Le onze type du IIIème Reich

La rédaction n’aime pas le fascisme. Mais n’aime pas non plus le politiquement correct. C’est pourquoi Guy Truite et Sir Guy ont décidé de commémorer le 8 mai 1945 en constituant l’équipe-type du IIIème Reich. La rédaction présente par avance ses excuses aux familles de joueurs concernés afin d’anticiper toute forme de procès (même si on a quand même certains doutes sur leurs parents et grands-parents…).

Oliver Kahn : Le général

Gardien de but féroce, viril, à la mâchoire carrée. Leader de troupe autoritaire, celui qui s’écarte du droit chemin connaîtra sa Führer. Il a fait les beaux jours du Bayern Munich remportant 8 championnats d’Allemagne, 13 coupes nationales, 1 Ligue des Champions et 1 coupe UEFA. Le boss.

Gabreil Heinze : L’expatrié

Quand il débarque à Paris il y a une dizaine d’années, j’ai longtemps cru que Gaby était d’origine danoise…Pourtant ce rugueux défenseur argentin a très vite imposé sa roublardise et sa loi dans le championnat Français. Après 3 saisons passées dans la capitale, il fera les beaux jours de Manchester United et du Real Madrid avec lesquels il obtiendra un titre national. En Juillet 2009, alors qu’il n’a jamais cessé de déclarer son amour pour le PSG, il rejoint Marseille et devient le symbole de cet OM qui gagne sous la houlette de Deschamps. On peut le considérer comme étant le plus sexy de ce onze de poètes, malgré des origines plus proches de la bavière que de la pampa argentine. Pour l’anecdote, il obtient sa première sélection sous le maillot argentin en 2003 face à la Libye, pays colonisé par l’Italie en 1912 et sur lequel Mussolini voulut se baser pour créer un empire semblable à l’empire Romain.

Ronald Koeman : Le diplomate

Avec lui, la Catalogne fut pendant quelques temps nazie. Dans l’équipe de Cruyff, au milieu des stars Romario et Stoichkov, le hollandais à la raie parfaite sema la terreur avec sa frappe de balle digne de la plus terrible Blitzkrieg. Il conquit l’Europe avec les Pays-Bas en 1988 et engrangea un nombre de titres impressionant en club avec 4 championnats des Pays-Bas, 4 championnats d’Espagne, 2 Ligues des Champions et 4 coupes nationales.

Jaap Stam : Le bourreau

Une tête de tueur sans pitié se régalant des attaquants adverses. Ce défenseur central connut ses plus belles années avec Manchester United remportant notamment le triplé en 1999. Malgré sa tête de mangeur d’enfant, il subit la loi de Sir Alex et fut envoyé en pays allié, l’Italie, dont le club bien nommé SS Lazio.

Stig Tofting : Le taré

Son surnom officiel est la tondeuse à gazon. Certainement le plus méconnu de l’équipe. Et pour cause, son palmarès est vierge de tout trophée. Stig a longtemps officié dans son Danemark natal (Ahrus et Odense) et tout naturellement en Allemagne (Duisbourg et Hambourg). En sélection, Il forme avec Thomas Gravesen  une paire de milieux de terrain des plus raffinée. Ils montrèrent gentiment la porte de sortie du mondial 2002 au français lors du 3ème match de poule de la coupe du monde. Mais c’est au retour de cette compétition que Stig va réellement se signaler. Il fait 4 mois de placard à cause d’une baston provoquée dans le Café Ketchup de Copenhague, au retour du mondial asiatique.

Florent Balmont : Le collabo

Le CRS de Lille est un milieu récupérateur oppressant, prêt à sauter sur tout ce qui bouge. Pas assez glamour pour Lyon, son club formateur, c’est à Nice et Lille qu’il se fait un nom. Si le LOSC a été champion, il lui doit autant qu’à Gervinho et Hazard.

Jörg Heinrich : L’employé administratif

Le genre de mec qui faisait les comptes…La tête et le nom parfait de l’ancien premier de la classe qui se faisait racketter et qui s’est vengé pendant la guerre. Le vainqueur de la Ligue des Champions aurait sans doute pu jouer le rôle de Christoph Waltz dans “Inglourious Bastard”. Ou même dans OSS 117. Ou dans Indiana Jones. Peut-être trop vrai.

