Copa America 2011 : bilan de la phase de poule

Les mois de juin et juillet sont terribles pour les amateurs de foot. Aucun match, aucune activité. Le sport se résume au Tour de France, ravivant les souvenirs horribles des dimanche passés devant la télé chez les grand-parents, à regarder les sportifs les moins sexy de la terre, bronzage improbable et cycliste moulant, se balader dans une France carte postale dont le touriste moyen et le téléspectateur France 3 se délectent.

La seule excitation provient donc des rumeurs de transfert, feuilleton de l’été qui revient chaque année, encore plus haletant que Dolmen et plus répétitif que “Le château des oliviers”. Ce grand cirque médiatique a déjà proposé cette année de nombreux épisodes à rebondissement : le je viens / je viens pas de la nouvelle star du foot français Leonardo, le vrai-faux départ de Nasri et le fatiguant épisode de Fabregas au Barça…on en oublie en revanche que la plupart des acteurs vedettes de ce marché des transfert – Tevez, Alexis Sanchez, Falcao – jouent actuellement une compétition internationale, la plus ancienne du monde, la Copa America. Je vous propose donc une petite dose de foot, un shoot de buts, un rail de gestes techniques, en faisant un point sur le premier tour de cette 43ème édition de la Copa qui vient de se terminer et qui vous fera oublier, l’espace de 10 minutes, Footmercato.

Des favoris à la peine

Brésil, Argentine, Uruguay. Pour ces trois équipes, grandes favorites de la compétition, cette phase de poule fut crispante. Les similitudes dans le parcours sont d’ailleurs assez saisissantes : 2 matchs nuls pour commencer et un troisième match à gagner obligatoirement, des stars en petite forme – Messi pour l’Argentine, Neymar pour le Bresil, Cavani pour l’Uruguay – et une pression populaire et médiatique forte. Particulièrement pour l’Argentine, pays hôte de cette compétition après laquelle ils courent depuis 18 ans.

Les trois équipes s’en sont finalement sorties au prix d’un 3ème match plus digne de leur statut, notamment pour l’Argentine et le Bresil. L’Albiceleste a corrigé le Costa Rica 3-0 avec un Messi retrouvé auteur de deux passes décisives et la Seleçao a battu l’Equateur 4-2 malgré un Julio Cesar bien loin de son niveau de 2010. C’est donc pour ces équipes une toute nouvelle Copa America qui débute avec finalement le même objectif qu’au début : la victoire.

Un triste spectacle

On attendait une déferlante de buts, du toque, de la grinta et des gestes techniques fous. On a eu droit a à peine 2 buts par match de moyenne, des pelouses dignes du stade Louis II et peu de jeu. Mais sur les 37 buts marqués lors de cette phase de poule, plus de la moitié l’ont été lors de la dernière journée. De bonne augure pour les phases finales ?

Des buteurs présents

Malgré le peu de buts marqués jusqu’à maintenant, la plupart l’ont été par des attaquants. Sur le continent de Ronaldo, Batistuta et Zamorano, quoi de plus normal ? Et le plus adroit à ce petit jeu est pour le moment Sergio Aguero. Le joueur de l’Atletico Madrid (pour combien de temps encore ?) a terminé la phase de poule avec 3 buts, bien qu’ayant débuté la compétition sur le banc. Son entente avec Messi et son doublé lors du dernier match lui donne un avantage certain par rapport à Higuain, Tevez ou encore Lavezzi pour la suite de la compétition.

Derrière le gendre de Dieu, Neymar, Pato et Falcao ont profité de la dernière journée de poule pour claquer un doublé et ainsi vraiment se lancer dans la compétition, Suarez et Alexis Sanchez, la grande type du mercato 2011, devant eux se contenter d’un seul but. Même Fred, l’ancien Lyonnais sosie officiel de Francis Perrin s’est permis de claquer un golazo.

Au vu des attaquants muets encore en lice – Diego Forlan, Cavani, Robinho, Tevez, Messi – je suis prêt à parier que la suite de la compétition sera plus offensive que jusqu’à maintenant.

Le but

C’est l’oeuvre du meilleur buteur de la compétition, l’Argentin Aguero, face au Venezuela. Je vous laisse apprécier.

La déclaration

Neymar n’a que 19 ans mais il est déjà attendu comme le Messi(e) brésilien. Et il faut bien avouer qu’avant le match face à l’Equateur, ce qu’on voyait du prodige de Santos était surtout un concentré du mauvais goût capillaire de Djibril Cissé, de la technique inutile de Denilson et de l’arrogance de Cristiano Ronaldo. De quoi faire réagir son sélectionneur, Manolo Menezes, après le match nul 2-2 difficilement arraché par son équipe face au Paraguay :  «  Il doit apprendre à lever la tête et à passer le ballon à ses coéquipiers ». Résultat : 2 buts lors du dernier match contre l’Equateur. L’orgueil du champion ?

Le joueur

Plutôt deux joueurs, deux milieux de terrain jouant en Bundesliga, l’un à Leverkusen, le Chilien Arturo Vidal, l’autre à Hambourg, le Vénézuélien Tomas Rincon. Ils ont démontré au cours de cette phase de poule toutes leurs qualités de milieu récupérateur-relanceur qui les feront très certainement bientôt quitter le climat germanique. Rincon démonta à lui seul le milieu brésilien (Ganso, Lucas, Ramires) et Vidal marqua même un but face au Mexique. Résultat : le Chili a finit première de son groupe et le Venezuela a fini avec le même nombre de points que le Brésil.

Les quarts de finales

Ils vont se dérouler samedi et dimanche. Une fois n’est pas coutume, Sir Guy va se prêter au petit jeu des pronostiques :

– Colombie-Pérou : victoire de la Colombie qui a terminé devant l’Argentine au premier tour. Ils possèdent en plus en Falcao un des meilleurs attaquants de la compétition. Et puis la Colombie, ça reste Higuita, Escobar, Valderrama… (à lire l’excellent article sur cette équipe dans le dernier Sofoot)

– Argentine – Uruguay : l’affiche. Ce grand classique de Copa America est très incertain. Si l’Argentine passe, elle ira au bout. Mais il faudra d’abord sortir l’Uruguay et son trident magique Suarez-Forlan-Cavani. Victoire de l’Argentine dans un match qui sent bon le but.

– Brésil – Paraguay : victoire facile du Brésil malgré l’image peu rassurante qu’ils ont montré jusque là. C’est quand même pas Roque Santa Cruz, un des joueurs les plus surcotés au monde, qui va les empêcher d’aller en demi-finale.

– Chili – Venezuela : match pas si évident que ça pour le Chili, pays qui avait montré un visage très séduisant pendant la coupe du monde 2010 et grand outsider de la compétition. Mais pour avoir la chance d’avoir des affiches de rêve en demi-finale, je mets une pièce sur l’ancienne équipe de Marcelo Salas.

Sir Guy

Deviens dans de « Guy Truite décrypte le foot » sur Facebook !

Publicités

Une réflexion au sujet de « Copa America 2011 : bilan de la phase de poule »

  1. Ping : Copa America : bilan de l’édition 2011 | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s