90 restera à jamais célèbre pour sa coupe de cheveux, crâne dégarnie et petite touffe brune sur le haut du front. En 1993, il fait partie de la sélection qui crucifie la France grâce à un coup de poignard de Kostadinov un soir de novembre au Parc des Princes qui empêcha les bleus de participer à la World Cup 1994 aux USA. La Bulgarie eut néanmoins la bonne idée de briller lors de cette compétition en atteignant la demi-finale. C’est d’ailleurs Letchkov qui hissa son pays à ce niveau en étant l’auteur d’une superbe tête qui donna la victoire aux siens face au tenant du titre l’Allemagne.

Deux ans plus tard, malgré une élimination au premier tour et une revanche prise par les français, Yordan brille à l’Euro anglais et tape dans l’œil de l’OM. En juillet, il rejoint les bleus et blanc en compagnie du gardien Andreas Kopke, fraichement auréolé du titre de champion d’Europe avec l’Allemagne. Il ne laissera pas un souvenir impérissable au Vélodrome. Son talent était indéniable mais il l’exprimait par intermittence. Il ne restera qu’une saison sur le vieux port.

Pour la petite histoire, il est élu maire de Silven, sa ville natale, en 2003. Yordan a vite compris comment s’en foutre plein les poches mais, comme bon nombre de ses confrères, il s’est fait rattraper par la justice. Et pour cause, il a cédé en crédit-bail des bâtiments appartenant à la mairie sans appel d’offres et sans loyer pendant deux ans. Il doit payer 343 000 euros de dommages et intérêts à sa propre mairie. Un bel arnaqueur, à l’image de sa saison olympienne.

Eric Di Méco et Basile Boli

Pas la peine de revenir sur la carrière de ses 2 symboles de l’OM. Tout deux champions d’europe en 1993, ils ont profité de leur popularité à Marseille, et même au-delà, pour tenter leur chance en politique. Eric Di Méco occupe depuis 1995 un poste de conseiller municipal au côté de Jean Claude Gaudin. Actuellement, il occupe le poste de délégué à l’animation de la jeunesse dans les quartiers. Etant proche du maire de Marseille, il soutient naturellement Nicolas Sarkozy. Même chose pour Basilou qui a rejoint l’UMP en 2007 pour soutenir la candidature de l’actuel président Français. Il assure avoir été séduit par sa politique sur l’immigration.

A croire que Boli et Di-Méco ont été inspirés par leur ancien boss Bernard Tapie. Ils se sont rangés du côté des possibles vainqueurs ou des partis déjà en place. Je ne suis pas un spécialiste en matière de politique mais j’ai toujours eu du mal à saisir la position de Nanard à ce niveau. En 1992, il rejoint le gouvernement socialiste de feu Pierre Bérégovoy en tant que ministre de la ville. En effet, comment ce multi-chef d’entreprise, figure du capitalisme en France depuis les années 80 a pu intégrer un gouvernement de gauche ? Par avance je tiens à m’excuser auprès de Guyguy pop car je vais conclure en musique…J’ai trouvé la réponse dans cette chanson géniale de Jacques Dutronc que vous devez sans doute connaître et qui a pour titre l’opportuniste.

GUY TRUITE

Petit cadeau bonus, les deux favoris pour la présidentielle de 2012 en tenue de foot…

Publicités

11 réflexions au sujet de « Football et politique : les ex-olympiens engagés »

  1. Ping : Joyeux anniversaire…France-Bulgarie 1993 | Guy Truite

  2. Ping : Le onze type des confiseurs | Guy Truite

  3. Ping : OM : le bilan à mi-parcours | Guy Truite

  4. Ping : REPORTAGE Red Star – OM au Stade de France avec Guy Truite | Guy Truite

  5. Ping : France-Angleterre : deux visions de la CAN | Guy Truite

  6. Ping : Pour qui vont voter les présidents de ligain? | Guy Truite

  7. Ping : Spécial présidentielles 2012 : la candidature de Guy Truite | Guy Truite

  8. Ping : Milan AC – FC Barcelone : ils ont porté les deux maillots | Guy Truite

  9. Ping : Joyeux anniversaire Lionel … et une pensée pour Ulrich Le Pen ! | Guy Truite

  10. Ping : Joyeux anniversaire Lionel Jospin … et une pensée pour Ulrich Le Pen ! | Guy Truite

  11. Ping : Le 11 type des ministres | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s