Top of the Pops Premier League – Août 2011

Sir Guy se rêve en Jimmy Savile, présentateur mythique de Top of the Pops en Angleterre de 1964 à 1984. Mais une éducation marquée par le Téléfoot des 90’s de Frédéric Jaillant, Pascal Praud, Vincent Hardy et Christian Jeanpierre lui a fait le plus grand mal. C’est pourquoi, pour suivre la saison 2011-2012 de Premier League, il a décidé de vivre ses rêves et d’accepter ses défauts en proposant un Top of the Pops Premier League mensuel. Premier épisode : Août 2011 – Le grand retour.

Ça y est, football is back au royaume de William & Kate. Enfin des tacles, des buts, du spectacle, des affiches horribles – Norwich-Wigan par exemple -, des rivalités éternelles, des promesses, des ambitions. L’intersaison a été assez différente pour les clubs favoris de ce championnat dans lequel le fameux Big 4 n’a plus vraiment de signification. Manchester United a sans faire de bruit réussi sa mue d’équipe vieillissante en équipe jeune à très gros potentiel grâce à de grands espoirs recrutés à prix d’or (Jones, De Gea), à l’intégration de joueurs du cru (Welbeck, Cleverley) et au départ de joueurs emblématiques ou vieillissants (Scholes, Brown, O’Shea). Tout le contraire d’Arsenal, obligé de pallier les départs de ses deux joueurs majeurs (Nasri, Fabregas) à la dernière minute. Chelsea, déjà nostalgique, tente de faire du neuf avec du vieux en espérant revivre les années glorieuses de Mourinho grâce à son avatar, André Villas-Boa et quelques recrues intéressantes (Mata, Lukaku). Stratégie adoptée par Liverpool depuis l’hiver dernier avec le retour de King Kenny Dalglish à la tête de l’équipe et prolongée par les recrues british de cet été (Downing, Henderson, Adam). Manchester City continue d’acheter toujours plus fort, toujours plus cher (Aguero, Nasri) et se positionne en sérieux candidat au titre. Enfin, Tottenham essaye de prolonger la hype de ses deux dernières années en conservant ses joueurs majeurs (Bale, Modric) et en tentant de recruter malin (prêt d’Adebayor, Scott Parker). Voici pour le décor. Place au jeu.

TOP 3

  • Madchester

Après seulement trois matchs, c’est une quasi-certitude, le titre ira à Manchester. Mais ce ne sera pas forcément le 20ème de United. City semble en effet enfin assumer ses pétrodollars et s’être construit une véritable équipe. Résultat pour les deux clubs ennemis : 3 victoires en 3 matchs, des recrues déjà au top et un carton chacun face à un prétendant londonien (5-1 pour City face à Tottenham, 8-2 pour United face à Arsenal). Seul bémol pour les Citizens : la grande nouveauté Champion’s League qu’il faudra gérer, surtout avec un groupe peu évident (Bayern, Naples, Villarreal).

  • Liverpool

Le nord de l’Angleterre est décidément en fête avec le retour sur le devant de la scène des Reds. La recette Dalglish semble donc à nouveau fonctionner 20 ans plus tard : 2 victoires et 1 nul avec des recrues déjà dans le bain, un Suarez confirmant son potentielet le tout malgré un Steven Gerrard blessé. Mais c’est surtout le plaisir retrouvé d’une équipe encore marquée par les années cadenas de Benitez qui augure d’une belle saison pour les Reds.

  • Les recrues de City

Cette saison, Manchester City aura un peu moins recruté que les années précédentes en quantité. Mais la qualité y est, indéniablement. En une semaine, Nasri est passé d’un Arsenal moribond à un City rouleau-compresseur lui permettant d’offrir 3 passes décisives dès son premier match. Encore plus fort, Sergio Agüero n’a pas eu besoin de temps d’adaptation à la Premier League. En 30 minutes de jeu pour son premier match, il avait déjà inscrit deux buts et délivré une passe décisive.

