Chelsea ou la malédiction bleue

L’énorme raté de Torres face à United le week-end dernier m’a amené à réfléchir sur la situation du n°9 de Chelsea. Comment, après avoir marqué un premier vrai but d’avant-centre, puis s’être ensuite ouvert le chemin du but d’un appel parfait et d’un dribble ronaldoesque, l’espagnol a pu manquer le but grand ouvert, tel un vulgaire Ibrahima Bakayoko ? En me replongeant dans l’histoire récente de Chelsea, je crois avoir trouvé la réponse, évidente et flippante. Car pour sa défense, il n’est pas le premier attaquant de classe internationale à sombrer au fond de la Tamise. Depuis 2004 et l’arrivée de Mourinho, ils sont trois, trois buteurs – je ne compte pas ici Anelka qui n’est pas vraiment un goleador -, trois destins brisés par le maillot londonien dans l’ombre de la réussite d’un seul attaquant, le cannibale Didier Drogba. Car tel Connor MacLeod aka Christophe Lambert, l’Ivoirien semble puiser sa force en décapitant ses concurrents. Alors oubliez toutes vos certitudes, acceptez l’impossible, rejetez vos préjugés car il est question ici de magie noire et de sorcellerie.

Hernan Crespo, la fierté gaucho bafouée

Le premier de cette liste est le buteur Argentin Hernan Crespo. A son arrivée à Chelsea pour 18 M€ en 2003, soit un an avant la prise de pouvoir de Mourinho, Crespo peut se targuer d’avoir marqué 143 buts en 253 matchs en sept ans passés en Italie. Sa première année chez les Blues sera mitigée mais pas complètement ratée avec 12 buts en 31 matchs. Mais l’arrivée du Special One à la tête du club à l’été 2004 va changer la donne. Car le portugais va lui préférer un attaquant quasiment inconnu en Angleterre et recruté à prix d’or en provenance d’un championnat de seconde zone, Didier Drogba. Les premiers signes d’un pouvoir démoniaque chez l’Ivoirien. Humiliation suprême, l’Argentin se fera, tel encore une fois ce bon vieux André-Pierre Gignac, gentiment pousser vers la sortie, à l’exception prête que lui se fera bien prêter au Milan AC et non à Fulham. On a la même passion mais on n’a pas la même classe. Après une année revigorante en Italie, malgré un défaite mémorable en finale de Champion’s League face à Liverpool au cours de laquelle Crespo marquera par deux fois, le goleador revient à Chelsea bien décidé à prouver qu’il peut s’imposer en Angleterre. Mais, malgré des stats similaires à Drogba, il sera renvoyé en Italie à la fin de la saison 2005-2006 où il passera encore 6 belles années, preuve que son talent n’était pas remis en cause mais qu’une puissance suprême jouait en sa défaveur.

Andrei Shevchenko, le massacre ukrainien

Renforcé par cette première victoire face à la menace argentine, Drogba s’impose comme le vrai patron de l’attaque de Chelsea. Et même l’arrivée du Ballon d’Or 2004, Andrei Shevchenko, pour 44 M€ ne le fera pas douter. Bien au contraire, la magie maléfique de l’Ivoirien va exploser au grand jour, faisant de Drogba un des meilleurs attaquants du monde et réduisant à néant l’Ukrainien. Au cours de la saison 2006-07, l’ex-marseillais retrouve en effet les stats de son époque olympienne en marquant 33 buts toutes compétitions confondues. Pendant ce temps, l’ex idole de San Siro traîne sa misère et semble avoir perdu tout son football. Jugez plutôt : avant d’arriver à Londres, Shevchenko c’était 173 buts en 296 matchs avec un des plus grands clubs au monde, le Milan AC. A Chelsea, ce ratio tombera à 22 buts en 77 matchs, en comptant les matchs souvent plus simples de Cup et de Coupe de la Ligue. En championnat, c’est encore pire : seulement 9 buts en deux saisons. Drogba n’aura donc laissé que des miettes à l’Ukrainien et le verra partir totalement vidé physiquement et psychologiquement. Depuis, celui qui était capable de planter un triplé au Camp Nou avec le Dynamo Kiev a bien essayé de se reconstruire dans les clubs ayant forgés sa légende, rien n’y fait. A croire que Drogba a laissé quelques aiguilles sur sa poupée vaudou…