Bastian Schweinsteiger : Le soldat

Et quel bon soldat !! Ce milieu de terrain allemand relativement talentueux est un pilier du Bayern Munich. Il n’a connu que ce club et il y joue cette année sa neuvième saison consécutive. Il en est forcément devenu le capitaine et s’impose également comme l’un des cadres de la national Mannschaft. Bastian a multiplié les titres et coupes nationales mais a cruellement manqué de réussite dans les grandes compétitions. En 2008, il marque le but décisif pour l’Allemagne face à la Turquie avant de s’incliner en finale de l’Euro face à l’Espagne. Ces mêmes espagnols le priveront de la finale de la coupe du monde l’année dernière. Quelques mois auparavant, il échoua en finale de la Champions league face à l’Inter Milan.

Stefan Effenberg : L’aryen

Un physique quelque peu similaire à celui de « Schweini », son digne héritier à Munich, mais en plus méchant et agressif. C’est le taulier de cette team, le capitaine, tout simplement. 16 ans de carrière dont 14 passées dans cette bonne vieille Bundesliga à osciller entre le Bayern et le Borussia Mönchengladbach. Mais c’est avec les bavarois qu’il consolide sa réputation de leader, aboyeur à la qualité technique indéniable. Entre 98 et 2002, il décroche 3 titres de champion et surtout la Ligue des Champions en 2001. Face au Valence de Mendieta, il marque le penalty égalisateur en début de seconde période. Le Bayern s’imposera finalement au tirs aux buts, 2 ans après la terrible désillusion de Barcelone où il avait encaissé 2 buts dans les derniers instants face au Manchester de Jaap Stam.

Carsten Jancker : Le tueur

Sorte d’Ivan Drago au crâne rasé. Peut-être l’attaquant le plus horrible de l’histoire du foot. Et c’est dans un club tout aussi moche, le Bayern Munich, qu’il gagna la Champion’s League en 2001. La suite de sa carrière est à son image, laide : Udinese, Kaiserslautern, Shanghai Shenhua et SV Matterburg. Bien fait.

Paolo Di Canio : Le Waffen SS

Le seul et unique de la bande officiellement estampillé néo nazi. Ce supporter invétéré de la Lazio a démontré sa facilité à tendre le bras droit lorsqu’il évoluait sous les couleurs de son club de cœur et dont les fans sont réputés pour être des adorateurs du Duce. Pour célébrer les victoires de son club, notamment face à l’ennemi héréditaire l’AS Roma, il n’hésita pas à remercier les supporters laziale par le biais du salut fasciste. Il porte également sur son bras l’inscription « DVX » qui signifie duce en latin…En 1998, alors qu’il évoluait à Sheffield Wednesday, mécontent de la décision d’un arbitre  lors d’un match face à Arsenal, il le poussa et le referee tomba en arrière. Ce geste lui valut 11 matches de suspension et la bagatelle de 15 000 euros d’amende. Un bel abruti.

GUY TRUITE ET SIR GUY

Publicités

24 réflexions au sujet de « Le onze type du IIIème Reich »

  1. Ping : Le onze type de la Bible : une sacrée équipe | Guy Truite

  2. Ping : Le onze type de la moustache | Guy Truite

  3. Ping : L’Angleterre, l’autre pays de la Champion’s League | Guy Truite

  4. Ping : Le onze type du mercato d’été 2011 | Guy Truite

  5. Ping : Le onze type de la rentrée scolaire | Guy Truite

  6. Ping : Joyeux anniversaire…Olivier Quint et Ryan Giggs | Guy Truite

  7. Ping : Retour sur le Borussia Dortmund 1996-1997 | Guy Truite

  8. Ping : Le onze type de l’hiver | Guy Truite

  9. Ping : Le onze type des confiseurs | Guy Truite

  10. Ping : REPORTAGE Red Star – OM au Stade de France avec Guy Truite | Guy Truite

  11. Ping : Le onze type des animaux (ou 30 millions d’amis) | Guy Truite

  12. Ping : Joyeux anniversaire Gabriel Batistuta | Guy Truite

  13. Ping : Le 11-type du X (bis) | Guy Truite

  14. Ping : “Si les ricains n’étaient pas là… | Guy Truite

  15. Ping : Le onze type franco-allemand | Guy Truite

  16. Ping : Le Suriname – Fournisseur officiel de joueurs néerlandais | Guy Truite

  17. Ping : Cloclo – 11 Type des footballeurs | Guy Truite

  18. Ping : 11 type des pilotes automobiles | Guy Truite

  19. Ping : Bon anniversaire Steven Seagal – Le 11 type de la queue de cheval | Guy Truite

  20. Ping : Votez pour votre présentatrice foot préférée? | Guy Truite

  21. Ping : 11 type Karaoké | Guy Truite

  22. Ping : Foot et droite décomplexée – Brèves de Comptoirs | Guy Truite

  23. Ping : 11 ans / 11 joueurs : Épisode 4, Valencia CF | Guy Truite

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s