FLOP 3

  • Arsenal

La gestion catastrophique du mercato a complètement plombé le début de saison des Gunners. En lâchant au dernier moment ses deux meilleurs joueurs, événement qui semblait inéluctable depuis des semaines, Wenger s’est mis en difficulté tout seul. Après un nul à Newcastle, une défaite à domicile face à Liverpool et surtout une humiliation en règle à Old Trafford, l’urgence de résultat est déjà là.  Pire encore : Arsenal n’attire plus grand monde et tonton Arsène est obligé de voler des recrues provenant de Ligue 2 à Lille pour pallier les départs de ses stars…

  • Carlos Tevez

Carlito n’a eu de cesse de répéter depuis des mois qu’il souhaitait quitter City, que la vie à Manchester l’ennuyait et que sa famille lui manquait. Le départ d’Eto’o en Russie semblait lui ouvrir les portes de l’Inter Milan mais Moratti lui a préféré Diego Forlan et Mauro Zarate. Problème : en parallèle, City recrutait Agüero et Dzeko flambait poussant l’argentin sur le banc. C’est ce qu’on appelle une leçon d’humilité.

  • Les émeutes

L’Angleterre a tremblé pendant quelques jours voyant le spectre des riots des années 80 ressurgir, dont le quartier de Tottenham était déjà l’épicentre. Les Spurs n’ont pas pu joueur leur premier match à domicile face à Everton et ont donc débuté la saison par un déplacement à Old Trafford avant de recevoir Manchester City pour deux défaites, huit buts encaissés et un seul but marqué. Putain de pauvres.

ALBUM DU MOIS : Manchester United – « Forever Young »

Dans leur hymne « My Generation », les Who chantaient : « I hope I die before I get old ». Ferguson est certes vieux mais, pour ne pas mourir, il se fait régulièrement une cure de jouvence avec ses Red Devils. Cette année, Sir Alex prend son pied en alignant la deuxième équipe la plus jeune de l’histoire de United avec 23 ans de moyenne d’âge sans affaiblir son équipe.

ARTISTE DU MOIS : Edin Dzeko – “TNT”

L’attaquant bosnien a donc mis six mois pour se faire à la Premier League. Le n°10 de City a en effet marqué trois fois plus de buts en trois matchs cette saisons qu’en quinze l’année dernière (6 buts en 3 matchs), soit le meilleur total en Angleterre et des stats digne de Messi ou Ronaldo. Fait marquant : un quadruplé à White Hart Lane dynamitant les pauvres Spurs.

ARTISTE REVELATION DU MOIS: Danny Welbeck – “Watch that man”

Symbole de la jeunesse flamboyante de United en ce début de saison avec Cleverley, l’attaquant formé à Manchester s’est fait une place de choix dans le groupe de Ferguson relégant sur le banc Dimitar Berbatov et Javierr Hernandez (le mexicain revient certes de blessure) avec une réussite et une maturité étonnante pour un joueur de 20 ans. Auteur de deux buts et d’une passe décisive génial en trois matchs, l’anglais s’est malheureusement claqué face à Arsenal l’éloignant des terrains pour environ cinq semaines.

SINGLE DU MOIS : Danny Welbeck – “Savoir Aimer”

Le but du mois vaut surtout pour la passe de l’artiste révélation, véritable acte d’amour footballistique, comme un hommage à Guti.

CLIP DU MOIS : Manchester United vs. Arsenal – “Raw Power”

Gros moyens, effets spéciaux en cascade, solos épiques et artistes de talent pour un résultat explosif.

BONUS : Joey Barton – « The Bad Boy »

Avant de partir pour QPR, Barton a offert un dernier cadeau au public de Newcastle et souhaité la bienvenue à Gervinho.

SIR GUY

Retrouvez « Guy Truite décrypte le foot » sur Facebook et Twitter !

Publicités

7 réflexions au sujet de « Top of the Pops Premier League – Août 2011 »

  1. Ping : Chelsea ou la malédiction bleue | Guy Truite

  2. Ping : Top of the Pops Premier League – Septembre 2011 | Guy Truite

  3. Ping : Top of the Pops Premier League – Octobre 2011 | Guy Truite

  4. Ping : Top of the Pops Premier League – Novembre 2011 | Guy Truite

  5. Ping : Top of the Pops Premier League – Décembre 2011 | Guy Truite

  6. Ping : Top of the Pops Premier League – Janvier 2012 | Guy Truite

  7. Ping : Chelsea ou la malédiction bleue | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s