Fernando Torres, la victime espagnole

Pendant plusieurs années, les dirigeants de Chelsea se sont résignés et ont donc confié les clés à Drogba, avec succès, pour preuve sa monstrueuses saison 2009-2010 où il marquera 37 buts en 44 matchs. Jusqu’à l’hiver 2011. A cette époque, Chelsea n’est pas au mieux, Drogba multiplie les pépins physique et seuls Anelka et Kalou sont sur le banc. Trop léger pour Abramovitch qui décide de se payer l’attaquant le plus prolifique du royaume pour 58 M€, l’espagnol Fernando Torres. Mais même sur le banc, même blessé, Drogba et sa science occulte font des ravages : 2 petits buts en 24 rencontres pour El Nino. Soit 29 millions le but. Même Gignac a fait mieux. Je commence même à croire que sa puissance est telle qu’il avait déjà commencé ses méfaits bien avant l’arrivée de l’espagnol à Chelsea. Le sommet est bien évidemment l’incroyable loupé de Torres face à United ce week-end. J’imagine Drogba, tranquillement chez lui, avec une poupée aux mèches blondes entre les mains, sorte de mélange entre Totti et Mexès (Hugguy, dédicace) regarder l’espagnol partir à la limite du hors-jeu et dribbler De Gea  avant de planter soudainement une aiguille dans sa jambe gauche et partir dans un éclat de rire sardonique. Le foot est vraiment un sport impitoyable…

SIR GUY

Retrouvez « Guy Truite décrypte le foot » sur Facebook et Twitter !

Vous avez aimez cet article ? Alors Guy vous recommande ceux-là :

Ferguson vs. Mourinho : l’amour et la violence

Top of the Pops Premier League – Août 2011

Les 10 commandements de Sir Alex

2000-2001 : l’épopée européenne de Leeds United

1994-95 : Britpop, dance and Blackburn Rovers

Le Crazy Gang de Wimbledon : le foot pour les tarés

Publicités

18 réflexions au sujet de « Chelsea ou la malédiction bleue »

  1. Ping : Top of the Pops Premier League – Septembre 2011 | Guy Truite

  2. Ping : Bilan OM novembre 2011 : on a évité de peu la crise de novembre… | Guy Truite

  3. Ping : Les quadruplés en Champion’s League ou le destin de Bafé | Guy Truite

  4. Ping : Du Boxing Day au nouvel an : le top 10 du foot anglais en période de fête | Guy Truite

  5. Ping : MERCATO – Retour vers le futur en Angleterre | Guy Truite

  6. Ping : Spécial mercato, les intox de Guy Truite (épisode 2) | Guy Truite

  7. Ping : Le onze type de la syllabe | Guy Truite

  8. Ping : Joyeux anniversaire Gabriel Batistuta | Guy Truite

  9. Ping : Votez pour le futur entraîneur de Chelsea | Guy Truite

  10. Ping : Didier Drogba et les centenaires de Premier League | Guy Truite

  11. Ping : Top 10 des pires transferts de plus de 30 millions d’euros | Guy Truite

  12. Ping : Jupp Heynckes ou l’Allemand glorieux du Real Madrid | Guy Truite

  13. Ping : 10 raisons de vouloir une finale Bayern – Chelsea | Guy Truite

  14. Ping : Le 11 type des blessés | Guy Truite

  15. Ping : Les joueurs de Ligue 1 à Chelsea ou le destin d’Eden Hazard | Guy Truite

  16. Ping : MERCATO – Retour vers le futur en Angleterre | Guy Truite

  17. Ping : La Juventus Turin, européen (presque) convaincu | Guy Truite

  18. Ping : Exclusif – Cristiano nous explique le malaise Ronaldo | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s